RÉPRESSION DE MANIF EN GUINÉE : Casser le thermomètre ne fait pas baisser la fièvre

0
144

RÉPRESSION DE MANIF EN GUINÉE : Casser le thermomètre ne fait pas baisser la fièvre

 

Même si la médiation des religieux a permis d’obtenir la libération de leaders du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), il n’en demeure pas moins qu’elle débouche sur un constat d’échec. C’est le moins que l’on puisse dire. Car en dépit de tout, les Forces vives de Guinée qui regroupent les principales forces politiques et sociales du pays ont maintenu leur  appel à manifester contre les autorités de la transition. En effet, elles exigent, entre autres, la libération de « tous les otages » dont le coordonnateur du mouvement, les prisonniers politiques et d’opinion, la levée immédiate de l’interdiction de manifester, le respect des libertés fondamentales et la mise en place d’un cadre de dialogue sous l’égide de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Comme l’on pouvait s’y attendre, plutôt que de prêter une oreille attentive aux manifestants, les autorités guinéennes ont préféré sortir l’artillerie lourde, provoquant ainsi, par endroits, des scènes de violences. Car, empêchés de se regrouper, des jeunes manifestants ont érigé des barricades dans certains quartiers et n’ont pas manqué d’utiliser des projectiles pour provoquer les forces de l’ordre fortement mobilisées. En tout cas, si l’on en croit certains témoignages, Conakry, au regard du dispositif sécuritaire impressionnant déployé à l’occasion, ressemblait à une ville en état de siège.

 

Le locataire du palais Sékhoutoureya gagnerait à descendre de son piédestal

 

 En effet, cela n’a rien de surprenant, surtout quand on sait que l’on est dans un régime d’exception où la liberté de manifester n’est reconnue qu’en ce qu’elle n’a rien de contraire à la volonté du putschiste en chef. Allergiques à la contestation, et comme pour parer à toute éventualité, les autorités militaires guinéennes ont érigé la terreur en mode de gouvernance, faisant ainsi peser une véritable chape de plomb sur les acteurs politiques et la société civile qui n’approuvent pas la manière dont est conduite la transition. Mais elles oublient volontiers que les temps ont changé si bien que la matraque et la gâchette ne peuvent plus avoir raison d’un peuple debout et déterminé. Casser le thermomètre ne fait pas baisser la fièvre, dit-on. C’est pourquoi le locataire du palais Sékhoutoureya gagnerait à descendre de son piédestal en ouvrant un dialogue franc et sincère à l’effet d’échanger avec l’ensemble des acteurs sur les sujets qui concernent la vie de la Nation. C’est à ce prix et seulement à ce prix qu’il pourra faire de la transition en cours, un fleuve tranquille, devant permettre d’opérer des réformes politiques et institutionnelles profondes à même de faire de la Guinée, un Etat de droit démocratique digne de ce nom. A défaut, toute autre option sera périlleuse et ne fera qu’en rajouter à la situation déjà explosive. Mamady Doumbouya  saura-t-il rectifier le tir pendant qu’il est temps ? On attend de voir. Mais l’erreur serait de croire qu’en bon bidasse, il peut tout obtenir par la force. Si tel est le cas, on peut dire, sans risque de se tromper, qu’il file du mauvais coton.

 

B.O   

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici