Bida à la manœuvre pour le soutien militaire de Kigali à Touadéra

0
988

Le samedi 4 janvier 2020, est arrivé à 12 h 03 mn à l’aéroport international Bangui M’Poko, à la demande insistante des plus hautes autorités centrafricaine, un vol spécial rwandais par jet privé affrété par Kigali. De cet aéronef qui est reparti vers 16 h 25 mn, a débarqué une délégation gouvernementale rwandaise conduite par le ministre des affaires étrangères, nous ont rapporté des sources proches de la présidence centrafricaine.

Ces sources affirment que Touadéra, avec un certain Pascal Bida Koyagbélé, nommé tout récemment à la délégation générale des grands travaux des investissements stratégiques, à la manœuvre, veut bénéficier du soutien militaire de Kagamé, afin de parer au pire.

Sous pressions de ses pairs de la CEMAC et de la CEEAC, à l’exemple des injonctions qui lui ont été adressées, lors du 9ème sommet extraordinaire tenu à Libreville, le 18 décembre 2019, le sommant de manifester de la déférence à l’endroit de l’ancien président François Bozizé et d’ouvrir le débat avec toutes les forces vives de la nation, dans les meilleurs délais, en vue de trouver des solutions pacifiques à la crise centrafricaine qui n’a que trop duré, et convaincu que la Minusca ne peut pas et ne pourra pas assurer sa protection, au cas où de nouvelles tensions viendraient à naître dans la capitale, l’homme joue son va – tout afin de disposer du parapluie rwandais pour sa sécurité. Et tout cela, parce que depuis le retour inopiné de l’ancien chef d’état – major du président Patassé, tel un loup rentré par effraction dans la bergerie, le régime de Bangui est dans la panique et ne sait plus à quel saint se vouer. Et c’est justement l’objet de la visite de cette délégation gouvernementale rwandaise.

En effet, Bangui a décidé de travailler le président Kagamé contre l’ancien président François Bozizé. C’est un certain Pasca Bida Koyagbélé qui est chargé du traitement de ce dossier par le truchement de la ministre rwandaise du commerce. L’argument sur lequel Bangui se fonde est simple : faire croire à Kagamé que Bozizé est contre ses intérêts et celui du Rwanda en Centrafrique, et par conséquent solliciter,conformément au dernier accord de défense ou de coopération militaire entre la RCA et le Rwanda, la protection du régime de Bangui, par le biais de l’armée rwandaise qui pourra intervenir dans le cadre de cette relation. Cet appui militaire rwandais ne sera pas placé sous contrôle direct de la Minusca, histoire d’éviter ce qui s’était passé, lors de la fameuse opération dénommée « Soukoula » au Km5, lorsque le contingent rwandais s’y était lancé, sans avoir préalablement obtenu l’accord du haut commandement militaire de la Minusca. Même si la Minusca a dû couvrir plus tard ce contingent, ce couac a été très mal perçu dans les milieux diplomatiques. D’où cette méfiance de soumettre cette aide militaire sous la hiérarchie de la Minusca.

Afin de presser Kagamé à mordre les vers soigneusement enroulés au bout de l’hameçon, Touadéra et Bida mettent également en exergue les difficiles relations pendantes entre le Rwanda et l’Ouganda. A ce propos, ils n’ont pas hésité à présenter l’ancien président Bozizé comme un pion de Yoweri Museveni pour contrer Kagamé.

Le président Kagamé qui, lors de sa visite à Bangui, n’était pas allé avec le dos de la cuillère pour demander à son hôte centrafricain le dialogue comme mode de règlement de la crise centrafricaine, tombera – t – il dans ce piège, cousu de fil blanc et guidé uniquement par la soif effrénée d’un homme à garder coûte que le pouvoir  pour ses bas intérêts et au détriment de son peuple, abandonné à lui – même et livré à la merci des seigneurs de guerre et autres mercenaires, partenaires du régime ?

Affaire à suivre…. !

Jean – Paul Naïba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here