Centrafrique : la Beac bientôt préoccupée par la circulation de faux billets émis par l’Imposteur de Bangui et ses feymen camerounais ?

0
210

D’après les fracassantes révélations faites par le célèbre liveur centrafricain Rodrigue Joseph Prudence Mayté dans l’un de ces lives ces derniers, l’Imposteur de Bangui est sous l’emprise des feymen camerounais depuis plusieurs jours. C’est par l’entremise de l’un de ses nombreux conseillers camerounais Emile Parfait Simb, à la tête de la nouvelle Organisation africaine de la russophonie et homme d’affaires camerounais, visé par plusieurs plaintes pour escroquerie et blanchiment d’argent, déposées notamment en France, qu’il a pu nouer de solides contacts avec ces spécialistes professionnels en multiplication de faux billets de banque. En recourant à leur expertise, le professeur des mathématiques de l’Université de Bangui veut trouver une solution efficace et efficiente aux très fortes difficultés de trésorerie que connaissant actuellement les caisses de l’état, du fait de l’insuffisance des recettes domestiques et de la suspension des appuis budgétaires extérieurs depuis 2022.

En dépit des éléments matériels attestant incontestablement que les premiers produits sortis directement de l’usine de fabrication des billets de banque, tenue et gérée par ses amis camerounais, étaient constitués de faux billets pour un montant d’un milliard six cents millions de Fcfa sur une commande totale d’un milliard huit cents millions de Fcfa, Touadéra, acculé de toutes parts et étant rentré très bredouille tel Gbakonzon le chasseur malchanceux du sommet Arabie Saoudite – Afrique, n’avait d’autres options que de revenir vers ces délinquants et ces criminels qui usent de la naïveté de leurs clients pour s’enrichir, en marchant allègrement sur les dispositions des lois relatives à la répression du faux monnayage et des autres atteintes aux signes monétaires dans sous – région de la Cemac. Le montant de la nouvelle commande serait estimé à plusieurs milliards de Fcfa. Transportés par un véhicule tout neuf escorté par des éléments de la garde présidentielle, ces faux billets de banque seraient utilisés pour payer les salaires des mois de novembre et décembre 2023.

Si, selon des informations crédibles et fiables, la COBAC a décidé de sévir contre les banques commerciales dont les responsables se sont laissé aller à cet acte extrêmement dangereux et criminel, en ce qui concerne les conséquences de la première commande, la Beac serait déjà préoccupée par la circulation de faux billets sur le marché centrafricain. La Beac pourrait tenir très incessamment une réunion de crise dans la métropole économique camerounaise de Douala pour évaluer l’ampleur du mal. D’après des témoignages concordants, les faux billets de banque, en l’occurrence les coupures de 10.000 Fcfa et autres dont les numéros commencent par 034, inondent le marché.

« Ce problème de circulation de faux billets qui n’est pas nouveau devient préoccupant. Il y a quelques mois, la BEAC déplorait déjà cette situation. Il devient urgent pour nos Etats de prendre des mesures fortes pour enrayer ce phénomène », affirme-t-on à la représentation de la BEAC à Douala.

Selon des sources internes à cette institution, les responsables de la Banque centrale devraient se réunir très prochainement pour non seulement évaluer l’ampleur du mal, mais également et surtout, prendre des mesures appropriées pour venir à bout de ce fléau dont le responsable s’appelle Faustin Archange Touadéra. En effet, en cette période qui précède les fêtes de fin d’année, des responsables redoutent que ce phénomène fasse des victimes auprès d’un plus grand nombre de personnes tant en République centrafricaine que dans toute la communauté monétaire d’Afrique Centrale.

La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici