UE/RCA : le général portugais Paulo Neves de Abreu de l’EUTM fuit une audition du parlement européen et se rend à une rencontre avec le Gangster de Bangui

0
226
Le chef de EUTM RCA brosse le Parlement. Un manque de respect ! (A. Danjean)
19 octobre 2020 redacteur1 Arnaud Danjean, Centrafrique, EUTM RCA
(B2) L’eurodéputé Arnaud Danjean, spécialiste des questions défense et sécurité au Parlement européen, n’a pas caché sa déception lors de la réunion de la sous-commission SEDE (sécurité et défense), jeudi matin (15.10)
Arnaud Danjean (crédit : PE)
Avant même que la présidente de la sous-commission, Nathalie Loiseau (Renew/LREM), puisse présenter les points principaux de la réunion, l’eurodéputé français (PPE/LR) est intervenu sur l’ordre du jour : « J’ai été assez déçu d’apprendre hier soir que le commandant de la mission de l’opération militaire en Centrafrique [Paulo Neves de Abreu] ne serait pas présent à cette audition pour des raisons, nous dit-on, opérationnelles. »
De l’intérêt du travail parlementaire
Sur sa lancée, il rappelle, d’un ton agacé : « Les auditions de commandant et de chefs de mission et d’opérations, c’est quelque chose d’important pour notre sous-commission. Chaque chef de mission n’est à peu près commissionné qu’une fois pendant la mandature. »
Nouvelle convocation exigée
Pour lui, cette absence équivaut à « un manque de respect pour le Parlement ». Connu pour ne pas garder sa langue dans sa poche, il ajoute que « à titre personnel », il ne participera pas au prochain débat sur la République centrafricaine. Mais il prévient qu’il ne lâchera pas le morceau : « Je demanderai à ce qu’on ait expressément une audition de ce chef de mission, chef d’opération spécifique dans les prochaines semaines. »
Déception sur les bancs de la SEDE
La présidente de la sous-commission s’est voulue placide : « Je partage également la déception. Simplement la vie d’un chef de mission est faite de surprises et de changements de dernière minute comme celle d’un député européen et parfois un peu plus. » « En réalité, le chef de mission a été convié à participer à une réunion avec le président de Centrafrique, il était probablement assez difficile pour lui d’expliquer qu’il n’était pas disponible », a-t-elle expliqué. (Hannah Guérin St.)
Commentaire : un glissement vers l’absence
Ce point n’étonne que peu B2. Il y a un glissement lent mais certain pour les missions et opérations PSDC à ne plus venir rendre compte. Les chefs de mission et d’opération, à quelques (très rares) exceptions près ne viennent plus rendre compte à la presse de leur action lointaine. C’est dommage et dommageable pour la construction européenne. Croire qu’on peut mener des missions et opérations en ne venant jamais rendre compte devant ceux qui mandatent (et paient au final) celles-ci est une double erreur, politique et de communication. Le faible tropisme actuel des États membres pour s’engager dans la PSDC y trouve sans doute une explication.
Même si le commandant d’EUTM avait en l’occurrence d’excellents excuses, ne pas venir devant la représentation démocratique est un acte grave. Au niveau national, il pourrait même très sanctionné de dispositions pénales. Pas au niveau européen. Il y a un problème sérieux.
Lu Pour Vous
La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here