VALIDATION DES CANDIDATURES A LA PRESIDENTIELLE AU SENEGAL : Karim Wade, Le Dindon De La Farce

0
78
La course à la présidentielle de février 2024 au Sénégal, vient d’amorcer un virage décisif avec la publication par le Conseil constitutionnel de la liste définitive des candidats. Sur près de 80 prétendants annoncés pour la magistrature suprême au pays de la Teranga, seulement, une vingtaine a été autorisée à candidater en attendant le top départ de la course.  Le tamis des Sages  aura été sans pitié pour de nombreux Sénégalais qui  se rêvaient d’un destin national. Et parmi ces  candidats pris dans les mailles de ce tamis, l’on compte de gros morceaux, en l’occurrence Ousmane Sonko et Karim Wade.

En ce qui concerne particulièrement Ousmane Sonko, c’est le contraire qui aurait étonné. Car, en délicatesse avec les lois de son pays, selon la Justice sénégalaise et s’étant installé dans le viseur du président Macky Sall, l’on imaginait difficilement comment il parviendrait à déjouer les nombreux pièges sur son chemin pour parvenir à prendre part à la présidentielle. Ses militants et sympathisants avaient d’ailleurs pris la pleine mesure de la situation préparant un plan B. Sans donc prendre part au scrutin, l’image de Sonko et ses idées seront bien présentes dans les débats visant à arracher les votes des Sénégalais pour le fauteuil présidentiel.

La liste validée publiée par le Conseil constitutionnel fera beaucoup jaser au sein de l’opposition

 

Et l’on peut, d’ailleurs, dire que le chemin de croix de l’opposant peut valoir à ses lieutenants un certain capital de sympathie dans les urnes, leur permettant, même si le PASTEF est dissous, de conforter leur assise dans le paysage politique du pays. En tout cas, c’est tout le mal que l’on puisse leur souhaiter, en ce moment où les dés sont définitivement jetés.

Quant à Karim Wade, l’on peut dire qu’il aura été finalement le dindon de la farce de cette affaire. L’homme a vu sa candidature invalidée au motif qu’au moment où il déposait son dossier, il disposait encore de la nationalité française même si plus tard, il a dû y renoncer. C’est donc un véritable coup de massue pour le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade qui a, pourtant, été utilisé par Macky Sall, par le biais du dialogue politique au Sénégal, pour desserrer l’étau de la contestation populaire née de l’affaire Ousmane Sonko. Il se retrouve ainsi dans la posture de la galette, c’est-à-dire grillé sur les 2 faces. En effet, vomi par l’opposition qu’il aura affaiblie par son pacte politique avec le parti présidentiel, il est aussi trahi par la majorité présidentielle qui ne peut lui tenir son engagement de l’autoriser à prendre part au scrutin de février prochain. Le pire dans l’affaire est que l’homme n’avait pas, comme Ousmane Sonko, prévu un plan B. C’est donc la mort dans l’âme que non seulement il ne participera pas à l’élection mais aussi il est désormais déchu de sa nationalité française. Et rien ne dit même que tout cela ne lui ouvrira pas la porte à de nouveaux ennuis judiciaires. Mais nous sommes sur le terrain de la politique et rien ne prouve que la disqualification de Karim Wade qui est quand même le fils de son père, ne constitue pas, en elle-même, une stratégie pour rebondir, en ralliant avec armes et bagages, le camp présidentiel.

 

La publication de la liste des candidats par le Conseil constitutionnel a le mérite de clarifier le jeu

 

Cette hypothèse n’est pas à exclure dans la mesure où l’homme a été maintenu loin de la scène politique sénégalaise en raison de ses ennuis judiciaires et n’a véritablement plus la certitude d’avoir une vraie assise au sein de l’électorat. Par contre, il doit beaucoup au parti de Macky Sall qui lui a permis, dans le cadre des accords politiques, de briser les chaines de l’ostracisme qui le maintenaient loin de mère-patrie. Il n’est donc pas exclu que les deux parties se lient par un mariage de raison et d’intérêts.

Mais en attendant de voir comment Karim Wade pourrait rebondir, l’on peut affirmer, sans grand risque de se tromper, que la liste validée publiée par le Conseil constitutionnel fera beaucoup jaser au sein de l’opposition. En effet, il est presque certain que de nombreux candidats recalés vont ruer dans les brancards et cela d’autant plus que l’opposition s’était coalisée, en amont,  à travers le Front pour l’inclusivité et la transparence des élections, le (FITE) pour perturber le sommeil de Macky Sall  et le contraindre à organiser une élection propre. Il faut donc craindre que la publication de la liste définitive ne vienne jeter de l’huile sur le feu à la veille de la présidentielle. Et  tout cela contribue à écorner l’image de la démocratie sénégalaise qui constituait une exception dans la sous-région ouest-africaine. Et en cela, Macky Sall, même s’il a accédé au principe de l’alternance politique, n’aura pas rendu service au Sénégal.

Cela dit, la publication de la liste des candidats par le Conseil constitutionnel a le mérite de clarifier le jeu et les candidats de l’opposition peuvent enfin librement peaufiner leurs stratégies pour mettre en échec le plan de Macky Sall que l’on accuse à tort ou à raison d’avoir œuvré à frayer un boulevard pour son parti à l’effet d’assurer sa succession, en écartant de la course les challengers les plus dangereux.

 

« Le Pays »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici