Deux chefs de village du secteur Landja – M’Boko détenus dans les geôles de l’OCRB à Bangui depuis 48 heures

0
1056

Alors que les rideaux étaient sur le point de tomber définitivement sur l’année 2019, deux chefs de village du secteur Landja – M’Boko ont été arbitrairement et injustement arrêtés, il y a deux jours, et sévèrement molestés par les éléments de l’OCRB qui reçoivent leurs instructions directement du directeur général de la police, un certain Bienvenu Zokoué, l’homme de toutes les basses besognes du mathématicien de Boy – Rabé, dont les mains sont pleines du sang des centrafricains et dont le nom figure en première place dans les registres de la commission des droits de l’homme à Génève, en Suisse, pour de multiples cas de violations des droits humains, d’enlèvements, de tortures et d’exécutions extra – judiciaires.

Pour mémoire, c’est à lui, alors directeur de l’OCRB, à la tête d’un peloton de la mort constitué d’une cinquantaine d’hommes lourdement armés, à bord de deux véhicules de marque Toyota Nissan type 4×4 type BJ 80, que de fermes instructions ont été données pour en finir, le 1er octobre 2018, avec le journaliste Jean – Paul Naïba dans les locaux de la rédaction du Journal « Le Démocrate », sis au Centre – Ville.

Depuis lors, ces deux individus, chefs de famille et représentant le premier échelon de l’autorité de l’Etat au niveau communautaire, du fait de leur contact permanent avec la population et, par conséquent, jouant un rôle très déterminant dans la collecte des informations sur la circulation des biens et des personnes, la protection des  civils et la réconciliation, croupissent dans les tristement célèbres geôles de cet office chargé de traquer et neutraliser les braqueurs et autres bandits de grand chemin, mais devenu entretemps un vrai Camp de concentration , à savoir un centre d’internement pour les prisonniers politiques, généralement confinés pour des raisons de sécurité, de sûreté nationales ou de punition d’Etat. Justement, il leur est reproché de n’avoir pas signalé aux autorités sécuritaires le passage de « Français blancs » dans leur zone de juridiction ou village, le weekend dernier.

Seront – ils présentés demain au parquet de Bangui pour complicité de déstabilisation ?  Mais, où se trouvent actuellement « ces Français blancs » ? Sont – ils aussi interpellés ? Les autres chefs de village et quartier du Grand Bangui devraient – ils désormais de ce fait et par ce fait signaler aux autorités le passage de tous les étrangers ou binationaux, d’une part, et déclarer la liste de ceux qui résident dans leur localité, d’autre part ? Telles sont les questions qui méritent tout simplement d’être posées.

Selon nos sources, pour le président Touadéra et les siens, la zone de Landja – M’Boko relève d’un secteur hautement sensible. Il ne ferait donc aucun doute que « Ces Français blancs » qui y ont été vus, étaient en réalité en mission de repérages pour la traversée dans les tout prochains jours des troupes acquises à la cause de l’ancien président, le général d’armée François Bozizé. Par conséquent, ceux – ci soupçonnent la République Démocratique du Congo de vouloir déstabiliser le régime de Bangui au profit de ce dernier.

A ce propos, le président congolais Félix Antoine Tshisékédi n’était – il pas le porte – parole des autres chefs d’état qui ont pris  fait et cause pour François Bozizé, lors du 9ème sommet extraordinaire de la CEEAC, tenu à Libreville, le 18 décembre dernier ? Comment Faustin Archange Touadéra pouvait – il seulement croire ses oreilles que son Frère Félix Antoine pût être si sec, direct et franc avec lui ? N’avait – il multiplié des contacts et des missions en terre congolaise pour empêcher que Bozozé ne pût utiliser ce territoire pour rentrer dans son pays, en Centrafrique ? N’était – il pas assuré que, Kabila parti,  Boz ne pût bénéficier de solides soutiens en RDC et qu’il fût devenu plus que nécessaire de travailler à cela ?

Seulement, aussi stratégique que peut paraître cette position défendue jusqu’ici par le président centrafricain, l’homme avait oublié une chose : les contacts de Bozizé, après le départ du président Kabila, sont toujours restés en place dans les services de renseignements et l’armée congolaise.

Aux dernières nouvelles, tandis que Touadéra faisait le réveillon chez sa 5ème épouse à Galabadja, ces deux pères de famille séjournaient et continuent de séjourner, au moment où nous mettons sous presse, dans les geôles de l’OCRB à Bangui.

Affaire à suivre…. !

Jean – Paul Naïba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here