Wanzet ordonne la fabrication et la délivrance des cartes de séjour

0
23

Selon des informations dignes de foi en notre possession, le général Wanzet – Linguissara, ci – devant ministre de la sécurité publique a décidé de faire ce que ses prédécesseurs n’ont jamais pu faire : trouver une solution adéquate et pérenne à la gestion des documents administratifs.

Il vient enfin d’ordonner à la régie des recettes de procéder à la fabrication et à la délivrance des cartes de séjour, en vue de contrôler  l’identification et la traçabilité des mouvements  des personnes de nationalité étrangère vivant sur le territoire national et de sécuriser les recettes qui sont générées par la délivrance de ce produit. Même si selon des experts en la matière, ce procédé ne présente aucune garantie pour la gestion et la maîtrise des données, pour l’homme de la rue, il apparait cependant comme un acte politique éminemment courageux et socialement louable qui vaut la peine d’être encouragé et félicité.

En effet, obnubilés par les alléchants et mirobolants avantages matériels et surtout financiers qui  proviennent régulièrement de leur traitement, de leur confection et de leur délivrance à leurs détenteurs ou bénéficiaires, tous y ont cassé les dents. Mieux, le dernier, en la personne de Jean Serge Bokassa, qui  avait donné l’impression d’être plus nationaliste que tous les autres et s’était engagé à y mettre de l’ordre avec vigueur et dernière énergie, a finalement cédé à la tentation de la gestion opaque, gage de fortes rétro commissions.

Finalement, il a été relevé de ses fonctions sans y avoir trouvé un début de solution et laissant ainsi derrière lui une République de grands délinquants, à savoir  les centrafricains dans leur grande majorité, le président Touadéra, le président de l’assemblée nationale Méckassoua, le premier ministre Sarandji et tous les membres de son gouvernement y compris, sans carte nationale d’identité, sans permis de conduire, sans plaque d’immatriculation de leurs véhicules et sans carte de séjour pour les étrangers, souvent accusés d’accointances avec les bandes armées et les mercenaires qui règnent en maître dans nos villages, nos communes, nos sous – préfectures et nos préfectures. Tous de grands délinquants vis – à – vis des lois et règlements de la République.  

Et pourtant, dans le cadre de la mise en œuvre de la politique d’assainissement des finances publiques, en général, et de l’augmentation des ressources propres et de la sécurisation des recettes de l’Etat, en particulier, la régie des recettes du ministère de la sécurité publique, a demandé et obtenu, du ministère des finances et du budget, au titre de l’exercice budgétaire 2016, l’achat d’une machine informatique, indispensable à leur traitement sous format numérique et plus ou moins sécurisé, selon des experts en la matière.

Mais le lancement effectif de l’opérationnalisation de cette machine sera mis à rudes épreuves par l’appétit et les dents longues et très aiguisées de puissants lobbies et autres groupes de pression, connus de tous et soigneusement  tapis au sein de ce département de souveraineté nationale et dans les différents services relevant de la direction générale de la police, qui avaient fait de la gestion de ces documents administratifs, en étroite collaboration avec leurs fournisseurs, une affaire personnelle et une véritable source de revenus.

De juteuses affaires d’opaques transactions financières qui leur ont toujours permis des années durant de disposer en temps réel et à satiété d’importantes liquidités, sur le dos de l’Etat et du contribuable centrafricain, de construire des villas, de payer les frais de scolarité de leurs progénitures à l’étranger et d’entretenir leurs nombreux ménages, dont les vannes seront certainement fermées à jamais. Un grand coup de pied dans une fourmilière qui résonne dans le cœur des combattants de la liberté comme le début d’une nouvelle ère, celle de la fin d’une époque, l’époque des privilèges au bénéfice d’une caste et d’une oligarchie, à moins que derrière ces manœuvres ne soient cachés de nouveaux gros crocodiles.

 Dans l’ordre de ce qui ressemble à une petite révolution en marche,  nos sources affirment que  ces   mesures rigoureuses, patriotiques, républicaines et nationalistes qui sont dores et déjà unanimement  saluées par  les centrafricains dans leur grande majorité et par tous les étrangers qui veulent être en règle vis – à – vis des lois et règlements de la République, seront très bientôt étendues à la gestion des cartes d’identité nationale et des passeports, pour ne citer que ceux – là, dont les activités de fourniture, de traitement et de délivrance génèrent beaucoup de ressources mais dont l’Etat n’en tire que des miettes comme quotes – parts.

Gageons que les puissants lobbies et les groupes de pression qui y tirent aussi régulièrement d’énormes profits matériels et financiers, en conformité avec les clauses des différents contrats y relatifs, ne puissent pas recourir à des forces démoniaques pour envoûter le ministre, à ce propos, tempérer ses ardeurs à la mise en œuvre de cette politique de centrafricainsiation de la gestion de ces précieux documents administratifs  pour l’avoir avec eux ou  le dévier tout simplement de sa route.

 Il en ira donc  désormais du respect de la souveraineté nationale, du contrôle des mouvements des personnes vivant sur le territoire national, de la sûreté et de la quiétude nationales. Il en ira aussi très certainement  dans un avenir proche de la fin du monopole des étrangers et de leur main mise  sur leur gestion et mieux de la signature à tour de bras de ces conventions de partenariat par délégation, à l’exemple de celle  signée le 22 septembre 2016 entre la Société ICS/CCS et le gouvernement et dont la violation et la non – dénonciation risquent d’ouvrir la voie à des poursuites judiciaires et à des condamnations pour préjudice subi devant la cour commune de justice et d’arbitrage de l’OHADA.

Pour vu que cette opération ne soit pas le reflet d’une guéguerre intra muros, ne soit pas guidée par de nouveaux gros appétits et ait réuni toutes les garanties pour une gestion saine et la sauvegarde de toutes les données, en la matière !

Affaire à suivre…..

Jean – Paul Naïba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here