Révélation : Les en – dessous de l’attaque de Kembé et la liste des victimes

0
29

La sous – préfecture de Kembé, située dans la préfecture de la Basse – Kotto, a été attaquée le 10 octobre 2017 à 4 heures du matin par des hommes lourdement armés. Bilan : des hauts commandants de l’UPC d’Ali Darass et plusieurs sujets de confession musulmane surpris en pleine prière dans la mosquée, tués et égorgés. Quelques jours plus tard, après le temps des pleurs, des deuils, de recueillement et d’enterrement, les langues ont commencé à se délier, la liste des victimes minutieusement établie, les assaillants formellement identifiés et 70 d’entre – eux arrêtés et remis à la brigade de la gendarmerie de Dimbi.

C’est ainsi qu’ au moment où la Minusca qui a été déployée en Centrafrique, conformément aux résolutions 2127 et 2149 du conseil de sécurité, sous le chapitre VII de la charte de l’Onu et dont la mission est d’assurer la protection des populations civiles,  balbutie, bégaie, ignore fort curieusement  tout de ces tueries, et publie finalement  un communiqué lapidaire et laconique de condamnation, et au moment où  le gouvernement Sarandji 2 dont les obligations constitutionnelles se résument en la défense de l’intégrité du territoire national, la protection des biens et personnes et en la préservation des intérêts fondamentaux de l’Etat, reste étonnement silencieux sur ce qui s’est réellement passé dans cette paisible ville de ce qu’il en reste encore de la République centrafricaine,  et n’ a nullement daigné ouvrir  la bouche pour exprimer  des mots de condoléances et de compassion à l’endroit de toutes les familles des victimes de cette attaque meurtrière, le journal « Le Démocrate » a non seulement  eu le courage de rendre publique cette information, mais surtout a pu rentrer directement en contact avec des sources locales en vue de mener des investigations sur les en – dessous de cette attaque et en savoir un peu plus sur le nombre des victimes et l’identité des assaillants.

Après de minutieux recoupements de ces informations, il a été révélé que les auteurs de cet acte odieux et crapuleux, c’est – à – dire des éléments des forces armées centrafricaines, seraient venus de Bangui. Sur place, à ce conglomérat de professionnels se seraient joints des éléments des Anti – Balaka appuyés à leur tour par des mercenaires ougandais. L’objectif visé : tuer des sujets musulmans et entretenir ad aeternam vitam la crise pour des intérêts politiques.

S’agissant des victimes, il a été porté à la connaissance du journal « Le Démocrate », la liste qui suit : l’Imam madi ; les muezzins Mahamat Ladan et Daoud Awat ; Kassim Daoud avec son père ; Adoum Moussa malade au lit ; Adraman Moussa et son frère, un aveugle ; Moussa Issaka, un aveugle aussi alité ; Ibrahim Ngbada ; Bana Aroun ; Bachar Ousmane ; Atiker ; un Aladji venu en visite à Kembé ; Oumarou, ex- gérant de la boutique Lawane, père de plusieurs enfants, tué.  

Selon ces mêmes sources, en  représailles, la population de Dimbi aurait réussi à arrêter 70 assaillants dont des Anti – Balaka, des éléments des Faca et des mercenaires ougandais. Elles confirment aussi pendant cette attaque que six (6) hauts commandants de l’UPC d’Ali Darass auraient été aussi égorgés.

No comment ! Affaire à suivre…. !

La Rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here