Sanctions contre la Russie : les Etats-Unis épinglent deux entreprises liées au groupe Wagner en Centrafrique

0
250

Dans un communiqué, le département d’Etat américain a indiqué que ces sanctions illustraient « l’engagement des Etats-Unis à perturber la présence nuisible et déstabilisante de Wagner en Afrique ». Il y a deux semaines, les Etats-Unis ont annoncé une nouvelle salve de sanctions contre des entreprises et personnalités qui aident la Russie à mener sa guerre en Ukraine.

Selon un communiqué du ministère américain du Trésor, les deux sociétés – Bois Rouge et Broker Expert-  « ont joué un rôle important » d’aide au groupe Wagner « et, par extension, aux activités de la Fédération de Russie ». Elles ont « cherché à réaliser des gains financiers avec l’extraction illicite de ressources naturelles et ont fourni un soutien matériel et économique au groupe Wagner et à d’autres organisations lui étant associées », a poursuivi le ministère.

Dans un communiqué distinct, le département d’Etat a relevé que ces sanctions illustraient « l’engagement des Etats-Unis à perturber la présence nuisible et déstabilisante de Wagner en Afrique ». Et d’ajouter : « Nous continuerons d’utiliser tous les outils à notre disposition pour gêner la capacité du président russe Vladimir Poutine à armer et équiper sa machine de guerre. »

Une société liée à Evgueni Prigojine, ex-leader des milices Wagner

Bois Rouge – également connu comme Bois Rouge SARLU et, depuis 2022, Wood International Group SARLU – est décrite comme un exploitant forestier basé à Bangui et créé en 2019.

C’est « l’une des nombreuses sociétés associées à Evgueni Prigojine », fondateur et dirigeant du groupe Wagner mort dans un accident d’avion en 2023, « opérant en Centrafrique, qui forment un vaste réseau malveillant ayant infiltré les sphères politiques, économiques et d’information du pays ».

Lire aussi Mort d’Evegueni Prigojine (Wagner) : le Kremlin dément toute implication

L’autre société, Broker Expert (ou Limited Liability Company Broker Expert), est domiciliée à Saint-Pétersbourg, en Russie. Selon les autorités américaines, elle « a exporté des marchandises de plusieurs entreprises associées à Prigojine, y compris des dizaines de cargaisons de Bois Rouge », ainsi que des véhicules au Soudan et des casques pour les troupes de Wagner en Ukraine.

D’après les informations du Trésor américain, Broker Expert a aussi servi à transporter de l’argent liquide pour financer des activités néfastes, en particulier à Madagascar. Du fait de ces sanctions, tous leurs avoirs aux Etats-Unis sont gelés et elles ont interdiction d’avoir des échanges commerciaux avec des personnes ou des entreprises américaines. Washington a déjà sanctionné maintes entités et individus liés à Wagner et à d’autres groupes paramilitaires russes.

Nouvelle batterie de sanctions américaines envers la Russie

Le 23 février dernier, jour marquant les deux ans du conflit en Ukraine, les Etats-Unis ont annoncé une nouvelle batterie de sanctions à l’égard de la Russie. Objectif global visé : entraver les ressources financières dont dispose le Kremlin pour financer la guerre qu’il a déclenchée en Ukraine.

Pas moins de 500 nouvelles sanctions ont été prises par les Etats-Unis. Elles visent notamment des entreprises de 26 pays et touche particulièrement le secteur financier russe, l’industrie de la défense et différentes personnalités soutenant Moscou. Des personnes liées à l’emprisonnement de l’opposant Alexeï Navalny, décédé il y a peu, sont aussi visées.

Lire aussi Les Etats-Unis déclenchent la plus importante salve de sanctions contre la Russie depuis deux ans : « On se vengera », répond Medvedev

Parmi les entités épinglées, on peut notamment citer Mir, le système de paiement russe, qui permet à Moscou de conserver tant bien que mal ses liens avec le système financier international. Selon le département du Trésor américain, Washington vise « les personnes situées en dehors de la Russie qui facilitent, orchestrent, participent ou soutiennent de toute autre manière le transfert de technologies et d’équipements critiques vers la base militaro-industrielle russe ».

Autre exemple à noter : plusieurs entreprises technologiques des secteurs des semi-conducteurs, de l’optique, des drones, ou opérant dans des systèmes d’information sont ciblés par ces nouvelles sanctions américaines. Les Etats-Unis ont aussi inscrit 14 pétroliers russes sur liste noire afin de faire respecter le plafond imposé par l’Occident du prix du pétrole brut, vendu par Moscou. Notamment la compagnie maritime nationale russe Sovcomflot. Avec ce nouveau train de sanctions, cela porte à plus de 4.000 le nombre d’entités visées par les sanctions américaines, depuis le début de la guerre en Ukraine.

(Avec AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici