Centrafrique : quand le mensonge tourne littéralement au délire

0
132
Le mensonge tourne littéralement au délire lorsque vous avez le toupet d’écrire et de dire à la face du monde que la Constitution du 30 mars 2016
<<n’affirme pas clairement la souveraineté de l’Etat centrafricain et l’indépendance nationale.>>
Pauvre Touadéra !!
Vous qu’on dit « professeur », comprenez-vous au moins la langue de Molière ? Mieux, avez-vous vraiment lu cette Constitution ? Il y a lieu d’en douter…
Car, vous auriez lu que dans son Préambule, il est écrit, noir sur blanc ceci :
(le Peuple centrafricain,
<<Résolu, conformément au Droit International, à préserver et à défendre l’intégrité du territoire de la République Centrafricaine ainsi que son droit inaliénable au plein exercice de sa souveraineté sur son sol, son sous-sol et son espace aérien ;> > (paragraphe 5). Ceci n’est pas clair? Peut-on être plus clair, plus explicite? Qu’est-ce qui peut être plus « clairement affirmé »?
La vraie question est qu’avez-vous fait, M. Touadéra, de notre sol et notre sous-sol, de notre DROIT INALIENABLE au plein exercice de notre SOUVERAINETÉ ?
Vous avez livré le pays et ses ressources du sol et du sous-sol à vos amis mercenaires de Wagner et du Rwanda par la faute de la Constitution ? Ou par votre cupidité légendaire et votre soif inextinguible du pouvoir?
De grâce, cessez de divaguer… Lisez simplement la Constitution, plutôt que de perdre inutilement votre temps à vouloir la remplacer.
J’ajoute ceci :
Le TITRE II de cette Constitution est intitulé
<<DE L ‘ ÉTAT ET DE LA SOUVERAINETÉ>>! Si vous aviez eu la lucidité d’ôter vos oeillères et de lire sans cette arrière-pensée qui bride votre capacité à comprendre ce qui est écrit, vous auriez compris…
Ce prétexte stupide tombe,lui aussi, à l’eau, comme tout le reste hélas!
** Mais vous persistez :
<<Une grande majorité de la population et des forces vives de la Nation, écrivez-vous, se sont exprimées à travers des pétitions, des mémorandums, des marches organisées sur l’ensemble du territoire national…>>
Là, vous faites franchement pitié, M. Touadéra ! Vous brandissez cette illusion cocasse à l’intention de la communauté internationale, pour lui faire croire qu’il y a une réelle adhésion à votre folie du pouvoir à vie. La communauté nationale, elle, sait une chose : vous avez personnellement conçu et commandité de petites « mises en scène » dont vous avez confié l’exécution à la sinistre bande d’exécuteurs de vos basses oeuvres – les Dimbélé Ngamana, Ngouandjika, Kossimatchi, Kakpayen, Doneng, et Tutti quanti – qui, péniblement et lamentablement, à coups de maigres sommes d’argent, se débattaient pour attirer et regrouper quelques poignées de miséreux affamés. Si c’est ce que vous appelez <<une grande majorité de nos populations>>, c’est à désespérer de vous-même et de vos serviteurs et admirateurs.
Soit dit en passant : ce pays a de tous temps compté, depuis Barthélémy BOGANDA, des icônes politiques, des théoriciens et praticiens de haut vol de la politique, des esthètes et des professionnels de la politique. Ça, cétait avant votre soudaine intrusion et tout ce que vous commettez. Penser et voir que, grâce à vous et à vos pratiques, la Politique – ce devoir d’excellence – soit réduite au pitoyable niveau de ces laquais que je viens de citer, vous-même y compris, il n’y a pas pire humiliation pour notre vaillant peuple!!!
Je pourrais prolonger indéfiniment cette litanie des mensonges qui émaillent votre discours, mais, à quoi bon? La cause est entendue : tout votre discours n’est hélas, que mensonges….
Le peuple de Centrafrique, ni partiellement ni unanimement ne vous a jamais, au grand jamais, réclamé d’urgence, encore moins exigé une nouvelle Constitution.
A l’instar d’autres petits présidents africains passagers, vous essayez à votre tour, en vous abritant derrière le nom du peuple, de forcer un destin qui n’est pas le vôtre, afin de vous offrir, pensez-vous, un 3ème, un 4ème, un 5ème mandat…
Vous échouerez, M. Touadéra. Je n’en doute pas un instant. Il ne peut pas en être autrement.
Comme je l’ai dit plus haut, vous perdrez bien plus que le petit reste du pouvoir que vous semblez encore avoir…
Ceux qui vous pratiquent parlent de votre entêtement, surtout dans les mauvaises causes; alors, allez-y, jusqu’au bout de votre hérésie.
Plus vite vous vous acharnerez, plus vite ce peuple sera débarrassé de vous et de la racaille qui vous vénère dans sa cécité et vous déifie.
Le pays ne s’en portera que mieux, cela est indiscutable !
PS :
1°/J’ai une pensée respectueuse pour Monsieur Macky Sall, Président du Sénégal, qui, il y a quelques jours, en Homme d’Etat, a su faire le bon choix, ce qui lui vaut les hommages mérités et unanimes de l’univers… C’est à de tels gestes que se reconnaissent les Grands Hommes. Ces Hommes qui font et marquent l’Histoire, celle de leur pays, et, qui sait, celle de l’humanité!
Vous, Touadéra, vous n’êtes pas un et ne serez jamais un de ces Grands Hommes !
2°/ Souvenez-vous, M. Touadéra, il n’y a pas encore tout à fait deux années, du côté de Conakry, celui qui vous sert de modèle en politique, en plus d’être votre confrère, le « professeur-président » Alpha Condé, piqué en son temps par le même virus mortel du 3ème mandat qui vous entraîne ces derniers temps, a procédé exactement comme vous; il a tenu mot à mot les discours que vous tenez aujourd’hui, celui du « peuple guinéen qui le pressait de lui « donner » une nouvelle constitution ». Il a même réussi à perpétrer cette forfaiture, puis a entamé le 3ème mandat du peuple… Vous connaissez la suite, vous, un homme si informé.
La fin de sa mésaventure fut terrible!!
Suivez seulement mon regard…
Je n’en dirai pas plus.
Ernest LAKOUÉTÉNÉ-YALET
Ce 09 juillet 2023

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici