Vers une mutinerie des faca pour insuffisance de PGA et de ration alimentaire ?

0
67

Aussi bizarre que cela puisse paraître, l’esbroufe de la Touadereuse sur l’accord de défense entre la Centrafrique et la Russie la dessert plus qu’elle ne renforce sa cote de popularité dans les villes excentrées du pays.

Quoique les batteurs d’estrade du pouvoir de Bangui s’en prennent à cœur joie pour faire porter le chapeau du mal Centrafricain à la France, créer stratégiquement le virus anti-français dans la conscience collective tout en faisant la promotion de la présence Russe en Centrafrique, il n’en reste pas que ces vases communicants n’ont à l’heure actuelle produit qu’un effet de yo-yo.

Les récents pourparlers de Khartoum qui se sont très vite transformés en eau de boudin et le rétropédalage spectaculaire du Ministre en Communication Porte-parole du Gouvernement sur ladite rencontre n’ont fait que confirmer la gestion à coups de rustines du pays et la posture du pédalo dans la tempête de Touadera.

Par de-là la communication agressive du camp Touadera, ces temps-ci, le peuple n’aspire qu’à la paix. A l’intérieur du pays, l’insécurité reste très préoccupante en dépit du redéploiement des Forces Armées Centrafricaines (FACA) dans les villes à risques. Pendant que les groupes armés renforcent durablement leurs capacités de nuisance sur le terrain, les FACA stationnées dans l’arrière-pays vivent encore au quotidien tous les maux qui gangrènent le fonctionnement des forces de défense : Absence de discipline, détournement de perdiem, insuffisance de ration alimentaire, manque de munition plus grave encore pas de véhicules adaptés au combat.D’après une source militaire ayant requis l’anonymat, les FACA stationnées dans l’arrière-pays risquent de se mutiner si le ministère de la Défense n’y prend pas garde.

D’ores et déjà, cette même source affirme que la tension monte d’un cran dans les rangs des FACA à cause de leurs PGA et ration alimentaire qui vont decrescendo. Tout porte à croire que l’entourloupe de la Touadereuse commence à avoir un effet boule de neige.

Dans notre prochaine édition, nous placerons le lampion de la transparence médiatique sur le bradage du sous-sol Centrafricain par Touadera, les accords miniers signés abusivement, l’octroi stratégique de l’exploitation artisanale aux investisseurs étrangers en lieu et place d’une convention requise et enfin la gestion hasardeuse du DDR.

Au de-là des mots contre les maux de notre société, une chirurgie esthétique de nos gouvernants s’impose au service de traumatologie politique.

RJPM

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here