Vakaga : Une mission de la Minusca attendue ce jeudi à Birao

0
132

La ville de Birao située à l’extrême Nord-est de la République Centrafricaine est replongée depuis le début de la semaine dans une forte psychose. L’incendie de plus d’une centaine de maisons lundi 20 janvier au centre de la ville suite à l’assassinat de 2 jeunes et les combats entre groupes armés autour de la ville, ravivent les tensions ethniques.

Dans ce contexte de tension dominé par des rumeurs, la Minusca a annoncé ce mercredi au cours de sa conférence de presse hebdomadaire, l’envoi imminent d’une mission à Birao. L’objectif est de palper du doigt les réalités du terrain et de remonter l’information à Bangui aux fins d’une action concrète.

« La décision en ce moment de la Minusca, c’est de protéger la population à Birao. Abandonner la population exposerait celle-ci en cas d’attaque. Des casques bleus sont partis en renfort à Birao mais il y a une mission qui se rend jeudi 23 janvier dans la ville pour exprimer sa solidarité aux populations et pour engager les autorités locales et voir comment les forces sont engagées sur le terrain »  a indiqué Vladimir Montéiro, Porte-parole de la Minusca.

Plusieurs villages à la périphérie de Birao ont été le théâtre d’affrontements les 19, 20 et 21 janvier entre le FPRC et MLCJ. Ces combats auraient fait plus d’une vingtaines de morts, plusieurs blessés et de nombreux déplacés, selon des sources locales.

« Plus d’une dizaine de blessés évacués d’urgence, suivent des soins à l’hôpital de Birao «  a confié une autre source à Radio Ndeke Luka. Si la ville de Birao est calme, la psychose gagne les esprits et les sites des personnes déplacées se remplissent, entraînant une situation humanitaire catastrophique.

La situation sécuritaire s’est dégradée dans cette région de la Vakaga depuis le déclenchement des hostilités entre le FPRC et le MLCJ au début du 2e semestre 2019. Ces violences qui ont pris une allure ethnique ont coûté la vie à plusieurs dizaines de personnes et se sont étendues dans plusieurs villages et dans la ville d’Amdafock, frontalière avec le Soudan.

RNL

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here