RESULTATS DES LEGISLATIVES AU BENIN : Tout est bien qui finit bien

0
50
 

RESULTATS DES LEGISLATIVES AU BENIN : Tout est bien qui finit bien

Ça y est ! Les résultats provisoires des législatives du 8 janvier dernier ont été rendus publics le 11 janvier dernier par la Commission électorale nationale autonome (CENA). Sans surprise, la mouvance présidentielle conserve sa majorité au parlement. Mais l’opposition y fait aussi son entrée même s’il est vrai qu’elle s’attendait à plus de sièges qu’elle n’en a obtenu.  En effet, c’est le parti Les Démocrates de l’ancien président Boni Yayi, qui sauve la face en remportant 28 sièges sur les 109 que compte l’Assemblée nationale. Les quatre autres partis en lice ont mordu la poussière puisque n’ayant pas dépassé le seuil des 10%, ils n’ont pas obtenu d’élus. Globalement, l’on peut dire que tout est bien qui finit bien. Car, contrairement aux précédentes législatives qui avaient été émaillées de violences, ces législatives ont connu une campagne civilisée qu’il faut mettre à l’actif de tous les acteurs politiques. Le scrutin, même s’il n’a pas connu une forte mobilisation, s’est déroulé sans le moindre couac. Et même la publication des résultats, jusque-là, n’a pas fait l’objet de contestation. Toutes choses qui méritent d’être saluées, surtout dans un continent où élections riment avec violences. En tout cas, le Bénin vient de prouver à tous qu’il peut toujours mériter l’appellation de phare de la démocratie dans la sous-région ouest-africaine.

 

C’est la démocratie béninoise qui gagne

 

Tout se passe comme si, après avoir pris conscience qu’il vendangeait les acquis démocratiques de son pays, le président Patrice Talon a décidé de se rattraper en ouvrant un tant soit peu le jeu politique. Cela est d’autant plus vraisemblable qu’après quatre années d’absence, l’opposition longtemps malmenée, siègera désormais à l’Assemblée nationale. C’est la démocratie béninoise qui gagne. Car, même s’il est vrai qu’avec le nombre de sièges dont elle dispose, l’opposition ne pourra pas influencer, de façon décisive, les débats à l’Assemblée nationale, sa présence, il faut le dire, a déjà quelque chose de positif. Peut-être même que si certains leaders de l’opposition avaient été autorisés à participer aux élections, la mouvance présidentielle aurait été mise en ballotage. Cela dit, en attendant la proclamation des résultats définitifs des législatives par la Cour constitutionnelle, on ne peut que souhaiter que le président Patrice Talon se montre bon prince en procédant, dans les jours ou mois à venir, à l’élargissement des opposants que sont Joël Aïvo et Reckya Madougou qui croupissent toujours en prison. Cela pourrait contribuer à rehausser davantage l’image du Bénin.

 

B.O

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here