Révélation : M. Leffa, où en sommes-nous avec l’enveloppe de 2 milliards de FCFA destinée aux travaux de réhabilitation des bâtiments administratifs ?

0
74

Au titre de l’exercice budgétaire 2015, il a été prévu une enveloppe de 2 milliards de Fcfa, destinée aux travaux de réhabilitation des bâtiments administratifs dans les 16 préfectures de la République centrafricaine. Conformément aux dispositions de l’article 2  de la loi  portant code des marchés publics et délégations de service public en République centrafricaine, ces travaux devaient faire l’objet d’une commande publique ou d’un avis d’appel d’offres. Malheureusement, cette importante enveloppe aurait été distribuée à tour de bras, par la formule du contrat de gré à gré, à des parents, amis et connaissances, en flagrante violation des dispositions de l’article sus mentionnées. Une pratique irrégulière d’extorsions  des caisses de l’état et de partage de fonds publics qui avait été violemment dénoncée par le collectif des petites et moyennes entreprises de Centrafrique. Un mouvement de contestations  qui était resté sans suite jusqu’à ce que le ministre Jacques Démanga – Kamoune fût débarqué du gouvernement. A ce sujet, certains adjudicataires de ces marchés, bénéficiaires des acomptes de démarrage, se seraient tout simplement volatilisés dans la nature sans que les travaux n’eussent été réalisés. Afin que nul n’ignore, voici ce que l’agence centrafricaine presse de Centrafrique en avait dit :

 « Le Ministre Jacques Démanga-Kamoune impute aux colons l’urbanisation anarchique de la ville de Bangui.

Bangui, 15 janv. (ACAP) – Le Ministre de l’Urbanisme et du Logement, Jacques Démanga-Kamoune, a accusé les administrateurs coloniaux d’être responsables de l’urbanisation non maîtrisée de la ville de Bangui, lors de la communication gouvernementale, vendredi 14 janvier 2016 à Bangui.

Le but de cette communication gouvernementale, à la radio et à la télévision nationales, est de de faire le point des différentes activités menées par les membres du gouvernement de transition. Pour étayer sa prise de position, le Ministre Jacques Démanga-Kamoune s’est appesanti sur l’urbanisation partielle de la cité, qui a laissé libre cours à la population de s’implanter de manière désordonnée à la périphérie.

Devant le fait accompli, le membre du gouvernement a évoqué les nombreux programmes initiés par ses collaborateurs visant le lotissement de Bimbo, de même que le suivi et la supervision des projets urbains financés par les partenaires. Au sujet des terrains acquis de manière illicite et qui sont sources de nombreux litiges, il a conseillé aux concitoyens désireux d’acquérir des parcelles destinées à la construction de maison d’habitation de se rapprocher en vue d’éviter les contentieux.

Abordant la problématique du building administratif, Démanga-Kamoune a dit que le gouvernement est en train de rechercher un financement de 7 milliards de franc Cfa pour sa reconstruction.

Le Ministre Démanga-Kamoune a annoncé que les édifices et logements administratifs existant dans les 16 préfectures de la République Centrafricaine sont en cours de réhabilitation en vue de favoriser le redéploiement de l’administration dans les provinces ».

Fort de ce qui précède, plusieurs questions sur cette affaire méritent d’être posées. M. Démanga – Kamoune, où en sommes – nous avec ces travaux ? Qu’en dit le ministre Leffa qui a hérité de la gestion, au nom du principe de la continuité de service public ? Où en sommes – nous avec l’affaire dans l’affaire, celle de Modibo Ibrahim qui, à la fois fonctionnaire et entrepreneur véreux, adjudicataire d’une partie de ces travaux, n’aurait pas exécuté le marché ? Qu’en dit Danda Etienne, au moment des faits directeur de cabinet ?

Affaire à suivre….. !

Jean – Paul Naïba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here