Centrafrique : Voilà encore de gros mensonges savamment pensés par les mercenaires du Groupe Wagner et mis dans la bouche de l’Imposteur de Bangui !

0
204

 

Centrafrique : «Nous ne sommes pas contre la France», assure le président Touadéra

 

En 2018, Bangui accusait Paris de soutenir un embargo sur les armes qui empêchait, selon les autorités centrafricaines, d’armer ses militaires pour combattre une multitude de groupes armés rebelles.

«Nous ne sommes pas contre la France», a assuré le président de la Centrafrique, Faustin Archange Touadéra, dont les relations avec Paris se sont fortement dégradées depuis le rapprochement de Bangui avec la Russie en 2018, dans un entretien exclusif accordé mercredi 9 août à l’AFP et TV5 Monde.

«Nous ne sommes pas contre la France (…) Je viens juste de recevoir (mercredi) le nouvel ambassadeur de France en République centrafricaine. Ça veut dire qu’il y a la coopération entre la France et la République centrafricaine qui se poursuit et nous cherchons à l’améliorer, à (la) consolider dans l’intérêt de nos deux populations», a déclaré Touadéra.

Moscou à la rescousse

Des centaines de mercenaires du groupe russe Wagner avaient débarqué en Centrafrique en 2018, officiellement selon Moscou pour entraîner l’armée, mais surtout parce que le régime de Touadéra reprochait à la France, l’ancienne puissance coloniale, de lui tourner progressivement le dos. Bangui accusait Paris de soutenir un embargo sur les armes qui empêchait, selon les autorités centrafricaines, d’armer ses militaires pour combattre une multitude de groupes armés rebelles occupant les deux tiers du territoire depuis le début de la guerre civile en 2013.

Fin 2020, Touadéra, menacé par une offensive rebelle sur Bangui, avait appelé Moscou à la rescousse et des centaines d’autres mercenaires russes avaient débarqué et permis rapidement de repousser les groupes armés hors de la plupart des territoires qu’ils contrôlaient. Les derniers militaires français déployés en Centrafrique ont quitté le pays en décembre 2022 et Wagner s’est imposé comme l’un des principaux partenaires sécuritaires du gouvernement.

«La République centrafricaine est un pays qui cherche à entretenir de bonnes relations»

Interrogé sur le partenariat avec la Russie, Touadéra a estimé qu’il «n’y a pas de raison que cette relation ne puisse pas se poursuivre». «D’ailleurs, les autorités russes l’ont dit», a-t-il ajouté, en référence aux déclarations en ce sens du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov en juillet. «La République centrafricaine est un pays qui cherche à entretenir de bonnes relations avec tous les pays qui souhaitent travailler avec nous, avec tous les pays amis, y compris la France et la Fédération de Russie», a résumé le président Touadéra, 66 ans.

«Aujourd’hui, nous menons une diplomatie pour permettre à notre pays de bénéficier de (tous) types de coopération possibles», a-t-il ajouté. Mercredi, avant d’accorder son entretien à l’AFP et TV5 Monde, Touadéra a reçu les lettres de créances du nouvel ambassadeur de France extraordinaire et plénipotentiaire à Bangui, Bruno Foucher, ancien ambassadeur de France au Liban de 2017 à 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici