Centrafrique/Révélation : Touadéra gère le pays en voulant se venger des autres par tous moyens et occasions !

0
241

CENTRAFRIQUE/POLITIQUE: JS-WAFIO VS FA-TOUADÉRA

Comment comprendre le #MarigotPolitique Centrafricain?
Nous avons un exemple en analysant cette Lettre ouverte que l’ancien ministre Jean Serges Wafio adresse à l’actuel président de la République, chef de l’État Centrafricain, Faustin Archange Touadera.
L’extrait choisi et mis en avant est destiné à faire toucher du doigt le comportement ici indexé de l’ancien Premier ministre de François Bozizé Yangouvonda, à l’égard de son frère Jean Serges Wafio, qui était pourtant de son Gouvernement, avant qu’il parte #Commissaire à la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).
Ce comportement de Faustin Archange Touadera s’explique par notre virulente opposition, nous de la majorité présidentielle, j’y étais, à sa nomination au poste de Premier ministre, le 22 janvier 2008.
Jean Serges Wafio fut un des ténors de ce jour-là.
Bien qu’absent de la salle de cinéma du #PalaisDeLaRenaissance, confiné dans une salle d’attente transformé en Bureau du Premier ministre entrant, Faustin Archange Touadera finit par apprendre comment François Bozizé Yangouvonda dut nous l’imposer. Ce n’était point gagner du tout pour le Premier ministre entrant qui a failli ainsi perdre sa nomination. Il l’emporta en raison de la division affichée par les leaders de la majorité présidentielle, issue de la #ConvergenceKwaNaKwa d’adouber un des leur…
Jean Serges Wafio n’y penserait plus mais Faustin Archange Touadera n’oubliera jamais cette cruelle offense à lui portée ce jour-là, en mémorisant chacun des noms et visages.
C’est le retour du bâton !
Que mes compatriotes se fassent donc l’idée de <<comment nous gérons ce pays>>, avec la haine de l’Autre, en voulant nous venger de l’Autre, par tous moyens et occasions.
NON, ce n’est pas l’entourage de Faustin Archange Touadera qui le conseille mal mais lui-même qui veut faire boire la tasse aux uns et aux autres…qui n’avaient pas une haute idée de lui.
Bon week-end, Patriotiquement !
____________________
<< Et encore WAFIO qui prépare un autre coup d’Etat ?

Après le prétendu coup d’Etat préparé par WAFIO avec le capitaine NGAÏKOSSET et le colonel OUILIBONA WAN ZAN à Boy Rabbe, c’est maintenant WAFIO qui prépare un autre coup d’Etat, cette fois-ci en France, avec NDOUTIGAY et FEÏNDIRO………….. Décidément, les Dieux sont tombés sur la tête.

Excellence, Monsieur le Président et Chef de l’Etat,

Voilà deux fois que votre entourage ou Vous me soupçonnez de faire un coup d’Etat. Une manière sibylline de noyer le chien en l’accusant de rage, c’est à dire ‘’neutraliser politiquement’’, en d’autres termes éliminer physiquement. Neutraliser tous ceux susceptibles de faire ombrage, telle a été et reste l’obsession des Chefs d’Etat centrafricains en mal de crédibilité. Mais je ne suis pas ‘’neutralisable’’.

Je Vous le répète et avec force, votre élection à la magistrature suprême de l’Etat a été circonstancielle. Et votre possible réélection, dépendra de votre propre bilan dans deux ans. Comme je l’ai ci-dessus évoqué, votre mandat a été dès le début impacté par des facteurs négatifs et Vous-même, au lieu de l’améliorer, Vous l’empoisonnez actuellement avec la mise en œuvre des recommandations du dialogue de Khartoum.

De grâce, Monsieur le Président, Chef de l’Etat, cessez de faire surveiller ma maison de nuit. En mon absence, il n’y a que la sentinelle. Toutes mes réunions je les tiens au siège du PDCA à l’espace KONA. Avant de quitter Bangui pour Augan, je vous avais adressé une correspondance dans laquelle je Vous avais informé de mon voyage et avais sollicité votre accord exceptionnel, autorisant le Ministre des Finances à me payer mes arriérés. J’ai été sidéré d’apprendre que certains de votre entourage Vous ont déconseillé de marquer votre accord, espérant voir ma maladie s’aggraver, laquelle me fera crever. Mais je n’étais pas un malade grabataire et évacué, comme ils se plaisent à le dire. IL était question de contrôles ou tests médicaux pour des maladies comme la coloscopie, la cardiographie, le cancer de la prostate ou du colon et autres qu’on ne peut faire chez nous, faute de structures médicales adaptées. Vous-même Vous venez faire vos contrôles et Vous soigner en France, et Vous refusez sur demande de votre entourage de me payer mes droits pour en faire autant. Quel cynisme politicien. Ceci dépasse tout entendement pour un Chef d’Etat, qui a juré sur la constitution de protéger la population.

Excellence, Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat,

Cette lettre ouverte que je Vous adresse en toute humilité est le condensé du constat négatif de votre gestion des pouvoirs de l’Etat au bout de ces trois premières années de votre mandat, un mandat qui a été compromis dès le départ et que Vous empoisonnez avec les recommandations du dialogue de Khartoum, un autre dialogue de plus, non nécessaire. Durant ces trois années, Vous n’aviez pas fait ce que Vous devriez faire, et Vous avez fait ce que Vous ne devriez pas faire.>>

[https://www.facebook.com/erick.tchindeph/posts/2113092725464926]

Henri Grothe

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here