Bozoum : L’église catholique accusée par la Minusca de collusion avec les Antibalaka

0
27

Il y a 22 ans, le 22 septembre 1992, je suis arrivé en Afrique centrale. J’avais déjà vécu à Bozoum pendant un an, en 1982-83, juste pour une expérience pastorale. Mais en 1992, c’était pour de vrai, et pendant longtemps. Il ne me semble même pas vrai, et je ne peux que remercier Dieu, mon peuple, ma famille carmélite et ma propre famille pour tout ce que j’ai reçu ces années. 25 ans sont une respiration, et ils vont si vite. Pour l’instant, je regarde devant.

Samedi, j’étais encore à Bouar avec nos communautés engagées à la formation de nos jeunes. Au début de ce jour, lors de la liturgie du matin, 7 jeunes ont reçu l’habit religieux, et ils ont commencé leur année de noviciat. Un peu plus tard, trois jeunes gars ont terminé l’année noviciat en déclarant leurs vœux, promettant Dieu de vivre dans la pauvreté, la chasteté et l’obéissance. Septembre, ici en Afrique centrale, est la période de reprise de toutes les activités pastorales et éducatives.
Le dimanche 17, les vingt mouvements ecclésiastiques de la paroisse étaient présents à la messe de 8.30 heures, dans laquelle nous avons commencé les activités pastorales. Le catéchisme est également repris en ces jours : environ 300 enfants, jeunes et adultes se préparent à recevoir le baptême pendant un voyage de quatre ans.

Le lundi est le jour d’ouverture des écoles à travers le pays. Enfin, après quelques mois de vacances, les rues, la place et les classes de la mission sont remplis des voix de centaines d’enfants, de l’école maternelle jusqu’au lycée, passant par des classes élémentaires et autres. Ils sont tous heureux : enseignants, parents et enfants : même parmi les plus jeunes, personne ne pleure. Je dois dire : le contraire !
Mardi matin, je retourne à Bangui. Nous avons deux jours de travail avec Giovanni, architecte, qui est venu nous aider à revoir le projet de construction du couvent de Bangui Carmel. Je reviens à bozoum vendredi matin.

Je me sens satisfait du travail accompli, mais aussi inquiet parce que ces mêmes jours nous avons reçu une lettre dans laquelle les Minusca (gardiens de la paix des Nations Unies) accusent l’église catholique de soutenir les milices antibalaka, et d’être contre les musulmans. Au lieu de cela, nos missions se félicitent et défendent les musulmans, prenez soin de vous et protégez-les. La vérité est que certains pères sont menacés parce qu’ils dénoncent publiquement ce qui se passe (et c’est pour cette raison qu’un moine capucin polonais a été battu pendant 4 heures)… et cela s’est produit pendant que nous nous réunion juste avec les religieux (catholiques, protestants et musulmans). . C’est vraiment triste de recevoir ce genre de lettres avec ces accusations injustes, de ceux qui doivent défendre les civils. Au lieu de ça, ils n’ont pas montré le courage d’aller aider le père torturé alors qu’ils n’étaient qu’à 15 mètres. Ils se sont simplement mis en route sans s’arrêter.

Courage !

Père Aurelio Guazzera

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here