Webb Fontaine Group, associé de Bénin Control chassé de Centrafrique pour prélèvements illégaux

0
660

Webb Fontaine Group, associé de Bénin Control chassé de Centrafrique pour prélèvements illégaux

Par Sam Boton

il y a 2 ans

Retour sur le sous-traitant de Benin Control. Dans notre parution du lundi 31 juillet 2017, nous dénoncions les faramineuses sommes perçues par Webb Fontaine group dans le cadre du contrat Pvi. Mais il y a mieux. La société basée à Dubaï vient d’être chassée de Centrafrique pour avoir effectué des prélèvements illégaux.

On ne peut longtemps se cacher derrière son petit doigt. Webb Fontaine Group FZ-LLC l’apprendra à ses dépends. L’associé de Bénin Control, sous-traitant dans le cadre de la mise en œuvre du PVI au Bénin, va payer cher ses pratiques frauduleuses en Centrafrique. Pour la petite histoire, Webb Fontaine Group FZ-LLC a signé le 2 février 2017 avec la Centrafrique un contrat relatif à la mise en place d’un système dématérialisé des procédures douanières et d’un système de Guichet Unique de Commerce Extérieur.

Mais selon nos investigations, Webb Fontaine Group FZ-LLC a vu son contrat de concession “suspendu avec effets immédiats” avec la République centrafricaine. Cette décision a été prise par le gouvernement centrafricain en en mai 2017, soit 3 mois à peine après avoir signé.

Selon nos recoupements, la décision de ladite “suspension avec effets immédiats” a été prise par les autorités centrafricaines à la demande du Fonds Monétaire International (FMI). En effet, Webb Fontaine Group FZ-LLC et ses agents sont accusés en Centrafrique pour avoir « illégalement prélevé sur les opérateurs économiques des taxes, des frais de dossier et sommes d’argent en échange de leurs prestations, des prélèvements illégaux », car non prévus par le contrat liant Webb Fontaine Group FZ-LLC à la République centrafricaine. « Dans le cadre de sa mission, ni Webb Fontaine, ni ses agents ne devaient prélever auprès des opérateurs économiques ni taxes, ni frais de dossier, ou quelconque somme d’argent pour les prestations liées à cette convention », fait constater le Ministre centrafricain des finances et du budget, Henri Marie Dondra, dans sa correspondance annonçant la résiliation du contrat à Alioune Cissé, Directeur exécutif de Webb Fontaine Groupe FZ-LLC, le 02 mai 2017.

Si le FMI est allé jusqu’à exiger la résiliation pure et simple dudit contrat avec Webb Fontaine Group FZ-LLC, c’est qu’au delà de la raison officielle évoquée de « prélèvements illégaux de sommes d’argent sur les opérateurs économiques », le contrat dans son ensemble devait présenter un gros risque sur les finances publiques de la Centrafrique, après seulement à peine 3 mois d’exécution (février à mai 2017). Alors une question.

Quelle crédibilité accorder Webb Fontaine Group FZ-LLC à qui Benin Control d’Olivier Boko vient de dérouler le tapis rouge au Bénin en lui confiant, pour ses propres intérêts, la gestion de toutes les procédures qui touchent au commerce entre le Bénin et le reste du monde, et en l’exonérant de tout impôt et de toute taxe ? Le rôle du Président de la République n’est-il pas plutôt de protéger l’intérêt général, les intérêts du peuple ? Le Fmi qui joue un peu au censeur dans la gestion des finances publiques au Bénin aussi, n’a certainement pas encore vu le juteux contrat du Bénin entre Benin Control et lui. Sinon, il aurait rougi et arrêté la gabegie. Vivement donc le Fmi !

lanouvelletribune.info

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here