TOUADERA MENE NOS FACA, GENDARMES ET POLICIERS VERS L’ABATTOIR

0
414
1. Les partisans du Président illégitime, Faustin Archange TOUADERA, ont beau se bercer d’illusions mais la réalité reste la réalité. Et cette réalité, Mankeur NDIAYE le complice du Président illégitime l’a rappelé devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies lors de la réunion publique consacrée à la République Centrafricaine, le Jeudi 21 Janvier 2021.
2. Nous ne reviendrons pas sur la piteuse intervention décousue, mal fichue et mal lue de notre Ministre des Affaires Etrangères, Sylvie BAÏPO-TEMON. Nous, comme les diplomates des autres pays, sommes maintenant habitué à sa médiocrité crasse. Nous allons plutôt mettre l’accent sur les points saillants relevés par Mankeur NDIAYE sur les questions sécuritaires/militaires.
3. La vérité sort au grand jour et le mythe de la montée en puissance des FACA tombe à l’eau. En effet, lors de son allocution le patron de la MINUSCA, Représentant Spécial de Secrétaire Général des Nations Unies en RCA (RSSGNU-RCA), reconnait que tout ce tintamarre autour de la formation de nos FACA n’est autre que du pipo, du vent, des histoires à dormir debaout. Ils sont mal formés, peu nombreux et sans aucune disciple de feu.
Prenons ici le risque de le citer dans le texte : « Les éléments des Forces de défense et de sécurité, dont environ 2600 militaires, issus du recrutement de juillet 2020, n’ayant bénéficié que de 2 mois de formation, et environ 1000 nouveaux gendarmes et policiers disposent de capacités tactiques limitées et semblent encore peu aguerris au terrain ».
C’est ce que nous n’avons eu de dire en précisant que les seuls FACA qui étaient les plus à même de tenir tête à la CPC ont finalement rejoint la CPC pour une grande partie à cause de management catastrophique de la Ministre de la Défense Marie-Nöelle KOYARA.
4. Le RSSGNU-RCA précise qu’en plus de ces tares nos Forces de Défenses et de Sécurité Intérieure (FDSI) souffrent d’un manque criant de logistiques et de matériels. Tous ces défauts combinés ont conduit à « la grande désertion observée lors des premiers assauts des rebelles ». Tout cela nous l’avons observé, souligné, dit, martelé malgré la contre-propagande mensongère et va-t-en-guerre des griots du pouvoir.
Mankeur NDIAYE dans sa déclaration au Conseil de Sécurité de l’ONU souligne la faiblesse de « chaîne de commandement » et le manque de sanctions dû au désordre ambiant au sein des instances de contrôle de l’armée. Etant donné que TOUADERA et sa Ministre de la Défense, Mme Marie-Noelle KOYARA, ont préféré le copinage à la compétence il est normal que la chaine de commandement ne fonctionne pas. En face, la CPC présente une discipline de fer au sein de ses bataillons.
5. La conclusion pour le RSSGNU-RCA est claire : « l’État ne pourra pas se défendre et le pays aura du mal à se relever ». C’est-à-dire que les carences intrinsèques des FDSI version TOUADERA sont telles qu’il est IMPOSSIBLE à nos FACA, nos gendarmes et nos policiers de gagner la guerre face à la CPC surtout si celle-ci décide de mettre le pied sur l’accélérateur.
6. Et cela est d’autant plus vrai que le patron de la MINUSCA lui-même reconnait les limites, faiblesses et failles des troupes de l’ONU qui ne peuvent pas faire le poids sans un renforcement de leurs capacités en effectifs, en logistique, en matériel et en réajustement de leur mandat.
L’assaut lancé par quelques 200 assaillants de la CPC contre Bangui le 13 Janvier 2021 a conduit, nous dit Mankeur NDIAYE, « la composante police de la MINUSCA a MOBILISÉ SON POTENTIEL AU MAXIMUM pour accompagner les opérations militaires et réponses civiles. ». D’autant plus, rajoute-t-il que « des capacités critiques (drones, hélicoptères d’attaque, ou encore forces spéciales) sont absentes du théâtre d’opérations ».
7. Ce tableau sombre de l’état réel de nos troupes mal formées, mal commandées, mal équipées, mal utilisées devrait conduire tout homme d’Etat centrafricain conséquent avec lui-même à privilégier la voie du dialogue et non celle de la guerre. Mais TOUADERA, non. Il préfère sacrifier nos FDSI, les envoyer vers une mort certaine. Mais pourquoi ? Pourquoi nos frères et sœurs devraient mourir à cause des erreurs et de l’entêtement de TOUADERA ?
8. Il faut que les Centrafricains se réveillent vite pour barrer la route à cette folie guerrière et créer les conditions du dialogue inter-centrafricain. On ne peut pas laisser un illuminé comme TOUADERA qui a manifestement perdu la tête conduire notre pays vers la catastrophe.
Fari Tahéruka SHABAZZ

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here