RCA : DE BANGUI CONTRE CREPIN MBOLI-GOUMBA : UNE LUTTE PERDUE D’AVANCE POUR TOUADERA !!

0
88

DE BANGUI CONTRE CREPIN MBOLI-GOUMBA : UNE LUTTE PERDUE D’AVANCE POUR TOUADERA !!

《Quand la bêtise gouverne, l’intelligence est un délit.》

Cette lumineuse phrase de l’écrivain français Henry de Montherlant résume parfaitement le nouvel acte de la pièce comique qui se joue depuis quelques jours à Bangui, impliquant le talentueux avocat et leader de l’opposition démocratique, Me Crépin Mboli-Goumba.

Il est triste de constater la constance avec laquelle le régime en perdition de la RCA, son chef Touadéra Faustin en tête, s’enfonce et s’abîme dans la stupidité. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la sagesse, le bon sens et la cohérence ne sont ni ne seront jamais les points forts de ces petits bricoleurs politiciens…

Ainsi, après la surréaliste destitution de l’honorable Karim Meckassoua ; après l’invraisemblable destitution de Mme Danielle Darlan et de M. Bangafio de la Cour Constitutionnelle ; après la ridicule poursuite et la non moins absurde condamnation à deux ans des citoyens libres Jean-François Akandji-Kombé, Gaston Mandata Nguérékata, Joseph-Prudence Mayté et Mbaïkassi, …

Bref, après tous ces « exploits », ces dernières semaines, Touadéra qui n’en a jamais assez, oriente sa répression contre l’opposition démocratique et ses illustres leaders. Ainsi :
– Par HAINE et par ESPRIT VINDICATIF, Touadéra a fait arrêter et embastillé en toute illégalité Dominique Yandoka, député de la nation.
– Par HAINE et MESQUINERIE, Touadéra s’est personnellement employé à Addis-Abeba, en marge d’un sommet de l’U.A, à obtenir le licenciement ou le renvoi du Pr Erenon, expert constitutionnaliste centrafricain sous le prétexte qu’il serait un de ses plus farouches opposants.
– Enfin, par haine, jalousie et puérilité, Touadéra et ses acolytes et complices ont eu la belle idée de s’en prendre à un Ténor du barreau doublé d’un politique émérite, en l’occurrence, Me Crépin Mboli-Goumba !

La question à se poser est : dans ce jeu de massacres politiques systématique auquel se livrent Touadéra et ses amis nuisibles :
A QUI LE TOUR???

Dans ce qui reste de la République Centrafricaine fondée par Barthélémy BOGANDA , que recherche exactement Touadéra, ce soi-disant professeur d’université?

Bon, on pourrait le comprendre si cette répression systématique, aveugle et idiote apportait la paix et le développement au pays… Mais loin s’en faut! Ces braconniers de la politique n’en finissent pas, hélas, d’enfoncer le pays et le peuple après avoir huit ans durant fait du sur-place. Tout cela car ils opèrent sans boussole ni repère, sans vision ni objectif…

La RCA sortira du touadérisme si abîmée et fragilisée, qu’il faudra entre 30 à 40, voire 50 ans de travail acharné pour réparer les dégâts de ce régime!

Pour revenir à l’acharnement prétendument judiciaire contre Me Mboli-Goumba, je n’ai aucun doute sur son issue : Me Crépin Mboli-Goumba sortira Grand Vainqueur de ce bras de fer que veulent imposer de sinistres forces de l’ombre.

Ce qui me permet de l’affirmer? L’histoire, tout simplement.
Les plus jeunes d’entre nous ne connaissent pas ce pan de l’histoire de la longue lutte pour la Justice et la Liberté d’expression dans ce pays.

En fait, l’histoire nous enseigne qu’en octobre 1990, à l’époque où se battait le CCCCN, nous avons assisté à l’acharnement tenace sur fond de haine personnelle d’un ministre réputé puissant, de la Défense nationale, un certain Christophe Grélombé, sous une dictature militaire que dirigeait André Kolingba; ce ministre, mû par la haine et le complexe d’infériorité, écrivit à son collègue de la Justice afin qu’il instruise le Procureur de la République d’engager une procédure de destitution du jeune et brillant avocat d’alors, un certain…Maître Nicolas Tiangaye!
Imaginez le gros scandale !
-Il y eut un grand, retentissant et historique procès au tribunal de Bangui.
-15 des 17 avocats inscrits au barreau de la RCA se sont spontanément constitués pour la défense de Me Tiangaye.
-Sont venus s’y ajouter d’illustres et grands noms des barreaux, à savoir :
*Jean-Martin Mbemba (de Brazzaville)
*Julienne Ondziel (de Brazzaville)
*Norbert Issialh (de Libreville)
*Patrice Monté (de Douala)
*Olivier Berbheim (de Paris)
*Henri Pouzère (de Libreville)
NB: à propos de ce dernier, sitôt que le problème s’est posé, le Comité de Soutien du Gabon au CCCCN – que présidait l’auteur de ces lignes – l’a soulevé en pleine réunion ; une cotisation été organisée séance tenante pour rendre possible le voyage de notre militant à Bangui.

Lors de ce procès, le Doyen des avocats de Centrafrique, Me Pierre Hirsch, âgé de 86 ans au moment des faits, qui exerçait depuis déjà 40 ans en RCA, a eu ces mots lourds de sens :
« C’est le procès de la Justice et de son indépendance. » C’était il y a près d’un quart de siècle.
Aujourd’hui, en 2024, Me Crépin Mboli-Goumba ne dit pas autre chose que son illustre devancier M. Hirsch.

1990 : Me Nicolas Tiangaye avec l’aide de ses conseils fut blanchi, relaxé, honoré et célébré.
2024 : Me Crépin Mboli-Goumba avec le soutien de ses conseils et de ses amis et alliés politiques sera blanchi, relaxé, honoré et célébré.
Il ne peut pas en être autrement.
Tout le reste n’est que gesticulations puériles d’amuseurs de galerie.
« C’est ça qui est la vérité », comme on dit à Abidjan.

Ce 7 mars 2024
Ernest Lakouéténé-Yalet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici