RETRAIT DU MALI DU G5 SAHEL   :  Attention à l’auto-victimisation !  

0
66

RETRAIT DU MALI DU G5 SAHEL   :  Attention à l’auto-victimisation !

Le bateau du G5 Sahel finira-t-il par se saborder ? La question est d’autant plus fondée que l’un des membres les plus emblématiques, en l’occurrence le Mali, qui passe aujourd’hui à bien des égards pour être l’épicentre du terrorisme dans la région, vient d’annoncer son retrait pur et simple de l’organisation régionale qui regroupe, outre le pays du colonel Assimi Goïta, le Burkina Faso, le Niger, la Mauritanie et le Tchad. Un retrait qui ressemble à un trou béant percé dans la coque de ce corsaire censé aller à l’abordage des terroristes, mais qui n’a jamais su trouver les bons vents pour accoster ces malfaiteurs des temps modernes qui troublent le sommeil des populations du Sahel en se moquant éperdument des frontières entre pays. La raison invoquée est d’avoir attendu de guerre lasse son tour pour présider l’institution régionale. En effet,  dans son communiqué de retrait du 15 mai dernier, Bamako indique qu’une conférence des chefs d’Etat prévue pour février 2022 à Bamako, devait « consacrer le début de la présidence malienne du G5 » mais « près d’un trimestre après le terme indiqué », cette rencontre « ne s’est toujours pas tenue ».

A force de toujours s’estimer lésé et de dénoncer systématiquement les accords bilatéraux et multilatéraux, le risque est grand, pour le Mali, de s’isoler

De là à voir derrière ces tergiversations, une volonté de l’empêcher d’exercer son droit, il y a un pas que Bamako a vite franchi.  Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’humainement parlant, l’on peut comprendre la frustration du Mali de ne pas se voir confier les responsabilités de cette présidence tournante arrêtée de commun accord. On pourrait aussi le comprendre, politiquement, si les accusations portées contre l’Hexagone de manipulation des chefs d’Etat du G5 Sahel étaient avérées. Mais attention à l’auto- victimisation ! Car, à force de toujours s’estimer lésé et de dénoncer systématiquement les accords bilatéraux et multilatéraux, le risque est grand, pour le Mali, de s’isoler dans ce combat contre l’hydre terroriste dont tout le monde s’accorde pourtant à reconnaître la nécessité d’une mutualisation des forces pour une efficacité d’actions. N’est-ce pas, du reste, la principale raison qui a prévalu à la création du G5 Sahel ? Toujours est-il que dans la pratique, les opérations conjointes initiées par-ci par-là par certains pays voisins et qui ont donné des résultats probants sur le terrain, ont fini de convaincre plus d’un que si ce genre d’opérations étaient reconduites de façon régulière et permanente, cela pourrait permettre de réduire considérablement la voilure des  terroristes et de gêner leur progression dans la sous-région.  C’est pourquoi, au regard des enjeux, l’on peut se demander si dans le fond, le seul fait, pour le Mali, de ne pas se voir confier la présidence tournante de ce regroupement militaire est une raison suffisante pour se retirer de l’organisation commune. En tout cas, ce n’est pas de cette façon qu’il facilitera le travail du médiateur togolais récemment sollicité pour tenter de le rabibocher avec ses partenaires internationaux.   

Il est temps de penser à une entité beaucoup plus large

Ce d’autant que ce n’est pas la première fois qu’un pays est privé d’un tel droit au sein d’une organisation régionale. On se rappelle, en effet, l’obstacle ivoirien à la présidence burkinabè de la CEAO au sommet de Niamey en 1983, sous les présidents Félix Houphouët Boigny et Thomas Sankara. Dans le présent cas, la question fondamentale est de savoir si en se retirant du G5 Sahel, le Mali cessera toute collaboration militaire avec tous les autres pays-membres. La question est d’autant plus fondée que c’est une décision qui pourrait être lourde de conséquences dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Surtout si cela devait traduire une volonté assumée de Bamako, de faire désormais cavalier seul dans cette guerre non conventionnelle imposée par les forces du mal. Ce, après que l’albatros du G5 Sahel a fini de faire la preuve de son inefficacité en restant désespérément cloué au sol, faute de moyens financiers nécessaires à son opérationnalisation. Et rien ne dit que ce n’est pas aussi cette impuissance du G5 Sahel à se montrer à la hauteur du défi sécuritaire dans la région,  qui a pu pousser le Mali à oser le pas de la rupture. C’est dire si ce retrait annoncé du Mali du G5 Sahel peut être considéré comme un mal pour un bien, pour une institution qui n’est pas loin de tomber en désuétude au regard de la progression de la pieuvre tentaculaire depuis le Sahel vers les pays du littoral, et qui a besoin d’être repensée pour s’adapter au contexte du moment. C’est dire s’il est temps de penser à une entité beaucoup plus large, au moment où après le Sahel, les pays du littoral sont devenus un objectif pour les terroristes. En témoignent les récentes attaques meurtrières au Togo et au Bénin, en plus du harcèlement dont est victime la Côte d’Ivoire qui a déjà connu plusieurs attaques sur son sol. C’est à ce prix que le G5 Sahel cessera d’être une coquille vide identifiable à un « machin » qui n’existe plus que de nom, et sans doute appelé à mourir de sa belle mort si d’autres pays devaient être tentés d’emboîter le pas au Mali, pour une raison ou pour une autre. 

 « Le Pays »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here