SCRUTIN REFERENDAIRE ET ‘’CHASSE AUX CASQUES BLEUS’’ AU MALI : Les enjeux sont énormes, les risques de déflagration aussi

0
135
 

SCRUTIN REFERENDAIRE ET ‘’CHASSE AUX CASQUES BLEUS’’ AU MALI : Les enjeux sont énormes, les risques de déflagration aussi

Le scrutin référendaire qui a été organisé le 18 juin dernier sur les rives du Djoliba, a non seulement valeur de baromètre de l’adhésion des Maliens aux changements constitutionnels voulus par Assimi Goïta et les siens, mais aussi de test grandeur nature de la capacité du Mali à organiser des élections d’envergure nationale sur un territoire notoirement fractionné et dont plus de la moitié échappe au contrôle des autorités centrales. Réussir le pari de l’organisation d’une telle consultation dans un contexte sécuritaire aussi volatile n’était pas gagné d’avance, et on imagine que c’est un tonitruant ouf de soulagement que les membres de l’Autorité indépendante de gestion des élections (AIGE) ont poussé hier au coucher du soleil, à la fermeture des bureaux de vote. Reste à savoir si le quintet de colonels à la tête du Mali depuis le double coup d’Etat de 2020 et 2021, pourra en faire autant à la proclamation des résultats, d’autant qu’il n’y a pas eu beaucoup d’engouement chez les électeurs potentiels pour dire s’ils approuvent ou non ce texte qui est l’un des plus controversés de l’histoire constitutionnelle du Mali.

 

Le jeu en valait la chandelle pour les colonels de Kati

 

Dans les capitales régionales en revanche, il y avait foule dans les rangs, et les premières impressions des votants montraient clairement que c’était le mano a mano entre ceux qui sont « pour » et ceux qui sont « contre » ce projet de Constitution censé expurger les failles et les facteurs crisogènes contenus dans la loi fondamentale de 1992. Assimi Goïta et ses camarades ont suivi de près et à la loupe, le déroulement du scrutin depuis leur sanctuaire de Kati, espérant que la nouvelle mouture soumise au vote, sera adoptée malgré les tirs de barrage de nombreuses et influentes associations islamiques. Si le « Oui » l’emporte, en effet, ils seront non seulement éligibles lors des scrutins à venir, mais, cerise sur le gâteau, ils seront également à l’abri d’une éventuelle foudre judiciaire pour avoir comploté contre l’Etat, puisque l’article 188 qui leur sert de paratonnerre, stipule que « les faits antérieurs à la promulgation de la nouvelle Constitution sont couverts par une loi d’amnistie et ne peuvent donc être poursuivis ». Le jeu en valait donc la chandelle pour les colonels de Kati, et l’enjeu est tel que certains Maliens vont jusqu’à pronostiquer un score stratosphérique en faveur du « Oui », même s’il leur faut, pour cela, bourrer les urnes et faire expulser encore les observateurs indépendants des bureaux de vote, comme ce fut le cas à Gao et à Tombouctou, le 11 juin dernier.  Pour autant, il ne faut pas vendre à vil prix la peau de ceux qui sont vent debout contre certaines dispositions du texte et qui  ont appellé à voter contre, d’autant qu’ils sont nombreux et influents, à l’instar de l’imam Mahmoud Dicko dont le dernier meeting au Palais de la culture Amadou Hampaté Ba, a drainé, vendredi dernier, du monde qui a du faire douter les partisans les plus sereins et les plus optimistes du « Oui ». 

 

Le gouvernement malien a jeté un gros pavé dans la mare en demandant le retrait sans délai de la Minusma

 

La ligue malienne des imams et érudits, dont Mahmoud Dicko est l’un des leaders, a elle aussi, énergiquement, fait savoir son opposition au fait que la pratique de l’islam soit entravée dans les lieux publics au nom de la laïcité de l’Etat maintenue dans la nouvelle Constitution, en laissant toutefois la porte ouverte aux négociations avec la junte au cas où le texte venait à être rejeté. Les imams et érudits du Mali seraient, en effet, prêts à conclure une sorte de ‘’gentlemen agreement’’ avec les militaires au pouvoir, qui devraient accepter de supprimer le mot clivant de laïcité du texte pour mieux ‘’protéger’’ la religion musulmane contre l’acceptation, par les religieux, du maintien du controversé article 188 afin de protéger les putschistes.  Si on ajoute à cette opposition des associations islamiques à la loi fondamentale en gestation, les critiques acerbes de certains partis d’opposition et de certaines organisations de la société civile, sans oublier la bronca des rebelles touarègues du Nord qui ont carrément empêché le vote dans la région sécessionniste de Kidal, on peut dire que pour le moment, rien n’est encore joué. En attendant que  chaque camp soit fixé sur son sort, le gouvernement malien a, par la voie du ministre des Affaires étrangères, jeté un gros pavé dans la mare des Nations unies, en demandant le retrait sans délai de la Minusma du Mali. Cette annonce était d’ailleurs déjà dans les tuyaux  depuis que les Nations unies ont publié, le mois dernier, un rapport explosif et particulièrement accablant pour l’armée malienne. Le timing de cette demande expresse n’a pas non plus étonné les observateurs avertis, puisqu’il fallait, pour les autorités de la Transition en proie au doute quant à l’issue du référendum contitutionnel, être opportunément en cheville avec les souverainistes et autres ultras du régime avant le passage à la phase cruciale des votes. Maintenant que la voie officielle du Mali exige le retrait de ces troupes onusiennes, il n’y a plus, en principe, de raison qu’Antonio Guterres les y maintienne, malgré les risques évidents de massacres à huis clos de populations civiles que ces Casques et bérets bleus étaient censés protéger. C’est vrai que rien n’indique que le Mali va littéralement s’effondrer pour autant, mais avec la suppression des emplois que la Minusma avait créés et le rôle ingrat de fusible ou de bouc-émissaire qu’elle a toujours joué pour les autorités de Bamako, il y a des risques élevés d’embrasement au Centre et d’incendie au Nord, avec de probables opérations aéroterrestres des forces armées maliennes contre les groupes armés touarègues pour récupérer la ville de Kidal. Si on ajoute à ce départ en catimini et plein de dangers des forces onusiennes du Mali, les tensions post- référendaires qui se profilent déjà à l’horizon, on peut dire, sans sourciller, que les enjeux de ces différentes opérations de charme sont énormes, mais les risques de déflagration aussi, surtout qu’il s’agit d’un pays hautement inflammable depuis que les dieux de la haine et de la division y ont installé leurs propres autels en 2012, et même bien avant.  

 

« Le Pays »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici