Centrafrique : les en-dessous du limogeage par décret du DG de la garde présidentielle, le Gl Alfred Service

0
61

Les en-dessous du limogeage par décret du DG de la garde présidentielle, le Gl Alfred Service

Des sources non autorisées font état de ce que le soir du mardi 17 janvier passé, un décret muet aurait mis fin à la mission du général Alfred Service alias Lapadjo à la tête de la garde présidentielle. Au motif qui, jusque-là est non élucidé.

Des informations recoupées ça et là laissent croire que le président de la République monsieur Faustin Archange Touadéra dans sa décision mettant fin à la mission de son directeur général de sécurité, le général Alfred Service serait prise dans la précipitation ou un cinglant règlement de compte.

Les éléments d’informations en notre possession laissent entrevoir deux scénarii : un piège à ciel ouvert ou une maladresse de part et d’autre. Comment ?

Voici le déroulé des faits :

Il s’agirait d’une mission expéditive effectuée par le DG de la sécurité présidentielle, le général Alfred Service sur le site des éleveurs peuls au village Djabarouna, situé à plus de 45 Km de Bangui précisément sur la route de Damara, dans la journée du 17 janvier en question. Mission, autorisée par la présidence de la République suite à une information faisant état de ce qu’une poignée d’hommes armés non identifiés seraient interpelés par les jeunes de cette contrée appuyés par certains sujets éleveurs peuls.

Une fois arrivée, sur les lieux, le général Alfred Service alias Lapadjo passe en revue l’identité des hommes armés. Après un bref échange avec quelques-uns en aparté, l’homme a fini par décidé la relaxe pure et simple des inconnus armés.

Puis, il embarque dans sa escorte en direction de Bangui.

Chemin faisant, un des jeunes dudit village probablement proche du président Touadera, prend son téléphone et appelle directement sur le numéro du boss pour l’informer qu’ils avaient capturés bel et bien des rebelles, mais le général Lapadjo est venu les libérés. Euh !

Piqué par une colère noire, le président Touadéra décide le remplacement sans explication de son DG de sécurité, le général Alfred Service alias Lapadjo par un de ses plus proches parents, quand bien même inexpérimenté.

L’on signale, en passant que la décision du président Touadera de remercier son DG de la sécurité n’est pas un fait d’ hasard comme d’aucuns peuvent le croire. Elle fait suite à un tas de soupçons qui pesaient sur le général Alfred Service comme étant un infiltré du sérail présidentiel. Bref !

En creusant davantage, nous avons découvert la supercherie à la base des soucis de notre pauvre et imprudent DG de la sécurité présidentielle, le général de brigade Alfred Service alias Lapadjo.

Selon toute vraisemblance, les hommes en armes interpelés par les jeunes de la localité de Djabarouna et relaxés par le général Alfred Service seraient des jeunes à qui le colonel Wananga, l’adjoint de Lapadjo aurait distribué des armes pour sécuriser l’entrée et la sortie de la ville de Damara. Une initiative décidée dans le cercle fermé du président Touadera lors d’une réunion secrète tenue à Mondjo (ferme familiale du président Touadera) à Damara.

D’après certaines indiscrétions, le colonel Wananga prévoyait des incursions des bandits armés ou rebelles dans la ville de Damara. Au cas où ce scénario venait à rentrer dans sa phase effective, ces jeunes armés clandestinement seraient en mesure de tenir tête aux assaillants pour quelque temps en attendant l’arrivée des éléments de la garde présidentielle avec leur puissance de feux. Sic !

Ainsi, tout porte à croire que le général Alfred Service n’était pas le seul à être informé de ces dotations en armes d’une partie des jeunes de la localité. L’on nous informe que le DG de la police nationale, le général Bienvenu Zokoue serait en palabre avec Wananga à cause de cette boiteuse initiative. Il semblerait que les jeunes armés clandestinement jouent aux Cow-boys de la localité de Damara et ses environs. Au point de manquer de temps en temps du respect aux policiers en faction dans ladite localité.

Question : le DG de la sécurité présidentielle, le général Alfred Service alias Lapadjo a-t-il été piégé par la pègre Touadéra ou est-il victime de son imprudence professionnelle ?

Attendant d’y voir clair, notre général n’a pas droit à l’erreur. Sinon, ce serait le scénario de son ancien frère d’arme François Bozizé Yangouvonda en septembre 2002 avec feu Ange Félix Patassé alors président de la République. Affaire à suivre.

Le Quotidien de Bangui

Lu Pour Vous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here