ENERCA : Blaise Banguitoumba situe la population sur la question des délestages

0
88
Le Directeur des Études et de distribution, M. Blaise Banguitoumba a rencontré les professionnels des médias en la présence de M. Emile Ngomalé, président du comité de délestage le 25 juin 2018 dans son bureau. L’objectif de cette rencontre consiste à situer la population sur le problème de délestages tant décrié ces derniers temps dans la ville de Bangui.
Selon M. Blaise Banguitoumba, les causes du non-respect du programme de  délestages sont trop techniques car cela s’explique par des calculs. En effet, l’ENERCA avait mis en place en 2015 un programme rotatif d’alimentation de la ville de Bangui. Ce programme rotatif est basé sur les calculs qui ont été élaborés par l’ENERCA. Le programme est reparti en 3 tranches de 8 heures de  temps dans la journée. Les lignes où les zones ont été regroupées en trois tranches. Chaque groupe de ligne était alimenté 8 heures par jour et cela a été respecté jusqu’à fin 2017. Mais à partir de cette période,  ils ont commencé à enregistrer des faiblesses dans le programme au point de ne pas pouvoir  le respecter.
Au lieu de 8 heures, l’ENERCA est obligée de réduire à 6 heures. Les manœuvres sont actuellement difficiles à cause des exigences des machines. Pour Ceux qui sont alimentés de 13heure à 21 heures, à partir de 17h30mn-18h on arrive sur les deux groupes à retirer un groupe et attendre  19 heures pour relancer.
C’est pour dire que les hypothèses de base qui ont permis l’élaboration des programmes de 2015 ne sont plus conservées. Le besoin en électricité a sensiblement augmenté alors que la capacité de production de l’énergie est restée faible du fait de la vétusté des machines comme nous l’avons susmentionné.
Il est à noter que des maisons de commerce ou des entreprises se sont également installées dans la ville ; ce qui a occasionné l’augmentation en termes du besoin en électricité. Il y a en plus certaines personnes qui se sont installées sur des axes « privilégiés » où  connectées sur les lignes qui ne doivent pas être coupées pour ne pas paralyser l’administration, les hôpitaux,et les sites stratégiques.
Pour ces raisons, techniquement, le programme de 8h devient difficile car le niveau de consommation en 2017 a augmenté et le mouvement des populations a fait changer les donnes en termes du niveau de consommation de certaines localités.
Ceci étant dit,  l’ENERCA a un réel problème mais ses techniciens se sont donnés toujours le meilleur d’eux-mêmes pour maintenir  la situation, le temps de renforcer la capacité de la société. Faut-il rappeler que l’unité de l’énergie, c’est la puissance plus la durée, donc vous avez le Mw en termes de  puissance et l’heure de consommation en termes de  durée. Entre les deux paramètres, la durée pour la production c’est 8760 heures/année. Et si la puissance ne monte pas, le volume en énergie ne montera pas. Donc, pour  disposer de l’énergie et monter, il faut installer d’autres groupes ou il faut renforcer les capacités de production de  Boali.
Étant donné que l’ENERCA produit de l’énergie pour la vendre, il n’y a aucune raison de brimer les gens. Toutes ces difficultés ont été portées à la connaissance de la hiérarchie qui se bat avec le concours des partenaires afin de répondre favorablement aux demandes en énergie qui ne cessent d’augmenter.
Carlos Lebrun

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here