RCA/ENAM : Voici un bel article commandé en réponse aux multiples missions de contrôle en cours relatives à la gestion de Richard Filakota !

0
61

RCA/ENAM: Richard Filakota, un réformateur

L’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM)

est en pleine restructuration. Après une descente aux enfers de cette école de référence, il a fallu un homme pour redorer son blason. Cet homme, c’est le Pr Richard Filakota, actuel Directeur général de l’ENAM. En deux ans, la mentalité et les infrastructures ont radicalement changé.

.Digne de confiance, le Pr Richard Filakota a le soutien inconditionnel des politiques tout comme celui des partenaires. Dès sa prise de service, celui-ci s’est attelé à l’épineuse question de l’électricité qui plongeait cette prestigieuse école dans les ténèbres. En accord avec son collègue de l’ENERCA (Energie centrafricaine), une solution a été vite trouvée. Désormais, les apprenants bénéficient de l’électricité 24 heures sur 24 grâce à l’apport de l’ENERCA et l’appui de la MINUSCA qui a doté l’ENAM d’un générateur d’une grande capacité. En amont, tout un travail a été fait. Des prestataires qualifiés ont mis un terme aux branchements sauvages et anarchique pour installer un circuit sécurisé. Cela permet maintenant aux internés, de cuisinier depuis leur plaque chauffante sans risque. Une autonomie énergétique en fait.

La devanture de l’école est dotée des ampoules photovoltaïques qui fournit la lumière publique bénéfiques aux internés comme aux passants voire les commerçants qui prennent du plaisir à maintenant à vendre la nuit sous ces lampadaires. La chambre froide qui n’était opérationnelle depuis belle lurette, fonctionne à plein temps pour une bonne alimentation des élèves magistrats et élèves greffiers. Ils ne disposent non seulement d’une nutrition de qualité mais, dorment convenablement.

Les lits en fer avec les matelas mousse d’épaisseur 10 centimètres, sont remplacés par des lits superposés en bois rouges avec des matelas en mousse de 15 centimètres. Les portes jadis délabrées, sont refaites avec de poignets neufs. Il ne reste que les fenêtres pour que les chambres aient un certain standing. Les latrines ne sont pas en reste. Des latrines modernes permettent aujourd’hui de mettre à l’aise les locataires de l’ENAM tout comme tout le personnel.
L’expérience de celui qui a géré pendant 12 ans la prestigieuse Université catholique de Yaoundé se fait sentir à l’ENAM. Des latrines modernes ont été construites à la place de celles qui datent des indépendances tout comme des cuisines ultra-modernes dignes de cette grande institution. Il suffit de mettre prochainement la peinture à l’intérieur et à l’extérieur pour que l’ENAM refait peau neuve. Le terrain de basketball est aussi en voie de réhabilitation par le biais de l’Ambassade de France. Une salle multimédia hautement équipée est disponible tout comme une salle de conférence VIP dotée des écrans géants. Même la salle de détente qui est en train d’être transformée.
Ceux qui sont aujourd’hui admis à l’ENAM, ont mérité pour être là-bas. Ce n’est plus comme avant où, il y avait le trafic d’influence, le copinage, la corruption et autres. Nous voulons pour preuve, la dernière rentrée des élèves pénitentiaires où, beaucoup de cas d’irrégularité ont été constatés. Certaines personnes, sans concourir, ont été admises. D’autres qui ont composé, ont vu leur grade travestit. Richard Filakota ayant constaté la supercherie, a tout mis en œuvre pour rétablir les gens dans leur droit. Dans le souci de la transparence, il a tout fait pour réintégrer les candidats lésés et réparer les irrégularités constatées lors de ce concours. Des gens auraient pris de l’argent mais au finish, leurs clients n’ont pas eu gain de cause.

Les derniers tests pour le recrutement des élèves magistrats et greffiers se sont déroulés dans la plus grande rigueur et la plus grande transparence. Le Directeur général était lui-même aux commandes. Depuis la sélection des candidatures jusqu’à la délibération, aucun moyen ou plutôt aucune opportunité n’a été laissée aux corrompus. Tout a été hermétiquement fermé à telle enseigne que certains personnels qui ont pris de l’argent, n’ont pas pu en jouir. Les plus prudents qui ont gardé l’argent devers eux sans l’utiliser avant l’aboutissement du test, l’ont restitué sans problème. Mais ceux qui l’ont dépensé, sont toujours en difficulté pour le rembourser.
Des mairies, l’Université de Bangui, des imminents magistrats ainsi que les partenaires ont été associés à l’organisation de ces tests jusqu’à leur délibération. Il n’y avait aucun moyen pour favoriser qui que ce soit. Toutes ces réformes ont pour but, de donner une visibilité à l’ENAM pour la formation des fonctionnaires et de nos futurs magistrats et greffiers. Doucement mais sûrement, la mentalité commence à changer dans cette grande école. D’abord les apprenants savent maintenant qu’ils doivent compter sur leurs propres efforts et non sur des relations extra-pédagogiques. Ensuite le personnel aussi sait que l’ère de la corruption ou du favoritisme est terminé avec le nouveau Directeur général. Enfin, ce sont les partenaires qui font confiance à la crédibilité de leur interlocuteur direct qui n’est autre que Richard Filakota.

Bon vent au Directeur Général de l’ENAM et son staff pour que l’amélioration des conditions d’études des nouveaux pénitentiaires, greffiers, magistrats voire de nos fonctionnaires soient optimales. Ainsi, le pays pourra désormais compter sur des cadres bien formés. Les nouveaux magistrats et greffiers vont dire le droit et les fonctionnaires seront en mesure de capitaliser les connaissances acquises.

La Rédaction

https://lepatriotedechaine.over-blog.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here