Accueil A la Une La CPI demande un mandat d’arrêt contre Benjamin Netanyahu et des dirigeants...

La CPI demande un mandat d’arrêt contre Benjamin Netanyahu et des dirigeants du Hamas pour crimes de guerre

0
51

La CPI demande un mandat d’arrêt contre Benjamin Netanyahu et des dirigeants du Hamas pour crimes de guerre

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé lundi des mandats d’arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et des dirigeants du Hamas pour des crimes de guerre et crimes contre l’humanité présumés commis dans la bande de Gaza. Les deux camps ont dénoncé cette demande.

Le procureur Karim Khan a déclaré dans un communiqué qu’il demandait des mandats d’arrêt contre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense israélien Yoav Gallant pour des crimes tels que « le fait d’affamer délibérément des civils », « homicide intentionnel » et « extermination et/ou meurtre ».

« Nous affirmons que les crimes contre l’humanité visés dans les requêtes s’inscrivaient dans le prolongement d’une attaque généralisée et systématique dirigée contre la population civile palestinienne dans la poursuite de la politique d’une organisation. D’après nos constatations, certains de ces crimes continuent d’être commis », a affirmé le procureur.

Le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz a immédiatement dénoncé la « décision scandaleuse » du procureur de la Cour pénale internationale comme « un déshonneur historique » pour celle-ci. Réclamer des mandats contre « le Premier ministre et le ministre de la Défense de l’Etat d’Israël aux côtés des abominables monstres nazis du Hamas », des « assassins et violeurs du Hamas » qui « sont en train de commettre des crimes contre l’humanité contre nos frères et soeurs » est une « attaque frontale » et « une honte historique qui restera à jamais gravée dans les mémoires », estime le ministre dans un communiqué.

Plusieurs chefs du Hamas visés

Quant aux responsables du Hamas visés, il s’agit de Yahya Sinwar, chef du Hamas dans la bande de Gaza, de Mohammed Diab Ibrahim Al-Masri, le commandant en chef des brigades Al-Qassam, la branche armée du Hamas, et d’Ismail Haniyeh, le chef de la branche politique du Hamas.

D’après le procureur Karim Khan, leur responsabilité est engagée pour des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis sur le territoire d’Israël et dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre dernier. Les accusations incluent « l’extermination », « le viol et d’autres formes de violence sexuelle » et « la prise d’otages en tant que crime de guerre ».

« Nous affirmons que les crimes contre l’humanité visés dans les requêtes s’inscrivaient dans le prolongement d’une attaque généralisée et systématique menée par le Hamas ainsi que d’autres groupes armés dans la poursuite de la politique d’une organisation », est-il écrit dans le communiqué.

Le Hamas palestinien a réagi en condamnant « fermement » la demande de la CPI et a dénoncé « les tentatives du procureur de la Cour pénale internationale d’assimiler la victime au bourreau en émettant des mandats d’arrêt contre un certain nombre de dirigeants de la résistance palestinienne ».

Les Etats-Unis fâchés

Les Etats-Unis ont réagi avec fermeté à cette annonce de la CPI, le président Joe Biden jugeant cette demande de mandat « scandaleuse » et estimant qu’il ne pouvait y avoir d’équivalence entre Israël et le Hamas.

Le secrétaire d’Etat Antony Blinken a lui parlé de demande « honteuse ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici