CENTRAFRIQUE: GRÈVE DU PERSONNEL DU MINISTÈRE DES FINANCES ET DU BUDGET: «S’ILS DÉTOURNENT NOS Q.P COMME ILS ONT DETOURNÉ L’ARGENT DESTINÉ AU PAIEMENT DES ARRIÉRÉS DE SALAIRES DE 2002 ET DU RCPCA, ILS VONT VOIR. NOUS ALLONS TOUT EXPOSER SUR LA PLACE PUBLIQUE ET ON VERRA. CAR TROP C’EST TROP».

0
708
Aucune description de photo disponible.

CENTRAFRIQUE: GRÈVE DU PERSONNEL DU MINISTÈRE DES FINANCES ET DU BUDGET: «S’ILS DÉTOURNENT NOS Q.P COMME ILS ONT DETOURNÉ L’ARGENT DESTINÉ AU PAIEMENT DES ARRIÉRÉS DE SALAIRES DE 2002 ET DU RCPCA, ILS VONT VOIR. NOUS ALLONS TOUT EXPOSER SUR LA PLACE PUBLIQUE ET ON VERRA. CAR TROP C’EST TROP».
Il est de coutume en République centrafricaine que pour se faire entendre et faire respecter ses droits par le régime en place afin d’espérer avoir gain de cause, il faut absolument manifester publiquement. C’est ainsi que le personnel du ministère des Finances s’est mis en grève le mercredi 19 juin 2019 pour réclamer le paiement des arriérés de quotes-parts (Q.P) des années antérieures. Récit.
Tôt ce mercredi 19 juin 2019, les Centrafricains étaient surpris de voir les bureaux du ministère des Finances et du budget fermés jusqu’après 9h du matin, contrairement à l’habitude l’ouverture des bureaux des 7h pour certains services ou directions. Raisons évoquées par le personnel dudit ministère armé de palmes, de casseroles et entonnant des chants de détresse qui rythmaient leur mécontentement: «Nous voulons notre argent aujourd’hui. Ou ça ou rien». Ce sont là les mots écrits en noir sur blanc sur les pancartes tenues par le personnel.
Selon quelques manifestants que nous avons pu interroger, c’est depuis plusieurs mois qu’ils sont roulés dans la boue et la farine par le ministre des Finances Henri-Marie Dondra. «On ne comprend plus ce qui se passe dans ce pays. Partout on ne trouve que des menteurs comme si le mensonge est la règle d’or de gouvernance de ce pays. Lors de la dernière grève le ministre avait dit avoir pris bonne note et que les solutions ne tarderont pas à venir pour satisfaire nos revendications. Malheureusement, comme le système en place voudrait maintenir les populations dans la misère pendant qu’une petite couche de la population est dans une opulence insolente et illicite, les promesses n’ont pas été tenues. Or, c’est le personnel des Finances qui œuvre pour la collecte des fonds qui sont malheureusement distribués aux groupes armés. Le personnel réclame uniquement les deux derniers trimestres de Q.P de 2014 et l’intégralité de celles de 2015», dixit un agent des finances en colère.
Selon une autre source de ce même ministère, «la révolution ne demande pas les raccourcis. Elle impose à tous de marcher ensemble dans la bonne voie de pensée et d’action. Si aujourd’hui le personnel est arrivé à ce niveau, la question que l’on se pose ici à notre niveau est de savoir où est passé le fameux don angolais qui pouvait éponger ces arriérés? Et depuis le retour à l’ordre constitutionnel, pendant que les salaires sont payés par les partenaires de l’Union européenne, où vont les recettes propres de l’Etat pour que le gouvernement ne soit pas capable d’honorer ses responsabilités face à des petites choses comme les Q.P dont nous connaissons bien les montants chaque trimestre?», s’est exclamé un syndicaliste des finances.
La vilaine réalité de l’enrichissement sans cause qui bat son plein depuis l’arrivée de Touadéra au pouvoir doit définitivement disparaître en République centrafricaine. Notre pays est un chantier où le critère de moralité, le souci de justice, le respect des droits fondamentaux à une vie, à une existence toujours meilleure, ne sont que des vains mots et ne se manifestent dans la vie sociale que pour ceux qui sont dans les commandes. Or, le gouvernement dispose de par ses responsabilités régaliennes des ressources nécessaires pour subvenir aux besoins des populations. On voit bien la gravité de la situation d’un pays enclavé, qui cherche à sortir d’une longue crise lorsque ses services financiers sont fermés pour une journée, même quelques heures seulement. « Nous faisons le travail et ce sont les dirigeants du pays notamment ceux de l’Exécutif qui bouffent l’argent tranquillement, se gavent des fruits de nos sacrifices et ne pensent pas à nous. Cela ne doit pas continuer comme ça. Nous risquons de tout dévoiler. Et pourtant, l’argent était réservé pour payer les Q.P. Mais où est parti cet argent? S’ils détournent ça comme ils ont détourné l’argent destiné au paiement des arriérés de salaires de 2002 et du RCPCA, ils vont voir. Nous allons tout exposer sur la place publique et on verra. Car trop c’est trop», a martelé un fonctionnaire des régies financières en colère.
Le pays est encore fragile et il est important de réduire les manifestations populaires qui ne font que ternir l’image du pays. Pour cela, rendez aux travailleurs ce qui leur appartient, messieurs du pouvoir. Payez les Q.P et arriérés de salaires de 2002 aux ayant-droit. Cette grève est légitime et le parti MCU des Touadéra et Dondra doit cesser de prendre les Centrafricains pour des « canards sauvages » et des demeurés.
N’utilisez plus l’argent des Q.P, des arriérés de salaires de 2002 et du RCPCA pour corrompre les groupes armés. Ce faisant, vous ne faites qu’augmenter les moyens avec lesquels ils reviendront vous chasser du pouvoir. Il n’y a jamais 1 sans 2, dit-on.
« A BON ATTENDEUR SALUT » (comme écrirait l’autre).
Jean Bedel Dinga-Kpilè
Source: MEDIAS+

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here