VISITE DU PRÉSIDENT GHANÉEN AU BURKINA FASO  : Quand Nana Akuffo Addo va à Canossa*

0
166

VISITE DU PRÉSIDENT GHANÉEN AU BURKINA FASO  : Quand Nana Akuffo Addo va à Canossa*

 

« Avant tout, il y a un sujet que je veux mettre sur la table de manière urgente. Aujourd’hui, les mercenaires russes sont à notre frontière Nord. Le Burkina Faso a trouvé un arrangement pour suivre le Mali et employer les forces de Wagner sur son territoire. Je crois qu’une mine, dans le Sud du pays, leur a été allouée comme forme de paiement pour leur service. Le Premier ministre du Burkina a été à Moscou au cours des dix derniers jours. Et avoir ces mercenaires qui opèrent juste de l’autre côté de notre frontière, est particulièrement pénible pour nous au Ghana ». Ces propos sont du président ghanéen, Nana Akufo-Addo, tenus en décembre dernier à Washington, en marge du sommet Etats Unis -Afrique, au cours d’un entretien avec le secrétaire d’Etat américain, Anthony Blinken. Des propos qui en avaient étonné plus d’un, et qui ont failli jeter le froid entre Accra et Ouagadougou accusée, sans la moindre preuve tangible, de sous-traiter sa sécurité avec un groupe paramilitaire à la réputation sulfureuse.

 

Le déplacement du grand chef ashanti sur les rives du fleuve Kadiogo, tend à montrer qu’au-delà de ses propos polémiques, le Burkina reste un pays fréquentable

 

 Toujours est-il que les autorités du Burkina avaient balayé du revers de la main ces accusations après avoir formellement démenti l’octroi d’une quelconque mine au groupe paramilitaire russe Wagner en échange de ses services dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Moins de cinq mois après la tenue de ces propos polémiques, le numéro un ghanéen a effectué le déplacement de Ouagadougou, pour une visite d’amitié et de travail avec son homologue burkinabè, le capitaine Ibrahim Traoré. Au menu des échanges, des sujets d’intérêt commun, mais aussi en lien avec le défi sécuritaire auquel sont confrontés les pays de la sous-région ouest-africaine.  Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce déplacement du président ghanéen à Ouagadougou, ne manque pas d’intérêt. Et c’est une visite qui réjouit d’autant qu’elle paraît une volonté de rapprochement entre deux voisins qui ont besoin de se donner la main pour combattre l’ennemi commun. Toujours est-il que si elle ne traduit pas « l’excellence des relations entre les deux pays », selon la formule consacrée, elle manifeste, à tout le moins, une volonté de renforcer l’axe Accra-Ouaga dans ce contexte de lutte contre le terrorisme qui tient les pays de la sous-région en haleine depuis plusieurs années. Quoi qu’il en soit, le déplacement du grand chef ashanti sur les rives du fleuve Kadiogo, tend à montrer qu’au-delà de ses propos polémiques, le Burkina reste un pays fréquentable. Si ce n’est pas une façon de battre sa coulpe, cela y ressemble fort. Autant dire que c’est une façon, comme une autre, pour le dirigeant anglophone qui avait déjà dépêché une mission diplomatique à Ouagadougou, de faire amende honorable si ce n’est d’aller à Canossa. Mais ce faisant, le chef de l’Etat ghanéen fait preuve d’une grandeur d’esprit qui permet d’aller à l’apaisement avec son voisin du Nord.

 

La logique de la belligérance doit laisser la place à l’entente cordiale

 

 De l’autre côté, il faut saluer la hauteur de vue des autorités burkinabè qui ont su garder leur calme et qui ont reçu leur hôte d’un jour avec tous les honneurs dus à son rang. Quoi d’étonnant à cela quand on sait que depuis ces regrettables accusations qui auraient pu mettre le pays des Hommes intègres au ban de la communauté internationale, les autorités de la transition ont su jouer balle à terre pour ne pas envenimer les relations entre les deux pays liés par l’histoire et la géographie, et aujourd’hui engagés dans le même combat contre l’hydre terroriste. Pour preuve, cette visite du locataire du Flag Staff House d’Accra, se passe dans un contexte où le Ghana a déployé un millier de soldats à sa frontière avec le Burkina Faso, pour essayer d’endiguer la menace terroriste qui se précise de plus en plus sur les lignes de ses démarcations territoriales. C’est dire toute la nécessité de dissiper les nuages entre les deux capitales, pour ouvrir la voie à l’éventualité d’une mutualisation des forces qui reste, aujourd’hui plus que jamais, l’une des solutions pour réduire considérablement la voilure de la pieuvre tentaculaire qui profite souvent de la porosité des frontières pour accomplir ses basses besognes. En tout état de cause, à l’étape actuelle des choses, aucun pays, pris isolément, ne peut venir seul à bout du terrorisme. C’est dire si la logique de la belligérance doit laisser la place à l’entente cordiale pour se donner les meilleures chances de venir à bout d’un phénomène aussi pernicieux qu’il a la peau dure. Un monstre qui se présente, aujourd’hui plus qu’hier, comme l’ennemi commun des pays de la sous-région ouest-africaine où il a pris racine dans les pays de l’hinterland, pour nourrir ses visées expansionnistes jusqu’aux pays de la Côte atlantique. Il y va de l’intérêt de tous.

 

 « Le Pays »

 

*Aller à Canossa : se soumettre aux injonctions de l’adversaire, s’humilier

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici