Centrafrique : la Minusca continue de jouer au médecin après la mort

0
160

 

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) condamne fermement les récentes violences ciblant délibérément les populations civiles à Boyo (préfecture de la Ouaka), et dont les auteurs sont des éléments armés coordonnés et assimilés aux anti-Balaka. La localité a été le théâtre d’incidents graves les 6 et 7 décembre 2021, avec une quinzaine de civils tués, des cas d’amputation, d’extorsion et destruction d’habitations, et près de 1500 personnes déplacées, actuellement protégées par les casques bleus dont l’intervention rapide aura permis de restaurer une stabilité dans Boyo.

Conformément à son mandat, une mission d’évaluation de la MINUSCA et d’agences humanitaires des Nations Unies s’est rendue le 15 décembre à Boyo, sous contrôle des casques bleus, où elle a rencontré les autorités locales et la population, et a initié des enquêtes sur les crimes graves et violations des droits de l’homme. La MINUSCA a appelé les deux communautés à préserver la cohésion sociale, le vivre ensemble et la paix dans la région, et a également a renforcé la présence de sa Force pour prévenir toute violence.

Par ailleurs, la Force de la MINUSCA a effectué une patrouille de longue portée le 18 décembre sur l’axe Ippy-Bria pour prévenir toute violence dans la région et en appréhender les auteurs et/ou complices.

La MINUSCA réaffirme sa ferme détermination à assurer la protection des civils des violences à Boyo, à Ippy ainsi que dans toutes les régions touchées par les violences commises par les groupes armés. La Mission appelle tous les groupes armés à mettre immédiatement fin à leurs attaques contre les populations et à respecter le cessez-le-feu déclaré par le Chef de l’Etat le 15 octobre 2021 ainsi que leurs engagements prévus dans l’Accord de paix.

Bangui, le 19 décembre 2021

La Minusca

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here