Russie / Centrafrique : Médias, ONG… les relais de Moscou pour torpiller Paris

0
404

L’offensive russe à Bangui est soutenue par de nombreuses structures chargées d’alimenter des campagnes anti-occidentales. Analyse.

Arrivée dans le pays début 2018 (LC n°776 ; LC n°778 ; LC n°781), dans la foulée des formateurs russes des Forces armées centrafricaines (FACA), la société moscovite Lobaye Invest « sponsorise » plusieurs médias apparus récemment – et opportunément – en Centrafrique.

Propagande
Lancée début novembre, la radio Lengo Songo, dirigée par Fred Krock, ex-patron du média pro-russe Le Journal l’Hirondelle, épouse une ligne pro-gouvernementale et très favorable aux intérêts de Moscou. Elle prévoit progressivement de porter sa voix sur toute l’étendue du territoire national via des antennes relais.

Côté presse écrite, Moscou soutient Le Monde en vrai, site parodique du Monde utilisant la même typographie que le quotidien français. Présenté comme un site d’information, Le Monde en vrai accorde une place prépondérante aux thématiques franco-russes ou anti-Minusca. De nombreux articles sont à charge envers la France. Ce site est calqué sur USA Really, créé par Ria Fan, site d’information pro-Kremlin lancé par Yevgeny Prigozhin.

Associations
Plusieurs ONG ont également adopté une violente ligne anti-française à l’image de l’ONG « internationale » Aimons notre Afrique (ANA) ou d’autres structures comme Les Jeunes Leaders africains. Celles-ci n’hésitent pas à demander le départ de la Minusca, accusant cette dernière d’entretenir l’instabilité dans le pays. Elles pointent également régulièrement « l’histoire non coloniale » russe. Le discours est rodé. Voyant dans la Minusca une force « à la solde de Paris », le secrétaire général d’ANA, Bekki Benameur, se répand sur les réseaux sociaux pour exiger le départ de cette force.

Que ce soit par « médias », associations politiques ou réseaux sociaux interposés, la stratégie russe vise à dégrader l’image des soutiens occidentaux de Faustin Archange Touadéra en les décrédibilisant. Cette ligne est renforcée par la multiplication des « trolls » (faux comptes Facebook, Twitter…) qui font abonder les commentaires négatifs et ressentiments anti-français dans les commentaires d' »articles » sur la situation centrafricaine. La Russie tente parallèlement, et officiellement, de réactiver l’initiative Khartoum 2. Avec l’appui du Soudan, son principal partenaire en Afrique, elle tente d’intégrer son initiative pour la paix en Centrafrique au processus engagé au sein de l’Union africaine, lequel a le soutien de l’Union européenne et des Etats-Unis.

Source: Africa Intelligence – LC n°791, 02/01/2019

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here