Un missionnaire italien gravement blessé par une mine en Centrafrique

0
320

Un missionnaire italien gravement blessé par une mine en Centrafrique

Père Norberto Pozzi, 71 ans, est hospitalisé mais ses jours ne sont désormais plus en danger. Le véhicule qu’il conduisait vendredi 10 février dans le nord de la Centrafrique, près de Bozoum, est passé sur une mine antipersonnel. Ce prêtre carme déchaux italien est en mission dans le pays depuis 1980.

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Il pourrait y laisser une jambe, mais ce missionnaire aguerri, à la longue barbe grise et blanche, n’y laissera pas sa vie. Le père Norberto Pozzi a survécu à un grave accident survenu vendredi après-midi, en la veille de la fête de Notre-Dame de Lourdes.

Une mine antipersonnel a explosé au passage du véhicule conduit par le missionnaire italien. À bord s’y trouvaient un autre frère carme, un catéchiste et quelques maçons qui n’ont eu quant à eux que des blessures légères. Ils devaient se rendre dans un village pendant quatre jours pour évangéliser les habitants et réparer une école.

L’accident s’est déroulé à 35 kilomètres de Bozoum, ville du nord-ouest de la Centrafrique, distante d’environ 400 kilomètres de la capitale Bangui. Bozoum est la mission la plus ancienne du diocèse de Bouar, où les premiers missionnaires carmes italiens sont arrivés en décembre 1971, aux côtés de frères capucins de Ligurie.

 

 

 

Soins prévus en Ouganda

Samedi, au lendemain de l’accident, père Norberto a été transporté par hélicoptère par les casques bleus à Bangui. Dans l’après-midi, il a subi une intervention chirurgicale lourde pour tenter de sauver sa jambe et de traiter d’autres fractures. Il partira prochainement en avion pour Entebbe – au bord du lac Victoria en Ouganda -, où il sera soigné dans un hôpital des Nations unies mieux équipé. L’ambassade d’Italie en Centrafrique a apporté une aide précieuse afin que son ressortissant puisse être soigné, indique dans un message le père Federico Trinchero, carme déchaux en mission à Bangui. «Nous avons sérieusement craint pour sa vie», confie le confrère du prêtre blessé, invitant à le soutenir par la prière en ces heures difficiles.

Originaire de la province de Lecco, dans le nord de l’Italie, le père Norberto Pozzi, est arrivé sur le sol centrafricain en 1980. Alors laïc et titulaire d’une formation de géomètre, il a travaillé comme maçon pendant huit ans. De retour en Italie, il est devenu prêtre carme, avant de revenir à Bangui en 1995.

Un pays gangréné par la violence

Malgré quelques progrès sur le plan sécuritaire, la Centrafrique reste un territoire instable, sous l’emprise de plusieurs groupes armés. Le président centrafricain, Faustin-Archange Touadera, protégé pendant des années par les mercenaires russes de Wagner, est au pouvoir depuis 2016 et poursuit son deuxième mandat. Depuis son indépendance en 1960, le pays a connu plusieurs coups d’État et des épisodes violences qui ont favorisé l’apparition de nombreux groupes rebelles ces dernières années. Les importantes ressources minérales présentes dans le sous-sol centrafricain et les réserves de pétrole découvertes principalement dans le nord-ouest suscitent également des convoitises et alimentent les conflits.

Le Pape François s’était rendu en RCA les 29 et 30 novembre 2015. Il avait notamment ouvert la Porte Sainte de la cathédrale de Bangui, inaugurant ainsi solennellement le jubilé extraordinaire de la miséricorde.

https://www.vaticannews.va

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici