Touadéra au pied du mur, l’ONU veut un compromis entre le pouvoir et l’opposition avant les élections…

0
1215

Face au Président Faustin-Archange Touadera qui tient mordicus à la tenue des élections le 27 décembre 2020 et une opposition unie et soudée, qui fait montre d’un « patriotisme inclusif », l’ONU par l’entremise du Représentant Spécial de son Secrétaire Général à Bangui, Mankeur Ndiaye, veut un compromis. L’institution onusienne veut s’assurer du caractère inclusif et de la crédibilité des échéances à venir. A New-York, l’on suit la situation de très près et l’on veut que les choses se passent bien. L’ONU est déterminée, le pays est déjà confronté à une grave crise sécuritaire, on ne veut pas en rajouter. Mankeur Ndiaye le représentant spécial d’Antonio Guterres à Bangui, tient à prévenir. Il avait déjà sonné l’alerte auprès de Franck Paris, le Conseiller Afrique de l’Elysée, lors de son récent séjour à Paris. Les élections doivent être libres, transparentes et crédibles. C’est très important pour tous. Mankeur Ndiaye a reçu mission de s’assurer qu’il n’y aura aucun risque majeur. Il sait d’emblée que le timing est serré, ce d’autant qu’à l’intérieur du pays les rebelles ne facilitent pas les opérations d’enrôlement sur les listes électorales, malgré les pressions. Tous les signaux sont alarmants. La Bonne tenue des élections dépend de la sécurité et de son caractère inclusif. L’ONU craint des débordements, faute d’un accord entre le pouvoir et l’opposition. Les leaders de l’opposition veulent éviter de replonger le pays. Mais le chef de l’Etat les accuse d’avoir peur. Les chefs de partis de la COD-2020, estiment qu’il faut nécessairement, faire un tour d’horizon, avant la tenue des élections. Ils demandent, une concertation, que malheureusement, Faustin-Archange Touadera refuse d’organiser. La situation est d’ores et déjà tendue, l’opposition a de sérieux doutes sur la crédibilité des résultats qui sortiront des urnes, face à cette fuite en avant. Le Président Touadera, veut faire invalider la candidature de son ancien mentor.Alors, il fait feu de tout bois. L’ONU veut une porte de sortie, entre le président Touadera et ses opposants. Mankeur Ndiaye a fort à faire. Le Représentant Spécial du SG de l’ONU en République Centrafricaine, œuvre pour des élections inclusives et sans risques. Le 16 août 2020, le chef de la mission de l’ONU à Bangui s’est entretenu avec le ministre de la Défense, Madame Marie-Noëlle Koyara. Au menu de leur entretien, les opérations militaires conjointes MINUSCA-FACA à l’intérieur du pays. Entre Mankeur Ndiaye et Marie-Noelle Koyara, il y a eu une communication très directe, il ont passé en revue, les conditions sécuritaires préalables à l’organisation des élections. Mankeur en est ressorti bien informé., avec une idée très précise de son implication à ce stade du processus électoral. Le lendemain, c’est-à-dire, le 17 août 2020, Mankeur Ndiaye a rencontré, en tête- à-tête, le Président de la République, Faustin-Archange Touadera. Les deux hommes ont fait le point de la situation politique et sécuritaire du pays, du processus électoral et de l’appui de la MINUSCA au gouvernement centrafricain. Le même jour, il s’est rendu à l’immeuble Petroca, où il a été reçu par le Premier ministre, Firmin Ngrebada. Le 18 août, il était avec les leaders de l’opposition centrafricaine réunis au sein de la COD-2020. Leurs échanges ont principalement porté sur le processus électoral et son caractère inclusif. La prochaine étape consistera, à réunir toutes les parties concernées et à les convaincre de l’urgence d’un compromis, selon, une source onusienne.

Maurice Délévoye

Entre le Président Faustin-Archange Touadera qui tient coûte que coûte à organiser les élections le 27 décembre et l’opposition, l’ONU s’interpose pour éviter un péril… Sur cette Photo: le président Touadera et Mankeur Ndiaye, le représentant spécial du SG de l’ONU à Bangui au Palais de la Renaissance

Source : https://cettefois-ci.fr/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here