Accueil A la Une Wagner : Pourquoi l’avenir du réseau de mercenaires en Afrique est incertain

Wagner : Pourquoi l’avenir du réseau de mercenaires en Afrique est incertain

0
230

Wagner : Pourquoi l’avenir du réseau de mercenaires en Afrique est incertain

  • Par Nader Ibrahim & Beverly Ochieng
  • BBC World Service
Un agent de sécurité privé russe en RCA - décembre 2020.

Crédit photo, AFP

La mutinerie ratée du week-end en Russie par le groupe mercenaire Wagner aura probablement des répercussions sur l’Afrique, où il a plusieurs milliers de combattants basés ainsi que des intérêts commerciaux lucratifs.

On ne sait pas si le chef de Wagner, Evgeny Prigozhin, qui a été prié de s’installer au Belarus, continuera à diriger son armée privée à partir de ce pays pour lui permettre d’honorer ses contrats de sécurité dans des pays comme la République centrafricaine (RCA) et le Mali.

Articles recommandés :

Lundi, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a assuré la RCA et le Mali du statu quo en ce qui concerne leurs accords de sécurité cruciaux.

Pourquoi Wagner est-il présent en Afrique ?

Principalement pour gagner de l’argent – bien qu’avec l’approbation tacite du Kremlin, elle ait également soutenu les intérêts diplomatiques et économiques de la Russie.

Le retrait des forces françaises du Mali, après que Wagner a accepté en 2021 d’aider la nouvelle junte militaire dans sa lutte contre les militants islamistes, a été une véritable aubaine pour la Russie, par exemple.

Wagner vient de publier une chronologie de son histoire opérationnelle sur Telegram, confirmant que son implication officielle en Afrique a commencé en 2018 lorsqu’elle a envoyé des « instructeurs militaires » en République centrafricaine et au Soudan – puis s’est déplacée en Libye l’année suivante.

Il a été noté que ces pays disposent de ressources naturelles qui intéressent l’équipe de Prigozhin.

La RCA, instable depuis des décennies, est riche en diamants, en or, en pétrole et en uranium.

Wagner a permis au président Faustin-Archange Touadéra, qui a même fait des mercenaires ses gardes du corps, de se débarrasser de l’influence de la France, ancienne puissance coloniale, alors que le pays tente de prendre le dessus sur les groupes rebelles – en échange d’une part du gâteau des ressources.

Le président Faustin-Archange Touadéra arrive dans un stade avec un garde du corps blanc avant les élections présidentielles à Bangui, République centrafricaine - décembre 2020.

Crédit photo, Getty Images

Légende image, Le président de la République centrafricaine a été photographié lors de sa campagne électorale en décembre avec des gardes du corps présumés de Wagner.

« La stratégie opérationnelle de Wagner au cours des deux ou trois dernières années a consisté à étendre son empreinte militaire et économique en Afrique », a déclaré Julia Stanyard, de l’Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée, à la BBC.

Selon l’analyste du groupe de réflexion, Wagner dispose d’un réseau d’entreprises qui lui sont associées et qui mènent des activités commerciales dans les pays où le groupe de mercenaires opère.

En République centrafricaine, ces sociétés feraient le commerce de minerais et de bois de guerre et fabriqueraient de la bière et de la vodka.

La brève incursion de Wagner au Soudan a permis à la société minière russe M Invest, qui, selon le Trésor américain, est détenue ou contrôlée par Prigozhin, de s’implanter dans ce pays. Sa filiale, Meroe Gold, est l’un des plus grands producteurs d’or d’Afrique.

En Libye, Wagner ne disposerait pas d’autant de combattants que lorsqu’il a soutenu le général renégat Khalifa Haftar dans sa tentative de prendre la capitale, Tripoli, il y a près de quatre ans.

Mais d’un point de vue stratégique, la Libye constitue pour la Russie une porte d’entrée en Afrique, renforce sa présence en Méditerranée et s’aligne sur le soutien apporté par le Kremlin au général Haftar.

Les mercenaires de Wagner sont toujours présents autour des principales installations pétrolières dans les bastions de Haftar à l’est et au sud du pays – et des sources ont déclaré à la BBC qu’il n’y avait pas eu de changement notable sur le terrain depuis samedi.

L’intérêt de Wagner pour le Mali pourrait être lié à ses riches réserves d’or – bien qu’il n’y ait pas encore de preuve que ses entreprises y opèrent – et il est susceptible d’être plus stratégique, ouvrant la sphère d’influence de la Russie dans les pays d’Afrique de l’Ouest sous la pression du soi-disant État islamique et des groupes d’Al-Qaïda.

Le Mali pourrait également, selon l’important lot de documents militaires américains divulgués au début de l’année, avoir été utilisé comme mandataire pour acquérir des armes auprès de la Turquie pour le compte de Wagner, une dépêche du Pentagone indiquant que le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, avait confirmé que c’était le cas.

Quel a été l’impact de Wagner sur le terrain ?

Les combattants du Wagner ont été accusés de violations massives des droits de l’homme dans plusieurs pays.

En 2021, une enquête de la BBC a trouvé des preuves impliquant des membres du groupe en Libye dans l’exécution de civils et l’utilisation illégale de mines antipersonnel et de pièges dans des maisons familiales autour de Tripoli.

Au Mali, les chiffres du projet Acled (Armed Conflict Location and Event Data Project) montrent que la violence des militants a plus que doublé entre 2021 et 2022, les civils constituant le plus grand nombre de victimes.

Graphique Mali
1px transparent line

Les opérations de l’armée impliquant le groupe Wagner ont entraîné une augmentation du nombre de morts parmi les civils. L’un des incidents les plus graves a été le meurtre de quelque 500 civils au cours d’une opération d’une semaine dans la ville de Moura, au centre du pays. L’ONU a établi un lien entre les « forces étrangères » et l’armée malienne, tandis que les États-Unis ont sanctionné deux soldats et le commandant de facto de Wagner au Mali.

Au début de l’année, le Trésor américain a accusé les mercenaires de s’être livrés à une série d’activités criminelles graves, notamment « des exécutions massives, des viols, des enlèvements d’enfants et des violences physiques en République centrafricaine et au Mali ».

Les succès remportés par Wagner contre une puissante coalition rebelle en République centrafricaine lui ont valu le soutien de l’opinion publique.Cette base de fans a été aidée par des fermes à trolls locales, gérées par M. Prigozhin, dans le but d’influencer le débat en Afrique et d’attiser le sentiment anti-occidental.

Par exemple, la junte malienne vient de demander à la force de maintien de la paix de l’ONU de quitter le pays, conformément à une campagne sur les médias sociaux visant à remplacer la force par des troupes russes.

En mai, M. Prigozhin a déclaré à Afrique Media TV, une chaîne camerounaise qui lui est affiliée, que les mercenaires de Wagner étaient « plus efficaces » que les forces de maintien de la paix de l’ONU au Mali et en République centrafricaine.

Quelles sont les conséquences possibles pour l’Afrique ?

Selon les analystes, si Wagner a été incroyablement utile à l’État russe en Afrique, notamment dans sa quête de soutien diplomatique dans le cadre du conflit ukrainien, le groupe de mercenaires ne pourrait pas être là où il est sans le Kremlin.

Les deux sont tellement liés que les démêler sur le continent semble être une tâche périlleuse.

En Libye, par exemple, il est clair que les unités de Wagner dépendent fortement du soutien du ministère russe de la défense.

Une source diplomatique de l’ONU et un observateur de Wagner ont déclaré à la BBC que si le groupe devait être complètement démantelé, ses unités en Afrique ne seraient plus réapprovisionnées par les autorités russes.

En attendant, tous leurs combattants en Afrique sont payés par une holding de Prigozhin, a déclaré Lou Osborn, du projet All Eyes on Wagner, à la BBC – un point intéressant au regard des récentes assurances données par M. Lavrov à la République centrafricaine et au Mali.

La source de l’ONU affirme que si les combattants ne sont pas payés, sans soutien politique ou militaire, ils seront essentiellement sans emploi et à louer dans des pays aux prises avec de dangereuses guerres civiles et insurrections.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que les combattants de Wagner devraient rejoindre l’armée régulière, rentrer chez eux ou partir pour la Biélorussie, mais Mme Stanyard estime qu’il n’est pas certain que ce soit le cas pour les soldats de fortune russes en Afrique.

L’analyste suggère qu’il pourrait y avoir « une sorte de compromis selon lequel Yevgeny Prigozhin, depuis son exil actuel en Biélorussie, conservera le contrôle et la responsabilité ultime des opérations de Wagner en Afrique ».

De grandes questions se posent également sur ce qu’il adviendra des opérations commerciales obscures en Afrique liées à Wagner et à Prigozhin.

Il est intéressant de noter que les fermes à trolls basées en Afrique, qui se sont tues lors de la mutinerie de samedi, se sont concentrées sur la ligne du Kremlin depuis l’annonce de l’accord avec le Belarus.

L’un d’entre eux a qualifié M. Poutine de « maître de la guerre », mais n’est pas allé jusqu’à discréditer son ancien allié Prigozhin, ce qui indique peut-être que les deux hommes pourraient trouver ensemble un moyen d’avancer sur l’Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici