Révélation : BARC: incompatibilité entre les raisons du limogeage du chef de service financier et comptable et l’affaire « MalaboGate » ?

0
30

Depuis quelques jours, la nouvelle du limogeage de M. Igor Benguére, chef  de service financier et comptable du BARC, ne cesse de défrayer les chroniques et alimenter la une de certains organes de la presse écrite, de certaines radios et de la plupart des journaux en ligne.

Sans parti pris et  sans gros risques de nous tromper, les résultats de nos premières enquêtes, et des recoupements et traitements qui s’en sont indéniablement suivis, révèlent à ce jour que malheureusement  beaucoup d’informations y relatives qui ont été faites depuis lors et qui continuent d’y être faites « in dies singulos » sont étonnement truffées de contre – vérités et de sensationnelles spéculations, profitables seulement à des journalistes en quête de publicité et en mal de lecteurs sérieux et engagés.

En effet, selon des informations dignes de foi en notre possession et  émanant de l’intéressé, c’est – à – dire du chef de service financier et comptable lui –même, la décision de son limogeage est incontestablement la conséquence de sa comparution devant la commission nationale d’enquête  spéciale mise en place par les plus hautes autorités de la République centrafricaine et relative au coup d’état déjoué contre le président équato – guinéen, Obiang Nguema – Mbasogo, en décembre dernier. Elle est donc tout naturellement consécutive à sa déposition et à la mise à disposition de cette commission d’un certain nombre de documents et de pièces comptables à « convictions »,selon ce dernier,  indispensables à l’avancement des auditions et à la manifestation de la vérité. Un acte de citoyenneté et de digne fils de la République dans tout Etat démocratique, dirait – on, sans ambages et sans fioritures.

A contrario, la version des faits relevant de la direction générale du Barc et celle de la présidence du conseil d’administration semble l’accabler et fait solidement  reposer la décision de son limogeage sur la production, la divulgation et la publication des documents administratifs et confidentiels, sans l’autorisation préalable de sa hiérarchie.

En clair, en sa qualité de chef de service comptable et financier, et au regard des dispositions des textes et règlements en vigueur portant organisation et fonctionnement du Barc, M. Igor Benguéré ne pouvait déroger à la règle de la confidentialité, préservant l’utilisation de tout document administratif à des fins personnelles et éminemment étrangères à celles autres que celles du service pour lesquelles sa production est exigée,  que s’il  avait préalablement obtenu, à ce sujet, une  autorisation expresse et régulièrement notifiée de la part de son directeur administratif et financier et mieux des instructions précises et écrites émanant de son directeur général.

Or malheureusement, en la méconnaissance outrancièrement manifeste de la procédure ci- dessus évoquée et formellement consacrée, en répondant à la convocation du procureur général, il a cru bien faire et rendre ainsi justice à la justice de son pays, en prenant sur lui l’entière responsabilité, sans en avoir préalablement tenu informée sa hiérarchie la plus directe et la plus  immédiate,  de mettre à la disposition de cette commission d’enquête plus de documents administratifs que ce qui lui a été demandé ou plus que ce qu’il devait produire. A la grande surprise des enquêteurs qui n’en ont retenu que ceux qui les intéressaient.

En somme, une faute lourde pour un agent dans l’exercice de ses fonctions qui devait faire, comme il l’a été, l’objet d’une procédure disciplinaire par la notification d’un questionnaire à qui de droit, avec un « effet sanctionnateur », in fine.

Une procédure qui devait démarrer effectivement  par la remise d’un questionnaire au mis en cause, suivi par une réponse audit questionnaire  48 heures plus tard et par un rapport détaillé des faits de droit reprochés à l’intéressé, prévus et sanctionnés par l’Accord d’Etablissement et couronnée par une décision de sa suspension de solde et de fonctions pour une durée de trois mois, avec traduction devant la commission de discipline.

A moins que les règles en la matière, en application en cours au Barc, diffèrent de celles consacrées et en vigueur dans tous les offices publics, soumis au régime du droit privé, c’est cette procédure telle que nous l’avons développée un peu plus haut qui aurait dû être scrupuleusement suivie et appliquée. Malheureusement, tel n’aurait pas été le cas, en l’espèce.  C’est ainsi que, selon les dires du mis en cause sur les antennes de la RNL, il a reçu son questionnaire le 23 Avril 2018 ; il a été sommé d’y répondre le même jour ; et il a été révoqué de ses fonctions, le 23 Avril 2018, sauf que la publication ou de la diffusion officielle  de la décision y relative interviendra un jour franc plus tard, c’est – à – dire, le 24 Avril 2018. Une sentence trop rapide à la manière de celle infligée à un certain Jésus – Christ par les oligarques de son temps, il y a aujourd’hui plus de 2.000 ans. Arrêté dans le Jardin de Géthsémani, le Fils de l’Homme a été jugé le même jour, condamné le même jour et crucifié le même jour avec des voleurs. C’est ce qui aurait  fait dire à M. Igor Benguéré qu’il est tout simplement victime  d’un limogeage illégal, injuste et foncièrement arbitraire.

 A ce sujet, y a – t – il eu réellement une erreur manifeste d’appréciation et un acte de flagrant délit d’arbitraire ? Y a – t – il eu  violation manifeste et intentionnelle de la procédure prévue et consacrée en la matière ? En quoi, sa décision de limogeage peut – elle constituer une entrave à la manifestation de la vérité dans l’Affaire « MalaboGate » ? Et pourquoi, M. Igor Benguéré, en sa qualité de chef de service financier et comptable, s’est – il précipité de mettre à la disposition de cette commission d’enquête plus de documents que ce qu’il lui aurait été demandé ? Dans quels buts, l’ a – t – il fait ? A – t – il été manipulé et par qui ? Nous y  reviendrons longuement dans notre prochain numéro.

Affaire à suivre…..

Jean – Paul Naïba     

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here