Tchad : Attention, l’Onu sollicite à nouveau le concours de Déby dans la crise centrafricaine !

0
52

Le représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Afrique centrale, François Loceny Fall a été reçu avant-hier par le président Idriss Déby à N’Djamena. Il a longuement évoqué avec le dirigeant tchadien la question de la crise centrafricaine.

Le diplomate onusien -dépêché par le secrétaire général de l’ONU, António Guterres- a sollicité le concours du Tchad en Centrafrique, quelques jours après une flambée de violence à Bangui. Toutefois, aucun détail sur la forme de ce « concours » n’a été avancé.

Les violences se sont multipliées ces dernière semaines dans l’enclave du PK5, quartier majoritairement musulman. La force onusienne a tenté en vain de « déloger des groupes armés ». Un dernier bilan actualisé de la croix rouge fait état de 32 morts et 145 blessés à la suite des violences des 8 et 10 avril au PK5. Parmi les victimes figure de nombreux civils.

A N’Djamena, de nombreux observateurs ont été surpris par les déclarations du président Faustin Touadera qui a justifié l’usage de la force au PK5 par la présence d’hommes armés, et ce, malgré les dommages collatéraux prévisibles sur les civils. Jusqu’à présent, celui-ci s’affichait plutôt comme un homme de dialogue et aurait pu éviter un bain de sang en empêchant l’intervention armée.

De leur côté, les civils du PK5 s’estiment ne pas être assez protégés. Ils affirment être régulièrement harcelés, rackettés et menacés par les milices Anti-balaka.

En riposte aux récents évènements du PK5, des factions rebelles ont haussé le ton. Certaines d’entre-elles se sont regroupées au nord de la Centrafrique pour envoyer un signal aux autorités.

Un contingent tchadien déployé en Centrafrique avait été retiré en 2014, en riposte à des accusations de violences contestées par N’Djamena. Depuis ce retrait, le Tchad est régulièrement sollicité par la communauté internationale afin de ne pas oublier la Centrafrique.

N’Djamena maintient un plaidoyer actif sur le plan diplomatique en faveur de la Centrafrique, et a même été amené à fournir une aide financière et matérielle à ce « pays frère ».

Source: ONU

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here