RCA : Touadéra remue le chaudron géopolitique

0
129

 

Le président est plus fort grâce aux changements dans la politique occidentale, à condition qu’il soit capable de naviguer dans les multiples rivalités régionales et de gérer les risques sécuritaires. L’ONU, les institutions de Bretton Woods, les ambassadeurs à Bangui, la Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) et de nombreux organismes régionaux se sont réunis le 23 octobre pour évaluer la manière dont la feuille de route de Luanda et l’accord de Khartoum entre le gouvernement et une multitude de groupes armés ont été mis en œuvre.

 Mais au lieu d’évaluer l’absence de progrès et de trouver de nouvelles voies vers la paix, la réunion n’a fait qu’entériner la liberté d’action dont jouit désormais le président Faustin-Archange Touadéra, principalement par des changements de vues stratégiques à Paris et à Washington.

Après une série de défis lancés à son gouvernement, Touadéra se retrouve dans une position plus forte que jamais et l’accord de Khartoum en danger. Dans un premier temps, le président s’est montré réticent à signer l’accord de Khartoum de février 2019 orchestré par ses alliés russes, car il limitait ses pouvoirs. Mais il s’est vite rendu compte, selon les analystes, qu’en nommant quelques représentants rebelles à des postes symboliques dans l’appareil d’État, il pouvait ignorer la pression en faveur de réformes et de pacification des campagnes en dehors des zones minières. 

Touadéra a consolidé sa présidence avec le référendum antidémocratique du 30 juillet, dont l’approbation par un registre électoral suspect et l’aval de la Cour constitutionnelle a supprimé la limite de deux mandats de la constitution de 2016 et a garanti son maintien à la présidence pour les années à venir. Cédant les principes à la géopolitique et oubliant la lutte épique pour faire adopter la constitution de 2016, la communauté internationale est restée muette alors que la liberté d’expression et la liberté de la presse étaient piétinées et l’opposition civile muselée, ont déclaré les commentateurs. 

En septembre, cependant, la fragilité de l’État est apparue à nouveau lorsque presque tous les dirigeants de l’opposition civile ont signé une déclaration contre la reconnaissance de la nouvelle constitution et déclarant l’illégitimité du président. Pris de court, Touadéra a appelé à une manifestation massive contre ses ennemis ainsi qu’à des poursuites judiciaires. Mais la manifestation a échoué, nuisant davantage à Touadéra que s’il ne l’avait pas convoquée du tout.

Le point de vue de Macron

Sur le plan international, la nouvelle dynamique dans laquelle les donateurs occidentaux ferment les yeux sur les carences de Touadéra dans l’espoir d’éloigner la Russie de Bangui continue de se jouer (AC Vol 64 No 14, Macron fait volte-face sur l’autocratie). 

Le président Emmanuel Macron continue de croire que faire plaisir à Touadéra est le meilleur moyen de l’amener à expulser la Russie. Ils se sont rencontrés en septembre dans une ambiance plus chaleureuse que prévu. Avec la mort de son leader, l’avenir du Groupe Wagner (ou de l’organisation qui lui succédera) en République centrafricaine est incertain, et Macron semble croire que cela favorise Paris. 

La France a justifié son indifférence à l’égard des tendances autocratiques de la RCA en affirmant que l’engagement est plus productif que la pression. En effet, Macron a été satisfait – et a bénéficié politiquement dans son pays – de la libération par la RCA de l’ancien soldat français Juan Rémy Quignolot, détenu sans procès pendant deux ans sur la base de fausses accusations d’espionnage et de subversion. 

Plus vital pour les intérêts géopolitiques français était l’accord du président Touadéra pour permettre à l’armée tchadienne d’entrer en RCA et de nettoyer un camp qui hébergeait des rebelles tchadiens potentiels près de Paoua, près de la frontière avec le Tchad. Touadéra a également veillé à ce que les agents de Wagner installés à Paoua n’interviennent pas (AC Vol 64 No 15, le grand plan d’Hemeti est dans l’impasse).

Touadéra a continué sur cette lancée en envoyant mi-octobre la ministre des Affaires étrangères Sylvie Baïpo-Temon à Ndjamena pour donner au Tchad le droit formel de poursuivre ses ennemis en RCA, ce qui a également été chaleureusement accueilli à Paris. Paris craint régulièrement que la Russie puisse trouver à soutenir des rebelles tchadiens susceptibles de mener un coup d’État à Ndjamena contre le président Mahamat Idriss Déby Itno « Kaka » ou simplement de fomenter le mécontentement contre la présence militaire française au Tchad. 

Fin septembre, les diplomates français se sont sentis obligés de rassurer les opposants nationaux de Touadéra sur le fait que la France ne le soutenait pas activement, mais en même temps ils ont commencé à demander aux diplomates de l’Union européenne de relancer les projets et le soutien budgétaire que la France avait fait pression pour mettre fin en 2021 et dont Touadéra peut en profiter (AC Vol 62 n°15, France et Russie s’affrontent à Bangui). 

Beaucoup à Bangui pensent que la France est trop inconstante pour qu’on puisse lui faire confiance, et les opposants envisagent des alliances avec des partenaires potentiels plus dignes de confiance ailleurs en Europe ou outre-Atlantique.

 La France souhaite également que l’opposition soit impliquée dans les élections locales, convaincue que la politique locale pourrait contribuer à un processus de reconstruction politique susceptible d’améliorer la gouvernance et les droits démocratiques.

Jusqu’à présent, la démocratie locale ne reflète que les votes présidentiels nationaux. Quel que soit le succès de ces plans, la priorité absolue à Paris est la consolidation du pouvoir de Touadéra pour lui permettre de freiner la Russie. 

L’ONU est prête à fournir des fonds pour les élections locales, malgré son mauvais bilan lors des sondages de décembre 2020. Pourtant, la Représentante spéciale de l’ONU, Valentine Rugwabiza, du Rwanda, a intelligemment exigé d’abord un dialogue inclusif, une condition mentionnée dans l’Accord de Khartoum qui sera difficile à réaliser aujourd’hui, car de nombreux dirigeants civils de l’opposition et leurs proches sont menacés par des individus proches de la présidence. 

Groupes armés sur les hanches

Pendant ce temps, l’opposition armée est en plein désarroi et des groupes ont dégénéré en bandits de grand chemin ou se sont installés au Darfour pour être recrutés par l’une ou l’autre des parties à la guerre civile au Soudan. Même si cela aurait pu être une bonne nouvelle, Bangui n’est pas entrée dans le vide en proposant une nouvelle manière de répondre aux doléances dans les campagnes ou en assurant la sécurité de la communauté. Les unités de police et de l’armée des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ont souvent une présence théorique dans les zones contestées et se comportent souvent mal. Le paiement de leurs salaires est irrégulier. Le dernier rapport de l’ONU sur la RCA impute la plupart des violences contre les civils aux FDS, suivis ensuite par les groupes armés. L’image du groupe Wagner est moindre tant que l’incertitude règne parmi ses collaborateurs quant à leur avenir. Malgré Wagner, les troupes rwandaises et les casques bleus de l’ONU, l’insécurité reste endémique et même dans la capitale, les gangs deviennent plus actifs et plus violents, à mesure que la concurrence pour les ressources s’accentue. 

Grâce à la Banque mondiale, les salaires du secteur public et des parlementaires sont payés, même si les fonctionnaires ne bénéficient pas des avantages auxquels ils sont habitués. Le reste de la population souffre de pénuries de produits de première nécessité. L’adoption de la crypto comme monnaie nationale était un symbole de la fortune économique du pays (AC Vol 63 No 11, Le président fait appel à la crypto pour sa stratégie de survie). Les opérateurs ont collecté des milliards de FCFA en dépôts et ont disparu. 

Le président Touadéra est en proie à des luttes intestines au sein de son propre parti politique, à Bangui, le Mouvement des Coeurs Unis (MCU). Mathieu-Simplice Sarandji, collaborateur de longue date et ancien premier ministre, est concurrencé par ses rivaux. Sarandji a géré le favoritisme et le Parlement pour créer des centaines de postes pour ses clients, principalement au sein du parti présidentiel ou de la famille. Mais avec la diminution des financements, des rivaux ambitieux envisagent de le destituer de son poste de président du Parlement. L’un est un proche du président, Evariste Ngamana, actuel vice-président, qui a déjà tenté à plusieurs reprises de renverser son patron et l’autre est un ancien collègue devenu rival mortel, Firmin Ngrébada, devenu premier ministre en février 2019 et qui est connu pour avoir entretenu des relations chaleureuses avec la Russie et Wagner. 

Baba Laddé : un rebelle pour plusieurs causes

Le chef de milice vétéran Mahamat Abdul Kader Umar – nom de guerre Baba Laddé – est de retour en République centrafricaine avec l’intention apparente de lancer un nouveau mouvement armé contre le président tchadien Mahamat Idriss Déby Itno ‘Kaka’ (AC Vol 52 No 19, Baba Laddé : Voleur ou Robin des Bois ?). Mais, dit-on, il n’a pas encore décidé si le président Faustin-Archange Touadéra pourrait être sa cible. Baba Laddé a dirigé un groupe armé important pendant des années à la fin des années 2000 et au début des années 2010 et était un partenaire commercial de François Bozizé, alors président de la RCA. Il a fondé le premier groupe armé Peulh (ou Peul) en RCA, le Front patriotique pour le redressement (FPR), et a appliqué un système sophistiqué de protection/extorsion affectant principalement les éleveurs, tout en protégeant Bozizé des autres groupes armés basés dans le nord de la RCA. Début 2012, l’armée tchadienne est intervenue et l’a chassé de la RCA, incendiant de nombreux villages. Il s’est réfugié au Soudan du Sud pendant des mois et a passé les années suivantes au Tchad, soit en prison, soit en occupant différents postes au sein de l’État, notamment celui de chef du général.

Services de renseignement

 Il a perdu son emploi début 2022. Après s’être plaint du non-respect des promesses, il a rencontré un concitoyen peulh et tchadien, Hassan Bouba, l’actuel ministre de l’élevage, figure incontournable des relations entre Wagner et les groupes armés.Il a même rencontré Vitali Perfilev, l’un des hauts responsables du groupe Wagner en RCA, et a tenté de l’enrôler dans une insurrection contre le régime tchadien. Il n’intéresse pas les Russes, mais installe néanmoins une petite base près de la ville de Besson, à la frontière entre le Tchad, le Cameroun et la RCA (AC Vol 64 No 5, Les troubles frontaliers menacent la région). Baba Laddé est suffisamment ingénieux et expérimenté pour susciter l’inquiétude dans de nombreux milieux. C’est la raison pour laquelle le Tchad a positionné un important contingent militaire près de la frontière sud. Baba Laddé pourrait recruter non seulement parmi le peuple Sara mais aussi parmi d’autres groupes considérablement affaiblis au Tchad comme le Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (FACT) dirigé par Mahamat Mahdi Ali et les Peulhs tchadiens du Mayo Kebbi ( AC Vol 64 No 10, Une guerre qui frappe tout le monde d’un coup & Vol 49 No 4, Déby – pris entre Paris et Khartoum). 

L’incertitude pourrait bien perturber le référendum sur une constitution post-transition, qui devrait avoir lieu en décembre, suivi des élections présidentielles un an plus tard, et décourager sérieusement Kaka et ses alliés. Mais Baba Laddé connaît bien la RCA et la communauté Peulh. Ali Darassa, le leader de l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC) – aujourd’hui principal groupe armé en RCA dans le cadre du programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) – était son adjoint.Si Baba Laddé parvient à obtenir des financements auprès des intellectuels et entrepreneurs peulhs de Guinée et du Sénégal qui l’ont soutenu au début des années 2010, il pourrait facilement recruter des membres de groupes armés, notamment ceux appartenant à l’UPC ou dans les camps du DDR. Il ne lui resterait plus qu’à choisir entre des cibles – Ndjamena ou Bangui ?

 

 Lu Pour Vous

 Afrique Confidentielle 2023 (2 novembre 2023)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici