Affaire Kazagui : Où en sommes – nous avec le projet de partenariat avec la société chinoise Startimes ?

0
33

Il y a aujourd’hui plus de 12 jours  que  l’ambassade de la République centrafricaine en Afrique du Sud a révélé l’information selon laquelle le ministre de la communication et des media,  Ange Maxime Kazagui, assisté de M. Philémon Beangaï, directeur des services techniques à la télévision centrafricaine, a entrepris une visite de travail en Afrique du Sud du 10 au 12 Octobre 2017, sur invitation de son homologue sud-africain, l’honorable Dr Siyabonga Cyprian Cwele, ministre des télécommunications et des services postaux. Il a paraphé un accord de fourniture de services d’infrastructures de radiodiffusion et de télévision avec Sentech le 12 Octobre 2017 à Johannesburg. L’objectif de cet accord est de réhabiliter et de moderniser les infrastructures nationales de la radio et de la television centrafricaine. Sentech représentée par son Directeur général, M. Mlamli Booi, est une entreprise publique sud-africaine spécialisée dans les services de distribution de signaux aux radiodiffuseurs agréés.

Une bonne nouvelle qui a évidemment fait la une des médias publics et privés et qui a été bien accueillie  par une large majorité des centrafricains. Mais, pour la  minorité des observateurs de la vie politique de ce pays qui se laisse guider par leurs vibrations intuitives et   qui refuse de céder à des réactions émotives, cet accord est bel et bien un énième  accord de trop en l’espèce sans que leur matérialisation n’ait été effective. Pour preuve, le journal www.lavoixdessansoix.com  se fait l’humble devoir de rappeler à l’endroit du ministre Kazagui et de l’opinion nationale et internationale le projet de partenariat signé entre l’Etat centrafricain et   la société chinoise Startimes, mais  resté à ce jour lettres mortes.

Comme l’exigent les règles élémentaires qui fondent toute administration digne de ce nom, il est fait une impérieuse obligation, au nom du principe de la continuité de service public,  à M. Kazagui d’abord d’extraire des tiroirs ce projet et de le réactualiser avant d’aviser, ensuite. Or,  en agissant ainsi, non seulement l’homme démontre sa non – maîtrise réelle de ces principes et prouve qu’il n’a jamais été un administrateur, mais surtout donne totalement l’impression de quelqu’un qui vient d’arriver aux affaires et qui voudrait bien faire comme les autres : se mettre plein la poche et la bouche rapidement et avant qu’il ne soit trop tard.  Ce que ne ferait pas  un fonctionnaire ayant un plan de carrière et la maîtrise de la technicité. Il aurait pris langue avec la partie chinoise avant d’agir.  Il n’aurait pas agi  de cette manière de peur de décevoir un partenaire privilégié  qui est la Chine. Voici ce que l’agence centrafricaine a publié  à  propos de ce dossier :

« Bangui, 22 Juil. (ACAP) – Le Président de la République Faustin-Archange Touadéra s’attend à ce que les émissions de Télévision Centrafricaine (TVCA) et de Radio Centrafrique parviennent à tous les Centrafricains où qu’ils se trouvent sur le territoire national, à l’occasion de la signature d’un contrat de partenariat avec la société chinoise Startimes, jeudi 21 juillet 2016, à Bangui.

L’objectif de ce contrat est de redynamiser les émissions de la radiodiffusion et de la télévision nationales, en les faisant basculer de l’analogique au numérique, avec les compétences technologiques de la société chinoise Startimes.

Le Président Faustin-Archange Touadéra a déploré le fait que jusqu’à ce jour, les médias publics audiovisuels de la République Centrafricaine n’émettent que pour les populations de la capitale, ce qui ne pourrait pas contribuer à véhiculer la politique de développement du gouvernement à toutes les populations sur l’ensemble du territoire national.

Le Président des Affaires internationales du groupe Startimes Média et membre du Conseil d’Administration, Gu Xum, a rassuré ses partenaires centrafricains que Startimes est à la hauteur du projet, dans un délai de trois ans, qui est celui de la télévision numérique et dont l’entreprise à des l’expérience dans ce sens sous d’autres cieux.

Le contrat entre le gouvernement de la République Centrafricaine et le groupe Startimes a été paraphé par le ministre centrafricain de la Communication, Charles-Paul Lemasset-Mandya, et le Président des affaires Internationales du groupe Startimes Média, Gu Xum, en présence du Chef de l’Etat, Faustin Archange Touadéra ».

Où en sommes – nous donc ? Dans un Etat ou dans une République bananière ? Très certainement,  nous ne sommes pas dans un Etat mais plutôt dans une république bananière , car dans un Etat, ce sont des fonctionnaires et agents de l’Etat qui gèrent et administrent et non des baroudeurs politiques.  Le seul fait ici ,pour M. Kazagui  d’ignorer tout bonnement  la notion du principe de la continuité du service public, est expressif de l’état de comportement et d’esprit  de ceux qui nous gouvernent et  confirme la mal gouvernance incarnée et institutionnalisée par ce gouvernement dont la démonstration vient d’être faite, à travers la publication des décrets portant nominations des préfets et sous – préfets.

Affaire à suivre……!

Gaspard Koyatémo

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here