Réunion d’information du Comité des sanctions à l’intention des États Membres sur le rapport à mi-parcours du Groupe d’experts sur la République centrafricaine

0
107

Réunion d’information du Comité des sanctions à l’intention des États Membres sur le rapport à mi-parcours du Groupe d’experts sur la République centrafricaine

Le 6 septembre 2019, le Coordonnateur du Groupe d’experts du Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 2127 (2013) concernant la République centrafricaine a présenté au Comité et aux États Membres, y compris aux États de la région, un aperçu du rapport à mi-parcours du Groupe d’experts (S/2019/608).

À cette occasion, le Coordonnateur a souligné que les États de la région continuaient de s’intéresser à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix en République centrafricaine du 6 février.  Le Coordonnateur a noté que des groupes armés continuaient de violer les dispositions de l’Accord, notamment en recrutant des enfants, en attaquant des civils et en se livrant au trafic d’armes.  Il a souligné que les ressources naturelles continuaient de faire l’objet d’un trafic dans les zones contrôlées par des groupes armés, tant de la part de Centrafricains que d’étrangers.  Il a en outre déclaré que la République centrafricaine et les États voisins avaient redoublé d’efforts pour créer ou pour revitaliser des commissions mixtes bilatérales.  Ces commissions pourraient se révéler utiles pour faciliter la mise en œuvre de l’Accord et pour régler les questions transfrontières, notamment le trafic d’armes et de ressources naturelles et l’application de l’interdiction de voyager frappant des personnes sous le coup de sanctions.  Enfin, le Coordonnateur a signalé que, grâce aux dérogations à l’embargo sur les armes, les forces nationales de défense et de sécurité de la République centrafricaine continuaient de recevoir de la part de partenaires internationaux un appui important en matière de formation et de matériel qui avait favorisé l’accélération du déploiement des Forces armées centrafricaines.  Celles-ci continuent toutefois de se heurter à d’énormes difficultés d’ordre logistique et opérationnel, en particulier dans les zones aux mains de groupes armés.

Les membres du Comité et les autres États présents ont remercié le Groupe d’experts pour cette séance d’information et rendu hommage à la qualité de ses travaux.  La Représentante permanente de la République centrafricaine s’est félicitée de la présentation du rapport du Groupe d’experts et a noté que les conclusions du rapport concernant les activités de groupes armés abondaient dans le sens des appels lancés par son pays en faveur d’un relâchement de l’embargo sur les armes à l’égard du Gouvernement.  Les membres ont encouragé les États de la région à travailler de concert pour réduire la prolifération des armes en République centrafricaine et ont exprimé leur soutien envers la revitalisation ou la création de commissions mixtes.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.
Source : Nations Unies

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here