UNION AFRICAINE : LE TANDEM TOUADERA-BAIPO USE DE LA DIPLOMATIE COMME UNE ARME POUR SE VENGER DE DOMINIQUE ERENON, OPPOSANT AU 3EME MANDAT EN CENTRAFRIQUE

0
74

UNION AFRICAINE : LE TANDEM TOUADERA-BAIPO USE DE LA DIPLOMATIE COMME UNE ARME POUR SE VENGER DE DR ERENON, OPPOSANT AU 3EME MANDAT EN CENTRAFRIQUE

Le 17 février 2024, en marge de la cérémonie d’ouverture du Sommet des Chefs d’Etat de l’Union Africaine, à Addis-Abeba (Ethiopie), le Président Faustin Archange TOUADERA et la Ministre des Affaires Étrangères, Sylvie BAIPO-TEMON, insistent et rencontrent le Commissaire des Affaires Politiques, Paix et Sécurité de l’union Africaine, l’Ambassadeur BANKOLE ADEOYE, en présence du Ministre d’Etat Dircab, Obed NAMSIO et du Ministre Conseiller, Albert YALOKE MOKPEME.

TOUADERA prend la parole et dit à BANKOLE qu’il n’est pas content de savoir que Dr ERENON travaille à l’Union Africaine (EXPERT CONSTITUTIONNALISTE) et demande au Commissaire BANKOLE, chose très étrange, de le faire partir, au motif que ERENON est un de ses farouches opposants politiques. BANKOLE répond à Touadera que cela est impossible car Dr Dominique Désiré ERENON n’a pas été nommé mais recruté suite à un processus de sélection ouvert aux ressortissants de l’UA et que le poste n’est pas un poste politique mais plutôt technique et administratif. Touadera insiste pour dire qu’il ne veut pas de la présence de Dr ERENON à l’UA.

Rentrés à Bangui, Touadera et Baipo n’oublient pas le dossier. BAIPO harcèle BANKOLE par des relances. Finalement, BANKOLE décide et arrête brutalement mon contrat de travail pour des « raisons politiques », avec effet le 21 mars 2024. C’était un contrat de 2 ans renouvelable.

Jamais, dans l’histoire des organisations internationales, un Chef d’Etat n’était descendu aussi bas, aussi illégalement, aussi méchamment et aussi inhumainement, pour demander et obtenir l’arrêt brutal et dictatorial du contrat de travail d’un fonctionnaire ou d’un expert, de surcroît ressortissant de son pays et père de famille.

J’expose là des faits qui se sont produits à l’Union Africaine, de façon hallucinante ; les centrafricains et africains doivent le savoir en attendant que je prenne la parole pour analyse et suite appropriée.

Dr Dominique Désiré ERENON.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici