Obo : le Gangster de Bangui et les siens optent pour la désinformation et la manipulation de l’opinion

0
1285

Les informations relayées, il y a quelques jours, sur les réseaux sociaux, selon lesquelles deux avions cargos russes bourrés de 300 Faca et d’équipements militaires et logistiques destinés  aux éléments du commandant Mahélengamo, harcelés de toutes parts pendant plus de deux semaines par les mercenaires peulhs de l’UPC d’Ali Darass, ministre – conseiller à la primature en charge de la sécurité de la région Centre – est et partenaire privilégié du Gangster de Bangui, sont totalement fausses. Elles relèvent tout simplement du domaine de la désinformation, de la diversion et de la manipulation éhontées visant à tenter de calmer la tension qui n’a de cesse depuis lors de monter au sein de l’opinion tant nationale qu’internationale, ont rapporté à notre rédaction de sources locales indépendantes. Elles ont été créé en toutes pièces par le Gangster de Bangui et les siens en réponse aux voix des Centrafricains qui s’élevaient ces derniers temps pour exiger du gouvernement plus d’hommes et plus de moyens matériels en renforts aux forces armées centrafricaines qui résistaient et continuent de protéger le pays des Guerriers Zandé,  avec un certain héroïsme, face aux attaques barbares des assaillants de l’UPC.

Pour être claires et parfaitement compréhensibles, ces sources affirment et soutiennent qu’aucun renfort en hommes et en matériels n’a été dépêché à Obo ces dernières 48 heures. Et un militaire en détachement ayant requis l’anonymat de confirmer ces propos en ces termes :  » Nous sommes abandonnés à nous – mêmes et livrés à la merci des éléments d’Ali Darass par notre état – major et le chef suprême des armées. En dépit de nos maintes demandes, nous n’avons reçu que du mépris et même des injonctions nous demandant de cesser de nous battre. Si nous avions obtempéré, nous aurions déjà été canardés lors de la dernière attaque. Pis, au lieu de nous envoyer des hommes, des équipements et le chef  d’état – major adjoint en charge des opérations, nous avons été surpris de voir débarqués à bord d’un avion de la Minusca le chef d’état – major et le DG de la garde présidentielle, en mission de villégiature. Non, nous n’avons pas reçu de renforts ».

De sources concordantes et aux dernières nouvelles,  « la ville d’Obo se trouve toujours sous la menace d’une attaque imminente et musclée des éléments de l’UPC protégés depuis toujours par le régime du Président Touadera pour en être les bras armés. La particularité de cette attaque, c’est l’alliance UPC\LRA, ce qui présage d’un lendemain incertain et douloureux. Prions pour nos compatriotes de cette localité, et pour les braves soldats de la République qui se battent becs et ongles, malgré l’obsolescence des moyens mis à leur disposition, pour défendre notre territoire et sauver des vies. Pendant que ses enfants chéris, sous la très haute impulsion de son ministre conseiller Ali Darassa, cherchent à étendre leur aire d’influence, Faustin Archange Touadéra s’investit à faire modifier la constitution du 30 mars, obligeant la Cour constitutionnelle à une concertation politique qui ne relève pas de son pouvoir. Les jours à venir s’annoncent difficiles et appellent à un éveil de consciences citoyennes ».

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here