Telecel : multiples plaintes des agents de transfert relatives à des actes d’escroquerie et de rackettages de crédits

0
77

Selon des information dignes de foi en notre possession, les agents de transfert de crédits de Telecel ou plus exactement ces jeunes qui tentent de joindre les deux bouts dans une société où le travail est rare par la vente des crédits de Telecel en gros et en détails, sont victimes, ces derniers temps, de menaces verbales et même physiques de la part de leurs clients. Motif : l’alimentation des comptes de leurs clients après l’opération de transfert ne passe pas.

Pis, alors que l’objet de la transaction financière payante immédiatement n’est pas exigible – ce qui entache d’irrégularité manifeste  l’acte et rend le contrat nul et de nul effet – l’agent et son client reçoivent simultanément deux messages, débitant le premier du montant déjà payé et encaissé et informant le second de l’alimentation de son compte du même montant.

Selon ces sources, toutes ces opérations électroniques ne sont que virtuelles ou plus exactement fictives. Elles n’ont pas de réalité matérielle mais existent numériquement grâce au réseau télématique ou aux techniques de simulation informatique. Cela s’appelle tout de l’arnaque astucieusement conçue pour faire de l’argent gratuitement, c’est – à – dire sans contrepartie objective, sous des dehors d’un maquillage de simulation informatique.

Décryptage :

le vendredi 9 février 2018, l’agent de transfert de crédits de Telecel, au Centre – Ville, exactement en face de la société dénommée Socimco, communément appelée « Ngoumba » dont le numéro est le 75 94 17 19 fait une opération de transfert d’un montant de  500 Francs CFA à la demande d’un client, détenteur du numéro 75 04 86 02. Les deux individus reçoivent comme ci – dessus mentionnés deux messages, l’un signalant à l’agent le débit de son compte dudit montant, l’autre informant le client de l’alimentation de son compte de 500 Francs CFA.

Mais, c’est lorsque le client va consulter son solde disponible  qu’il va se rendre compte de l’inexistence matérielle du crédit sollicité et déjà payé. Ce dernier demande alors des explications à l’agent qui, à son tour, lui fait lire le contenu du message reçu et vice- versa. Des mots fusent et le ton monte. N’eussent été les interventions des uns et des autres que les deux interlocuteurs se seraient rentrés dedans.

Finalement, revenu à de meilleurs sentiments, l’agent reprend l’opération qui, cette fois – ci, réussit. Il compose le numéro service client de Telecel pour en avoir le cœur.  Le téléphone sonne mais au bout personne ne décroche.

Une semaine plus tard, le vendredi 16 février 2018, au quartier Gobongo, à côté du Bar dénommé PK 9, l’agent du transfert qui répond au numéro 75 64 88 33 reçoit du client dont le numéro est 75 50 91 33 la commande d’un transfert de crédits d’un montant de 500 Francs CFA, à 8 h 42 mn. L’agent fait l’opération et le client repart à la maison, tout confiant pour avoir toujours fait l’alimentation de son compte dans ce kiosque. Mais, quelques minutes plus tard, il va se rendre compte  de la supercherie : son compte n’est pas  alimenté du montant de 500 Francs CFA. Il repart chez l’agent qui lui montre le message de Telecel  débitant son compte  dudit montant. Ayant compris la tromperie de Telecel, l’agent lui refait une nouvelle opération. En dépit de l’insistance du client auprès de l’agent pour qu’il appelle le service client de Telecel pour des explications, celui – ci reste sans réaction mais lâche ce mot : « ils ne feront rien. Ce sont des voleurs ».

Voilà comment Telecel qui est la première société de téléphonie mobile en Centrafrique se fait tranquillement de l’argent sur le dos de ces petits agents de transfert et extorque de l’argent à ses abonnés et  clients dont la plupart ont acquis leur puce au prix de 75.000 Francs CFA et de 50.000 Francs CFA. Cela s’appelle tout simplement de l’arnaque, susceptible de poursuites judiciaires.

Affaire à suivre !

 La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here