Révélation : les 3 journalistes russes tués en RCA seraient-il accrédités par l’ONU ?

0
86
Début de lumière sur l’assassinat des trois journalistes Russes, tués à la périphérie de Sibut dans la Kémo dans le centre du pays, plus précisément à Dékoa, une localité sous contrôle des groupes armés. Information rejetée en bloc par la Minusca dans la soirée de lundi 30 à mardi 31 juillet.
Le service de communication de la mission russe en Centrafrique confirme qu’ils seraient accrédités par les Nations Unies pour réaliser des reportages.
Dans une note envoyée à Radio Ndeke Luka ce mercredi 1er août, le service de communication de la mission russe a annoncé que les trois personnes tuées, étaient bel et bien des journalistes. Il s’agit : du reporter de guerre indépendant Orhan Djemal, le documentariste Alexandre Rasstorgouïev et le caméraman Kirill Radtchenko. Le communiqué a mentionné d’abord qu’ils ont été accrédités par l’ONU pour des reportages dans la localité de Dékoa, avant de rectifier qu’il ne s’agissait pas d’une accréditation officielle.
Sur l’annonce du service de communication de la mission russe, la réaction de la Minusca ne s’est pas faite attendre. Soulignant que seules les autorités centrafricaines autorisent « l’entrée et la sortie » du pays, Vladimir Monteiro le porte-parole de la Minusca, a déclaré que l’institution n’a jamais été associée à cette mission.
« Concernant les relations avec les journalistes étrangers qui viennent, il y a ceux qui veulent couvrir les activités de la Minusca. Ils nous disent qu’ils veulent aller à tel endroit pour suivre une patrouille de la Minusca ou pour interviewer les partenaires internationaux de la Mission, nous les soutenons. Mais il y a beaucoup de journalistes qui viennent et ne nous contactent pas parce que le thème de leur reportage ne concerne pas forcément la Minusca ».
Le motif et les circonstances du drame doivent encore être éclaircis. Les corps des victimes seront rapatriés samedi 4 août en Russie.
Selon plusieurs sources, ces journalistes Russes sont arrivés à Bangui le 27 juillet; ils ont pour principal objectif d’enquêter sur les activités de la société militaire privée Wagner en Centrafrique, un groupe paramilitaire sans existence légale en Russie mais qui serait financé par un homme d’affaire proche du président Poutine.
Depuis plusieurs mois, la Fédération de Russie a entrepris de vastes opérations. Elle a négocié et a obtenu du Conseil de sécurité de l’ONU, la levée partielle de l’embargo sur les armes à destination de la République Centrafricaine. Des armes russes ont été livrées et une formation à leur maniement a été assurée par les instructeurs Russes à Béréngo, l’ancien site de l’ex-empereur Jean Bedel Bokassa.
La Russie a également mené des actions humanitaires notamment, l’assistance aux personnes vulnérables.
RNL

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here