Thomas Sankara : Comment le dirigeant d’un petit pays africain a laissé une si grande empreinte

0
142

 

 

Longtemps vénéré par la jeunesse radicale et les militants à travers l’Afrique, Thomas Sankara a finalement obtenu une certaine reconnaissance du gouvernement de son pays, le Burkina Faso, à l’occasion du trente-sixième anniversaire de son assassinat lors d’un coup d’État militaire. Pendant des années, les commémorations de la mort du défunt président ont été organisées par des groupes civils et politiques inspirés par ses réalisations et ses idées révolutionnaires. Mais le 15 octobre 2023, le régime militaire au pouvoir au Burkina Faso, désireux d’obtenir un plus grand soutien populaire, a fait de cet anniversaire un événement officiel pour la première fois. Sankara a été nommé « héros de la nation », la journée a été proclamée fête nationale annuelle, le président Ibrahim Traoré a déposé des fleurs sur son site commémoratif et l’une des principales artères de la capitale a été rebaptisée en l’honneur de Sankara, alors qu’elle était auparavant boulevard Charles de Gaulle, le président français lorsque le pays a obtenu son indépendance de la France.

Les Burkinabè, comme on appelle les citoyens de cette nation d’Afrique de l’Ouest, ont un sens aigu de leur histoire. Pour eux, la brève période à la tête de Sankara, de 1983 à 1987, a été une période où de nombreux changements sont survenus dans leur pays pauvre et enclavé, et l’ont simultanément transformé d’une ancienne colonie peu connue appelée Haute-Volta (Haute Volta en français) au Burkina Faso renaissant, « pays des hommes droits » de deux langues africaines. Beaucoup ont adopté ce nouveau nom comme étant résolument africain et étaient fiers de leur jeune président charismatique, qui a défié avec audace certains des pays les plus puissants de la scène mondiale. Alors que les Burkinabè étaient plus conscients des réalisations nationales de son gouvernement, les populations du reste de l’Afrique et au-delà ont été attirées par les fréquentes expressions de solidarité de Sankara avec les peuples opprimés du Sud.

Pendant un certain temps, le remplacement du gouvernement de Sankara par un régime autoritaire brutal a rendu extrêmement difficile pour les Burkinabè de revendiquer ouvertement son héritage. Mais des réseaux panafricains de militants ont contribué à préserver et à faire circuler ses discours et ses idées hors des frontières du Burkina Faso. Alors que des musiciens populaires d’Afrique de l’Ouest incorporaient des citations et des images de Sankara dans leurs vidéos, certaines d’entre elles ont inévitablement atteint également un public burkinabè. Des chercheurs et des universitaires ont également contribué à diffuser l’histoire de la révolution « sankariste » au Burkina Faso. Des recueils de discours et d’entretiens de Sankara ont été publiés dans leur version originale française et en traduction anglaise , ainsi que dans diverses éditions en Allemagne et en Afrique du Sud, entre autres pays. Un site Internet majeur donnait accès à de nombreux documents originaux, articles analytiques, actualités, commentaires et souvenirs des collègues de Sankara. De nombreux livres retracent l’histoire de Sankara et sa révolution, parmi lesquels la biographie pionnière en français de Bruno Jaffré . En anglais, il existe deux livres de cet auteur (dont sont tirées certaines parties de cet article), une courte biographie populaire de Sankara et une histoire politique du Burkina Faso qui consacre plusieurs chapitres à la révolution. De plus, un important travail historique récent de Brian Peterson s’appuie sur de nouvelles recherches archivistiques et des entretiens approfondis avec les contemporains de Sankara. Et un recueil édité a fourni de nombreuses analyses et critiques de l’ère Sankara et de son héritage.

Une révolution improbable

Avant 1983, personne n’aurait prédit que le pays connaîtrait une expérience révolutionnaire aussi durable. Des décennies de domination coloniale par la France avaient fait de ce territoire l’un des plus pauvres, des moins urbanisés et des moins développés d’Afrique. Du point de vue de Paris, la Haute-Volta était une possession mineure, avec peu de ressources exploitables au-delà de la terre pour cultiver le coton ou du travail de sa population, dont des centaines de milliers étaient enrôlées pour travailler sur les routes, les chemins de fer et les plantations dans d’autres colonies françaises. Peu d’investissements ont été consacrés aux infrastructures, au développement économique ou à la santé et à l’éducation de la population. L’indépendance en 1960 n’a apporté que peu de changements, à l’exception de l’instabilité politique et d’une succession de coups d’État.

Pour certains observateurs, la prise du pouvoir en août 1983 par le Conseil national de la révolution (CNR) de Sankara n’était qu’une énième prise de pouvoir militaire. Certes, Sankara était capitaine de l’armée et un certain nombre de ses collègues clés étaient également officiers. Mais ils ont renversé une précédente junte militaire dans le cadre d’une large coalition politique comprenant plusieurs groupes politiques de gauche, certains syndicats, le mouvement étudiant et d’autres militants civils. Le CNR et son cabinet étaient des institutions hybrides qui faisaient appel à divers secteurs de la société et attiraient un soutien fort et actif de la part des jeunes, des pauvres et d’autres personnes marginalisées par l’ordre ancien.

Comme plusieurs autres révolutions militaires en Afrique (à différentes époques, au Bénin, au Congo-Brazzaville, en Éthiopie, en Égypte, au Ghana, en Libye, à Madagascar, en Somalie et au Soudan), le processus initié en 1983 pourrait être considéré comme une « révolution venue d’en haut ». » Mais il a également bénéficié d’un engagement significatif de la part d’en bas. Les jeunes dirigeants du CNR (Sankara n’avait alors que trente-trois ans) ont clairement fait savoir d’emblée qu’ils n’étaient pas intéressés par quelques modifications mineures au sommet. Ils voulaient transformer fondamentalement le pays, symbolisant cette rupture en changeant le nom du pays de son ancienne appellation coloniale française en un nom affirmant une identité africaine sans ambiguïté. Outre la restructuration du système judiciaire, de l’armée et d’autres institutions étatiques, le conseil d’administration s’est attaqué à la corruption et à la consommation ostentatoire de l’élite nationale. Les ministres du gouvernement ont vu leurs salaires et primes réduits et leurs limousines retirées. Sankara a déclaré publiquement tous ses biens (et a insisté pour que ses camarades fassent de même), a gardé ses propres enfants à l’école publique et a repoussé ses proches qui cherchaient un emploi dans l’État.

Sankara était ouvert sur ses convictions idéologiques : marxistes, mais non dogmatiques. Il s’est abstenu de qualifier le processus révolutionnaire de « socialiste » ou de « communiste », le qualifiant souvent plutôt d’« anti-impérialiste ». Cela impliquait de lutter contre la domination extérieure, de construire une nation unifiée, de renforcer les capacités productives de l’économie et de s’attaquer aux problèmes sociaux les plus urgents de la population, tels que la faim, la maladie et l’analphabétisme généralisés. Dans un pays aussi aride, la durabilité environnementale est devenue une priorité centrale. Des centaines de nouveaux puits ont été creusés et des réservoirs construits pour mieux conserver le peu d’eau dont disposait le pays. Les agriculteurs ont appris à lutter contre l’érosion des sols et à améliorer leurs rendements sans engrais chimiques. Des millions d’arbres ont été plantés dans les campagnes. En reconnaissant l’importance des questions environnementales, le Burkina Faso était à l’époque bien en avance sur de nombreux autres pays africains.

Il a également été un précurseur en mettant l’accent sur l’amélioration de la condition et des droits des femmes : cours d’alphabétisation pour femmes, formation à la maternité dans les villages ruraux, soutien aux coopératives de femmes et aux associations de marché, et un nouveau code de la famille qui fixe un âge minimum pour le mariage et établit le divorce par consentement mutuel. , a reconnu le droit d’une veuve à hériter et a supprimé le prix de la mariée. Certaines femmes ont été nommées juges, hauts-commissaires provinciaux, directrices d’entreprises d’État et même ministres.

« Un homme gênant »

Sur le plan extérieur, les politiques et les alignements du Burkina Faso ont pris un tournant radical : s’éloignant de la France et des autres puissances occidentales et se tournant vers des mouvements et des gouvernements anti-impérialistes, révolutionnaires et nationalistes radicaux dans les pays du Sud. Peu de gens en dehors de l’Afrique avaient entendu parler de ce pays auparavant, étant donné sa population relativement petite (environ 8 millions d’habitants à l’époque), son poids économique minuscule et sa situation aux confins du Sahara. Mais en s’exprimant lors de diverses réunions internationales au nom de nombreux autres pays et peuples, la voix de Sankara s’est fait entendre plus fortement que certains auraient pu l’imaginer.

Cela s’explique en partie par le fait que ses messages ont trouvé un large écho. Mais aussi à cause de l’audace avec laquelle il les présentait souvent. La visite au Burkina Faso du président français François Mitterrand en 1986 en a fourni une illustration dramatique. Sankara s’est écarté des subtilités diplomatiques habituelles de son hôte en défiant son visiteur dans un « duel » d’idées : plaidoyer pour les droits du peuple palestinien, défense du Nicaragua alors attaqué par les « contras » soutenus par les États-Unis et critique des autorités françaises. pour leurs politiques en Afrique et envers les immigrants africains dans leur pays. Mitterrand a mis de côté ses propos préparés et a répondu point par point à Sankara. Il a félicité le président burkinabè pour son discours franc sur des questions aussi graves, et a reconnu qu’avec Sankara, il n’était pas facile de garder une conscience tranquille ni de « dormir paisiblement ». Mitterrand a ironisé : « C’est un homme un peu gênant, le président Sankara ! »

Plusieurs objectifs primordiaux de politique étrangère ont émergé des discours, déclarations et interventions de Sankara lors de réunions internationales, notamment celles des Nations Unies, du Mouvement des pays non alignés, de l’Organisation de l’unité africaine (OUA, aujourd’hui Union africaine) et d’autres organismes. Premièrement, comme en témoignent ses échanges avec Mitterrand, il a cherché à établir aussi clairement que possible que le Burkina Faso ne suivait plus les directives de Paris, de Washington ou d’autres capitales occidentales (même si son gouvernement continuait d’accueillir favorablement leur aide financière). Deuxièmement, le Burkina Faso affirmerait sa souveraineté en établissant des relations avec n’importe quel État du monde, y compris ceux considérés comme hostiles à l’Occident (Cuba, Chine, Union soviétique, Corée du Nord, etc.). Troisièmement, conformément à ses idéaux révolutionnaires, elle se solidariserait – et parfois aiderait directement – ​​les peuples opprimés et les mouvements de libération du monde entier. Et quatrièmement, elle ferait pression en faveur d’une véritable unité panafricaine, qui s’exprimerait par des actions concrètes de la part des gouvernements et des peuples africains, et non par de simples déclarations occasionnelles.

En 1984, à Harlem, cet écrivain a été témoin pour la première fois de la capacité de Sankara à se connecter avec des publics éloignés. Cette année-là, le président burkinabè part s’adresser à l’Assemblée générale de l’ONU. En chemin, il s’est d’abord arrêté à La Havane, où il a reçu la plus haute distinction cubaine. Mécontent, le gouvernement conservateur américain du président Ronald Reagan ne lui a pas permis d’accepter l’invitation du maire d’Atlanta, figure éminente des droits civiques afro-américains, à visiter cette ville avant de se rendre à l’ONU. Limité à New York, Sankara s’est plutôt adressé à une réunion publique dans un lycée de Harlem, où il s’est adressé à une foule majoritairement afro-américaine de quelque 500 personnes. Dans une conférence animée qui comprenait des échanges d’appels et de réponses avec le public enthousiaste, Sankara a salué Harlem comme un centre de la culture et de la fierté noires et a affirmé que pour les révolutionnaires africains, « notre Maison Blanche est à Black Harlem ».

Le lendemain, Sankara s’est exprimé devant l’Assemblée générale de l’ONU. Parmi une série d’autres sujets internationaux, il a évoqué un certain nombre de politiques américaines, notamment le soutien américain à Israël contre les droits des Palestiniens et sa propre invasion militaire de l’île caribéenne de Grenade l’année précédente. Il a affirmé sa solidarité avec les révolutionnaires sandinistes du Nicaragua, qui luttaient alors contre les rebelles soutenus par les États-Unis. L’année suivante, Sankara s’est rendu au Nicaragua lui-même (après une autre escale à Cuba). Là, il s’est adressé à une foule de 200 000 personnes au nom de toutes les délégations étrangères participant à la célébration du vingt-cinquième anniversaire des sandinistes. Il n’était donc pas surprenant que le gouvernement d’un petit pays sahélien suscite une inimitié notable de la part de Washington, comme l’a confirmé Peterson, biographe de Sankara, lorsqu’il a découvert des câbles diplomatiques américains précédemment classifiés.

Bien qu’il soit un fervent défenseur du panafricanisme, Sankara n’avait à l’époque que quelques alliés parmi les autres chefs d’État africains, dont il a sévèrement critiqué certains pour ne pas faire plus pour construire l’unité africaine ou atténuer les souffrances de leur peuple. Lors des réunions annuelles au sommet de l’OUA et lors de ses fréquents voyages en Afrique, il a exhorté les Africains à apporter beaucoup plus de soutien aux mouvements de libération du continent, en particulier aux luttes en Afrique du Sud et en Namibie contre le régime d’apartheid de la minorité blanche. L’un de ses derniers actes, quelques jours seulement avant le coup d’État qui allait mettre fin à ses jours, fut d’organiser une conférence panafricaine contre l’apartheid à Ouagadougou, la capitale burkinabè. Les participants se sont concentrés sur les moyens pratiques d’aider les combattants de libération de l’Afrique australe et ont fustigé les gouvernements africains qui ont collaboré avec les autorités de l’apartheid.

Constatant que les perspectives de développement de l’Afrique étaient paralysées par sa dette extérieure écrasante envers les créanciers occidentaux, Sankara, lors d’un sommet de l’OUA en juillet 1987, a exhorté les dirigeants africains à refuser tout simplement de payer. Reconnaissant que les pays africains étaient trop faibles pour le faire seuls, il a proposé que les pays africains créent un « front uni » contre la dette. L’OUA n’a jamais suivi les conseils de Sankara. Alors qu’un certain nombre de dirigeants africains étaient agacés ou irrités par les réprimandes et les critiques de Sankara, une poignée d’entre eux se sont montrés plus ouvertement hostiles. En décembre 1985, le gouvernement malien voisin, mieux armé, a provoqué une brève guerre frontalière avec le Burkina Faso, que certains analystes considéraient comme motivée en partie par la crainte que la popularité de Sankara dans certains secteurs du Mali ne contribue à l’opposition intérieure à ce régime. La dictature du Togo, autre État voisin, a activement soutenu les exilés dissidents burkinabè hostiles à Sankara.

Les relations avec le gouvernement de la Côte d’Ivoire voisine étaient particulièrement tendues. Historiquement, un grand nombre de migrants burkinabè y vivaient et travaillaient, ce qui suscitait une certaine inquiétude chez les autorités quant à une éventuelle loyauté envers Sankara et ses camarades révolutionnaires. Le gouvernement ivoirien était l’un des plus proches alliés de la France en Afrique et son président conservateur, Félix Houphouët-Boigny, se méfiait de la position anti-impérialiste du gouvernement burkinabè. Il était également bien placé pour influencer le cours politique du Burkina Faso : en 1985, une fille adoptive d’Houphouët-Boigny a réussi à épouser le deuxième plus haut dirigeant burkinabè, le ministre de la Défense, le capitaine Blaise Compaoré.

Le 15 octobre 1987, Compaoré a mené un coup d’État contre Sankara, l’assassinant ainsi qu’une douzaine de collaborateurs ce jour-là (et plus par la suite). Divers facteurs ont joué dans ce coup d’État : les luttes intestines entre les différentes factions politiques au sein du Conseil national de la révolution, l’inquiétude quant au fait que les mesures anticorruption rigoureuses de Sankara pourraient révéler ou entraver ceux qui se livrent à des transactions illégales, et les pressions de l’étranger, notamment de la France et de la Côte d’Ivoire. Ivoire, pour atténuer la position anti-occidentale du pays. De nombreux Burkinabè pensaient que la France, directement ou par l’intermédiaire de son allié Houphouët-Boigny, avait contribué à l’instigation du coup d’État. Bien que Compaoré ait initialement prétendu « rectifier » la révolution, sa prise de pouvoir a conduit à son effondrement pur et simple. Les Burkinabè étaient choqués et terrifiés. Le régime Compaoré a finalement fait échouer la plupart des politiques et programmes progressistes de l’ère Sankara. À l’extérieur, les relations se sont resserrées avec les gouvernements de Côte d’Ivoire, du Togo, de France et d’autres puissances occidentales. Les autorités françaises accueillaient régulièrement Compaoré à Paris.

Grâce à une aide financière importante de la France et d’autres puissances et à sa volonté d’utiliser la force la plus brutale contre ses opposants nationaux, Compaoré a pu construire une formidable machine capable de durer vingt-sept ans. Sous l’impulsion française, Compaoré a embelli son régime autoritaire d’un vernis de démocratie multipartite. Malgré des élections régulières, il a conservé sa domination politique grâce à un mélange de fraude électorale, de manipulations constitutionnelles répétées et de corruption d’un vaste système de clientélisme.

Le retour du « Sankarisme »

Ce à quoi Compaoré ne s’attendait pas, c’est que le nom et l’héritage de Sankara refont surface – et prendraient de l’ampleur à mesure que le mécontentement populaire grandissait. Malgré la répression du régime et son succès dans la répression de l’opposition formelle dans l’arène électorale, les protestations et les rébellions ont commencé à éclater plus fréquemment à partir de la fin des années 1990. Comme je l’ai écrit précédemment, ces défis ont ouvert la voie à des expressions d’admiration plus manifestes pour Sankara au cours de la décennie suivante . Elle a été marquée de la manière la plus visible par les commémorations périodiques de l’anniversaire de l’assassinat de Sankara, ainsi que par l’émergence d’une variété de petits partis politiques, d’associations étudiantes et d’autres groupes qui se sont explicitement inspirés des idées, des pratiques et des réalisations du mouvement révolutionnaire.

Tous n’ont pas été attirés par l’exemple de Sankara pour les mêmes raisons. Certains admiraient son anti-impérialisme et son dévouement à la construction de la souveraineté nationale. D’autres ont apprécié ses idées pratiques pour le développement économique et social. Beaucoup ont cité son intégrité personnelle et ses efforts pour éradiquer la corruption. Certains ont reconnu qu’il y avait eu des violations des droits de l’homme au cours de sa présidence, mais avaient tendance à en imputer la responsabilité aux partisans de la ligne dure et aux fanatiques du CNR, dont certains étaient alignés sur Compaoré. Pendant ce temps, les fondations du régime Compaoré commençaient à s’éroder. Après des manipulations répétées de la constitution pour lui permettre de se présenter aux élections au-delà des limites prévues par la constitution, il a tenté de le faire une fois de plus en 2013. Mais c’était un pas de trop. Déjà irrités par la pauvreté généralisée, les violations des droits et la corruption endémique, les citoyens de tout le pays ont réagi avec colère et indignation, se cristallisant dans leur demande que Compaoré quitte le pouvoir après la fin de son mandat actuel. Lorsqu’il a quand même réussi à aller de l’avant, des rassemblements de masse, des marches et des grèves générales sans précédent ont balayé le pays, la pression populaire poussant les partis d’opposition fragmentés, les groupes militants et les syndicats à monter une lutte coordonnée.

La plupart des dirigeants de ces groupes ne se sont pas particulièrement inspirés de Sankara. Ils voulaient simplement que Compaoré soit remplacé par un système démocratique plus authentique. Pourtant, dans les mois qui ont précédé l’éviction de Compaoré, les symboles de Sankara étaient pratiquement partout. Les manifestants portaient son portrait. Sa voix enregistrée résonnait sur les systèmes audio. Des citations de ses discours figuraient dans des chants populaires. Même les dirigeants de l’opposition politiquement modérée concluaient souvent leurs discours avec le slogan emblématique du gouvernement révolutionnaire de Sankara : « La patrie ou la mort, nous vaincrons ! » (La patrie ou la mort, nous gagnerons !). L’un des principaux groupes militants était Balai citoyen (« Balai des citoyens »), lancé quelques années plus tôt par plusieurs musiciens et très suivi parmi la jeunesse burkinabè. Selon l’un d’eux, l’artiste rap connu sous le nom de Smockey, ils ont adopté Sankara comme patron symbolique. Smockey m’a dit plus tard qu’ils admiraient « le courage et la détermination de Sankara à construire un Burkina Faso de justice sociale et de développement inclusif », ainsi que sa « simplicité, modestie et intégrité… un modèle pour quiconque aspire à gérer la propriété publique ».

Au cours de la dernière semaine d’octobre 2014, alors que Compaoré refusait obstinément d’abandonner ses efforts pour violer la constitution, les manifestations ont pris une dynamique insurrectionnelle. Alors que plusieurs dizaines de manifestants tombaient sous les balles des forces de sécurité, les militants du Balai citoyen et d’autres groupes de jeunes ont érigé des barricades, occupé les rues et saisi des installations clés du gouvernement. Compaoré a fui le pays, sous la protection des forces spéciales françaises. Deux semaines plus tard, un gouvernement de transition était formé, avec pour mandat de mener des réformes essentielles et de préparer de nouvelles élections. Le cabinet et le parlement intérimaire étaient politiquement divers, comprenant des technocrates, des intellectuels, des officiers de l’armée, des personnalités de la société civile et quelques militants radicaux, parmi lesquels plusieurs sankaristes. Après l’échec d’une tentative de reprise du pouvoir par une faction militaire pro-Compaoré, des élections ont finalement eu lieu en novembre 2015. Les vainqueurs étaient autrefois des personnalités du parti de Compaoré, bien qu’ils aient rompu avec lui avant la confrontation politique finale. Les admirateurs de Sankara étaient influents dans le domaine des idées, mais beaucoup moins en termes de politique pratique, en partie parce qu’ils étaient divisés en de nombreux partis et associations.

Parallèlement, les procureurs judiciaires ont ouvert une enquête sur l’assassinat de Sankara, ainsi que sur plusieurs autres meurtres politiques commis sous l’ère Compaoré. Ils ont mené des analyses médico-légales, recueilli des témoignages et pu acquérir des documents auparavant secrets en provenance de France. Plus d’une douzaine de personnes ont finalement été inculpées, dont Compaoré, qui vivait alors en exil en Côte d’Ivoire et ne pouvait donc être jugé que par contumace. Le procès a débuté en octobre 2021 et a duré six mois. Plusieurs ont été acquittés ou condamnés à des peines avec sursis. Le tribunal militaire a condamné d’autres personnes à diverses peines de prison, ainsi que Compaoré et deux autres personnes à perpétuité. Le tribunal a maintenu un mandat d’arrêt international contre Compaoré (bien que le gouvernement ivoirien ait refusé de répondre et lui ait même accordé la citoyenneté). Les militants ont également exhorté les enquêteurs à continuer de rassembler des preuves sur les aspects internationaux de l’affaire, notamment sur le rôle de la Côte d’Ivoire, de la France et de tout autre gouvernement susceptible d’être impliqué. Bien que les autorités françaises aient précédemment déclassifié certains documents, elles n’en ont divulgué aucun sous l’appellation « défense nationale », alimentant les soupçons selon lesquels ils avaient quelque chose à cacher.

Entre-temps, le gouvernement élu du président Marc Roch Christian Kaboré était aux prises avec une insurrection islamiste initiée par des groupes affiliés à Al-Qaida et à l’État islamique. Initialement, les insurgés ont frappé le Burkina Faso à partir de bases situées au Mali et au Niger voisins, mais ils se sont progressivement implantés dans le pays. En 2022, de grandes parties des régions frontalières du nord et de l’est avaient échappé au contrôle gouvernemental efficace, et le bilan des civils burkinabè tués ou déplacés de leurs foyers s’est alourdi. L’incapacité du gouvernement Kaboré à assurer la sécurité a déclenché un coup d’État militaire en janvier 2022, et lorsque cette junte s’est effondrée sur le champ de bataille, un autre en septembre. La nouvelle direction, dirigée par le capitaine Ibrahim Traoré, a adopté une approche plus énergique, notamment par le biais de mobilisations populaires. Tant pour renforcer cet effort que pour asseoir leur propre légitimité politique, les autorités ont invoqué à plusieurs reprises l’héritage de Sankara.

Les militants qui défendaient depuis longtemps les idéaux de l’ère révolutionnaire de Sankara ont salué ce soutien officiel. Mais réalisant peut-être que le soutien du gouvernement pourrait éventuellement s’estomper ou prendre fin, ils ont également souligné la nécessité de maintenir une dynamique populaire. S’exprimant à l’occasion de l’anniversaire de l’assassinat du défunt président, Daouda Traoré , vice-président du comité qui a initié le mémorial Sankara à Ouagadougou, a promis que lui et ses collègues agrandiraient non seulement le site, mais aussi leurs activités éducatives. Il a déclaré que promouvoir « la mémoire et les valeurs » de Sankara – et lier sa vision à des actions concrètes – était important pour le peuple du Burkina Faso et du reste de l’Afrique.

www.moroccomail.fr/Ernest Harsch

Netafrique.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici