Trois clés pour comprendre l’attaque du groupe islamique palestinien Hamas contre Israël

0
139

Trois clés pour comprendre l’attaque du groupe islamique palestinien Hamas contre Israël

Posted on  
 1 0

Cette déclaration a été faite à la suite d’une attaque menée depuis Gaza par le Hamas, une organisation palestinienne, samedi 7 octobre. L’attaque a déclenché l’une des plus importantes escalades depuis des années dans le conflit israélo-palestinien.

Le Hamas a lancé des tirs de roquettes et a envoyé des dizaines de combattants armés, qui ont réussi à pénétrer la frontière sud d’Israël.

L’offensive a fait des centaines de morts et de blessés, ainsi qu’un nombre indéterminé d’otages.

Quelques heures plus tard, Israël a riposté par une vague de frappes aériennes sur Gaza, tuant des centaines de Palestiniens.

Le Hamas a revendiqué l’attaque et sa branche armée a affirmé avoir lancé 5 000 missiles en vingt minutes.

Voici les trois clés de l’escalade sans précédent du conflit israélo-palestinien :

1. L’entrée du Hamas en Israël

Des militants palestiniens armés ont réussi à contourner les défenses d’Israël, à pénétrer sur son territoire et à faire des dizaines de morts au cours des premières vingt-quatre heures.

Le Hamas a mené de nombreuses attaques contre Israël par le passé en recourant à diverses tactiques, mais les experts estiment qu’il n’a jamais tenté quelque chose d’aussi audacieux.

Il s’agit d’une attaque sophistiquée et brutale, qui consiste à lancer des centaines de missiles avant de pénétrer sur le territoire israélien.

L’assaut de Gaza a également donné lieu à des opérations maritimes.

L’armée israélienne, qui a riposté par des frappes aériennes à Gaza, déclare que ses forces navales ont tué des dizaines de militants palestiniens qui tentaient d’entrer en Israël par la mer.

La frontière entre Israël et la bande de Gaza est lourdement fortifiée.

La clôture surmontée de fils barbelés est censée empêcher le type d’infiltration avec lequel le Hamas a mené l’attaque.

Cependant, les militants du Hamas ont franchi cette barrière à l’aide de bulldozers en perçant des trous dans les barbelés et en pénétrant en Israël par la mer et en parapente.

L’infiltration de militants palestiniens en territoire israélien a permis au groupe islamique non seulement de faire des victimes à l’intérieur d’Israël, mais aussi de prendre des otages.

Un porte-parole des forces de défense israéliennes a confirmé que des « soldats et des civils » avaient été enlevés par des militants, mais il n’a pas précisé le nombre de captifs.

Le Hamas a déclaré détenir 53 « prisonniers de guerre ».

« Les vidéos montrant des hommes armés du Hamas retenant prisonniers des soldats et des civils israéliens à Gaza ont suscité la colère et l’inquiétude d’Israël », explique Jeremy Bowen, correspondant de la BBC.

2. Un défaut de renseignement

Les analystes décrivent ce qui s’est passé comme un échec colossal d’Israël en matière de sécurité, le pire depuis un demi-siècle.

« Israël possède l’un des réseaux de renseignements les plus vastes et les plus sophistiqués du Moyen-Orient, tant à l’intérieur du pays qu’à l’étranger. Ses informateurs ont infiltré les groupes palestiniens, non seulement dans leurs propres territoires, mais aussi au Liban, en Syrie et dans d’autres pays », explique Frank Gardner, journaliste de la BBC, spécialiste des questions de sécurité.

Il est donc frappant que le Hamas ait pu surprendre secrètement les Israéliens juste après la fin de Sukkot, une fête importante pour le peuple juif.

« Il est évident qu’Israël répondra par une force massive, mais les Israéliens se demanderont maintenant comment les espions de leur nation n’ont pas réussi à prévenir le pays », a-t-il ajouté.

Le correspondant de la BBC pour les questions de sécurité affirme qu’avec les efforts combinés du Shin Bet, le service de renseignement interne d’Israël, du Mossad, son agence d’espionnage externe, et de toutes les ressources des forces de défense israéliennes, il est franchement surprenant pour beaucoup que personne n’ait rien vu venir.

Si les forces de défense israéliennes ont venir l’attaque, elles n’ont pas agi en conséquence, a écrit Gardner.

« Une attaque aussi complexe et coordonnée, impliquant le stockage et le lancement de milliers de roquettes, juste sous le nez des Israéliens, a dû nécessiter des niveaux extraordinaires de sécurité opérationnelle de la part du Hamas », conclut-il.

3. La rhétorique de la guerre

Un homme court devant les flammes d'une voiture calcinée.

La rhétorique des dirigeants israéliens et palestiniens marque la gravité de ces affrontements.

Benyamin Nétanyahou a déclaré que le pays était en guerre et qu’il ne s’agissait pas d’une opération ou d’une escalade.

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a quant à lui déclaré que son peuple avait le droit de se défendre contre « la terreur des colons et les troupes d’occupation ».

Le commandant militaire du Hamas, Mohammad Deif, a annoncé le début de l’opération.

Il a fait une déclaration au cours de laquelle il a appelé les Palestiniens du monde entier à se battre. « C’est le jour de la plus grande bataille pour mettre fin à la dernière occupation sur terre », a-t-il déclaré.

De son côté, le ministre israélien de la Défense affirme que « les troupes combattent l’ennemi partout ». Il a autorisé l’appel des réservistes.

Un groupe de soldats israéliens bloque une route.
 

Les experts s’attendent à ce que les jours et les semaines à venir soient très difficiles pour les habitants des deux pays.

Des habitants de Gaza sont allés précipitamment acheter des provisions en prévision des jours de conflit à venir. Certains ont quitté leur maison et se sont dirigés vers des endroits qu’ils jugent plus sûrs.

La communauté internationale observe avec inquiétude un conflit qui est loin d’un accord de paix, qui est entré dans une phase très grave.

Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunira dimanche, selon les diplomates, pour discuter des événements de ces dernières heures.

BBC

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici