RCA/France : ce que se sont dit Sarandji et Grosgurin

0
55
LES RELATIONS BILATERALES MISES EN EXERGUE PAR LE PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE ET L’AMBASSADEUR DE FRANCE
Le Président de l’Assemblée Nationale, Simplice Mathieu SARANDJI a reçu en audience en son cabinet de travail, le lundi 07 juin 2021, Monsieur Jean-Marc GROSGURIN, Ambassadeur de France accrédité auprès de la République Centrafricaine.
En visite de courtoisie pour ses civilités et féliciter son hôte brillamment élu à la tête de l’institution parlementaire, le diplomate français, accompagné du conseiller politique près ladite Ambassade, Monsieur Alexandre AZIZ a affirmé profiter de l’opportunité pour échanger avec lui sur la situation politique et sécuritaire du pays et, bien d’autres sujets liés à la coopération entre la France et la République Centrafricaine.

L’Ambassadeur GROSGURIN : « J’étais d’abord venu voir le Président de l’Assemblée Nationale pour lui adresser mes félicitations à l’ occasion de son élection. C’était une visite de courtoisie avant tout. Nous avons pris aussi du temps pour échanger sur à la fois, la situation politique dans le pays, sur l’évolution de la situation sécuritaire, sur aussi les priorités, les développements et puis, sur la relation bilatérale aussi importante ».

« Je suis heureux d’avoir pu entendre les propos du Président de l’Assemblée Nationale rappelant, insistant sur le caractère privilégié des relations avec la France et je lui ai redit aussi toute l’importance pour nous, de poursuivre certains nombres de projets de coopération, même s’il y a quelques difficultés en ce moment », a poursuivi l’ambassadeur GROSGURIN qui ajoute :« Nous étions là avec l’ambassade, le service de coopération, l’agence française de développement, le lycée Charles de Gaule, l’Alliance Française de Bangui, l’Institut Pasteur, nous avions beaucoup de projets, tous ensemble notamment dans les domaines importants que sont l’éducation, l’information, la santé, la jeunesse, la culture, le sport aussi des projets qui seront lancés. C’était important pour moi, de pouvoir échanger de manière franche avec le Président de l’Assemblée Nationale », a souligné le Haut Représentant de la France en Centrafrique.
Sur la question de la décision de la suspension de l’aide budgétaire de la France en direction de la République Centrafricaine, le diplomate se justifie : « On a parlé de certains nombres de mesures qui ont été prises,des raisons aussi qui ont présidé à ce que Paris prenne ces mesures notamment, l’aide budgétaire qui a été suspendue en 2021. Suspendu mais ça ne veut pas dire annuler », avant de renchérir : « La France, mais la communauté internationale attend des signaux positifs, des signaux forts des autorités Centrafricaines et, on sera très attentif à l’évolution de la situation et le Président de l’Assemblée Nationale a dit qu’effectivement, il veillerait aussi à ça ».
« J’ai rappelé qu’il faut qu’on sorte de ce climat de désinformations, d’appel à la haine, qu’on a parfois dans certaines médias, et sur certains réseaux sociaux, c’est important de pouvoir apaiser et que la République Centrafricaine soit véritablement apaisée », a-t-il lâché avant de conclure en ces termes : « On a un processus électoral qui prend fin bientôt en tout cas au niveau des législatives et puis, on aura un nouveau Gouvernement prochainement,ce sera l’occasion ensuite avec tout l’ensemble des partenaires de travailler sereinement, c’est ce qu’on souhaite, de travailler sereinement avec la République Centrafricaine pour aller à des meilleurs artifices de paix, de stabilité, de démocratie, de développement, c’est ça l’objectif ».
Assemblée Nationale Centrafrique

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here