RCA : DECLARATION DU PRESIDENT MARTIN ZIGUELE A L’OCCASION DU 45ème ANNIVERSAIRE DU MOUVEMENT DE LIBERATION DU PEUPLE CENTRAFRICAIN (MLPC)

0
135

DECLARATION DU PRESIDENT MARTIN ZIGUELE

A L’OCCASION DU 45ème ANNIVERSAIRE

DU MOUVEMENT DE LIBERATION DU PEUPLE CENTRAFRICAIN (MLPC)

 

  • Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Chefs de missions diplomatiques et Postes consulaires et Représentants des organisations internationales ;
  • Distingués Présidents et Responsables des Partis Politiques, Chers Collègues
  • Honorables Collègues Députés ;
  • Camarades Conseillers Politiques Nationaux ;
  • Camarades Membres du Bureau Politique ;

Camarades Membres des Bureaux Nationaux du Mouvement de Libération de la Femme Centrafricaine (MLFC) et du Mouvement de Libération de la Jeunesse Centrafricaine (MLFC) ;

  • Camarades Responsables des Unions Fédérales, des Fédérations et Sous Fédérations ;
  • Camarades Membres de la Commission de Contrôle et d’Arbitrage ;
  • Camarades Membres du Conseil des Sages ;
  • Camarades Cadres du Parti ;
  • Militantes, Militants et Sympathisants du MLPC ;
  • Très chers Camarades

 

A l’entame de mes propos, je souhaite la bienvenue au siège provisoire du Parti aux distingués Invités ainsi qu’à l’ensemble des Militantes et Militants qui y ont fait le déplacement en cette occasion solennelle. Nous vous accueillons ici avec notre cœur et c’est pourquoi nous sollicitons d’ores et déjà votre indulgence pour la sobriété du cadre de notre rencontre.

Ensuite, et avec le retard dû à ma relative longue absence du pays pour des raisons personnelles et privées, je saisis cette occasion où nous nous retrouvons physiquement tous ensemble, pour vous souhaiter mes meilleurs vœux de santé, de bonheur et de prospérité pour cette année 2024, à chacune et à chacun d’entre vous, à vos familles respectives et tous ceux qui vous sont chers. Au nom du MLPC, je formule le même vœu pour notre pays, qui a aujourd’hui plus que jamais besoin de paix, de pain et de libertés aussi bien individuelles que collectives.

Distingués Invités,

Militantes et militants,

Chers Camarades,

 

Le 22 février est une date spéciale et chargée d’histoire pour notre Parti, le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC). C’est en effet le 22 février 1979, que notre Parti a été créé ici à Bangui en terre centrafricaine, et la  célébration ce 22 Février 2024, du 45ème anniversaire de sa création, est l’heureuse occasion de nous retrouver pour la célébrer et rallumer la flamme républicaine et militante transmise par ses Pères fondateurs.

L’histoire du MLPC, faut-il le rappeler, reste intimement liée à celle de notre pays dont le Peuple, à la fin des années 70, avait décidé de tourner la page de la dictature implacable et sanglante du Président à vie de cette époque qui, après avoir concentré tous les pouvoirs de l’Etat entre ses mains et devenant de ce fait la seule institution du pays, avait naturellement fini par ériger la République Centrafricaine en Empire et à s’autoproclamer Empereur de Centrafrique…

En effet, c’est pour s’opposer à cet état des choses, qu’à la rentrée scolaire de janvier 1979, des jeunes élèves des établissements scolaires de Bangui à qui il était imposé le port de tenues scolaires, se sont révoltés contre cette mesure alors que leurs parents accumulaient des arriérés de salaires. Ces jeunes furent rejoints par les étudiants de l’Université de Bangui, encadrés par les camarades Albert NDODE dit Malabar et Joseph AGBO entre autres, et ont engagé des manifestations d’envergure nationale durement réprimées, mais qui iront en s’amplifiant.

C’est alors que de jeunes enseignants, rejoints par des fonctionnaires et des syndicalistes ont décidé de se jeter à l’eau pour encadrer le mouvement et l’organiser. Il s’agit de Paul PAMADOU PAMOTO, Abdel Aziz BALEZOU, Denis KOSSI- BELLA, Francis -Albert OUAKANGA et Jacquesson MAZETTE entre autres. Ils décidèrent de se doter d’une structure politique clandestine pour diriger ce mouvement populaire. C’est ainsi qu’est né le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain, Parti d’avant-garde qui incarnait non seulement les aspirations légitimes à l’amélioration des conditions de vie du Peuple Centrafricain, mais surtout l’espérance de la libération de celui-ci de toutes sortes de pesanteurs qui plombent son développement. Les trois objectifs assignés au MLPC par ses Pères fondateurs étaient les suivants :

  • Provoquer la chute de l’Empire et le retour à la forme républicaine de l’Etat, telle que l’avait voulu le Père fondateur Barthélemy BOGANDA
  • Instaurer la démocratie avec un multipartisme intégral
  • Procéder à des transformations économiques et sociales débouchant sur le mieux-être de chaque centrafricain

 

Il y a donc quarante-cinq (45) années aujourd’hui, que la Jeunesse Centrafricaine de l’époque prit politiquement conscience de la situation de notre pays et s’engagea dans une lutte jugée folle à l’époque, jusqu’au sacrifice suprême, pour le libérer le 19 Septembre 1979 du joug impérial, rétablir la République et les libertés individuelles et collectives, et tout simplement, redonner l’envie de vivre aux Centrafricains.

En mémoire de tous les Jeunes tombés sous les balles de la dictature de Bokassa, des Pères fondateurs du MLPC aujourd’hui disparus, des Présidents qui se sont succédés à la tête du Parti  et qui nous ont quitté et je vais les citer :  Paul PAMADOU PAMOTO, Hugues DOBOZENDI, Ange-Félix PATASSE, les camarades ayant appartenu aux différents CPN et aux bureaux politiques successifs , des députés du MLPC,  des anciens ministres et des militants dont la vie avaient été ôté depuis cette période jusqu’à ce jour, je vous demande d’observer avec moi une minute de silence……………..Je vous remercie.

 

Distingués Invités,

Militantes et militants,

Chers Camarades,

 

Ce rappel est fait afin que nul n’ignore que la libération du Peuple centrafricain sera le résultat de la lutte dont dépendent l’engagement, la détermination et le sacrifice de chacun de nous. Pour y parvenir, nous devons relever quelques défis majeurs. Quels sont donc ces défis qui sont devant nous ? Ils sont de deux ordres :

  • Le premier défi est celui de la situation actuelle de notre pays, qui fait l’objet de préoccupations légitimes de tous. Alors qu’on croyait les pages des périls qui menaçaient et plombaient son développement tournées à jamais, notre pays est de nouveau dangereusement exposé aux mêmes périls qui 45 années plus tôt avaient déclenché des mouvements sociaux qui finiront par avoir raison du régime de Bokassa. A ces périls, s’ajoute aujourd’hui celui de l’insécurité dont les populations centrafricaines paient le prix fort. Relever ce premier défi de retour à une vraie République, est de la responsabilité de chaque centrafricain.
  • Le deuxième défi a trait à la vie de notre Parti, le MLPC. Il s’agit des questions concernant la Jeunesse du Parti, le renouvèlement des générations, la formation des militants, le dynamisme des organes, l’engagement militant, l’esprit de sacrifice, et enfin la fidélité et le respect des textes qui régissent le Parti.

 

Revenant au premier d’entre les défis, c’est-à-dire la Jeunesse, une approche comparative, même sommaire, permet de comprendre que les valeurs qui avaient mu celle de 1979 et qui avaient permis au Parti de remporter des victoires, n’ont plus cours aujourd’hui.  La Jeunesse en général est aujourd’hui en perte de repère dans tous les domaines de la vie courante. L’éducation est en régression partout dans le pays ; les structures de formation sont dans un état de délabrement avancé et le manque d’emploi expose les jeunes aux prédateurs politiques qui en font des objets de propagande politique et de marcheurs professionnels par le biais d’associations qui parlent de tout sauf de leur propre avenir.

En ce qui concerne notre Parti le MLPC, il devient impératif et urgent de prendre à bras-le-corps la problématique de la Jeunesse du Parti, afin de lui inculquer les valeurs de travail et d’excellence, de courage et d’abnégation, le tout dans un esprit de sacrifice sans lequel tout n’est que calcul d’intérêt égoïste.

Pour inverser ce paradigme, l’Ecole du Parti doit être en première ligne autour d’une équipe restructurée et à travers un programme soutenu de formation à dérouler sur toute l’étendue du territoire à l’endroit des Militantes et Militants du MLPC.

D’ores et déjà, j’engage le Secrétariat général à proposer une équipe restructurée de l’Ecole du Parti, et j’engage également le Bureau Politique, à rechercher et à mobiliser les ressources nécessaires à la réalisation de ce projet salvateur pour le Parti.

Par ailleurs, un accent doit également être mis sur la formation des Femmes dont la particularité et la vulnérabilité en font des sujets fragiles. Nul n’ignore l’importance de la place que tiennent les Jeunes et les Femmes dans notre société et notre Parti.

Distingués Invités,

Militantes et militants,

Chers Camarades,

 

La célébration de cet événement cette année se déroule dans un contexte national qui reste caractérisé par les problèmes d’insécurité d’une part et la morosité de la situation économique, avec un impact dramatique au plan social, d’autre part, notamment sur les couches les plus faibles de notre peuple. La pauvreté gagne du terrain, et manger pour nos compatriotes est devenu un problème. Je ne parle pas des problèmes de santé de la population, de l’état des routes et de la rareté de l’argent.

De façon plus générale, la situation socio politique nationale se crispe devant la restriction des espaces de liberté et d’expression des opinions, devenant un véritable sujet de préoccupation. Une chape de plomb se déploie progressivement sur l’espace politique et civique national. La régression des valeurs démocratiques chèrement acquises dans notre pays est une source de préoccupation pour le MLPC mais également pour les démocrates centrafricains et du monde entier.

Notre lutte doit conduire d’abord au rétablissement des valeurs démocratiques en République Centrafricaine, au relèvement de la conscience des jeunes, hommes et femmes sur le devenir de notre pays.

Nous nous battrons pour la république et dans la république, aux côtés des forces politiques démocratiques avec qui nous partageons les mêmes idéaux et la même vision des problèmes de notre pays.

Je ne conclurais pas mes propos, sans vous dire de rester sereins devant toutes les provocations contre le MLPC et ses dirigeants que vous avez élus au Congrès de mars 2020.

Restez sereins car comme le stipule l’article 24 du Règlement intérieur de notre Parti « les différentes fonctions assumées au sein du Conseil Politique National, du Bureau Politique et de la Commission de contrôle et d’arbitrage prennent immédiatement fin après la cérémonie d’ouverture de chaque congrès ordinaire ».

Et l’article 12 des statuts stipule lui que le congrès qui est l’organe suprême se réunit en session ordinaire sur convocation du Président du Parti.

Par ailleurs, faut ’il rappeler qu’en 45 années d’existence le MLPC n’a tenu que quatre congrès : en 1995, en 2004, en 2007 et en 2020, soit une moyenne d’un congrès tous les 11 ans et dont le dernier remonte à trois années seulement. Tous ceux qui invoquent la fin imaginaire du mandat actuel du Bureau politique pour justifier leurs agitations ne l’ont pas invoqué par le passé, alors qu’ils étaient dans les organes dirigeants du Parti depuis le début.

Vous aurez compris que toutes ces agitations sont sans fondement et s’expliquent par des mobiles inavoués que tous les militants connaissent et constatent tous les jours.

Restez sereins et continuez de faire preuve de loyauté et de fidélité au MLPC et à ses dirigeants, devant les problèmes artificiellement créés et entretenus pour affaiblir le Parti. Le MLPC ne sera pas le supplétif de service d’un pourvoirisme qui prospère dans l’escroquerie politique.

Il ne me reste plus qu’à souhaiter un Joyeux Anniversaire dans la lutte à toutes les Militantes et à tous les Militants du Parti.

Vive le MLPC !

La lutte continue car elle seule libère et la victoire est certaine.

Tous unis nous vaincrons.

Victoire, victoire, victoire Camardes !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici