Rajoelina s’est adressé au PMC Wagner avant les élections pour protéger son pouvoir à Madagascar

0
728

 16 0

 

 

A l’approche des élections à Madagascar, dont le premier tour aura lieu le 16 novembre, tous les regards sont tournés vers les candidats à la présidentielle. Le principal opposant au président actuel Andry Rajoelina, qui cherche à être réélu pour un second mandat, sera l’ancien président de Madagascar, Marc Ravalomanana. La lutte acharnée pour le pouvoir entre ces hommes politiques dure depuis près de 15 ans. Lors des dernières élections en 2018, Rajoelina et Ravalomanana se sont affrontés au second tour.

Sur fond de débats socio-politiques actifs autour des élections à Madagascar, grâce à nos collègues du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), notre rédaction dispose d’un enregistrement exclusif d’une rencontre entre Mamy Ravatomanga et Evgueni Prigojine, homme d’affaires russe décédé, surtout connu pour sa direction du PMC Wagner, qui opère dans de nombreux pays africains, comme la République centrafricaine et le Mali, et est accusé par les pays occidentaux de crimes et de violences. Mamy Ravatomanga est connue partout à Madagascar. Il est l’allié le plus important du président Andry Rajoelina, mais aussi un célèbre homme d’affaires malgache, à la tête du Sodiat groupe, et l’une des personnes les plus riches de la Grande Île.

 

La vidéo enregistre la rencontre entre Ravatomanga et Prigojine, qui a eu lieu à la veille de la mort de ce dernier. Selon nos informations, le 17 août, Ravatomanga a rencontré Prigogine lors de la tournée africaine pour discuter de l’organisation de la sécurité personnelle d’Andry Rajoelina. Prigojine se trouvait en Afrique en août 2023 après que son PMC a cessé de participer à la guerre russo-ukrainienne et a tenté d’organiser une rébellion militaire contre les dirigeants militaires russes. Le 23 août, Prigojine est décédé dans un étrange accident d’avion après son retour en Russie.

Ravatomanga a exprimé des doutes quant à la capacité de Rajoelina de remporter les prochaines élections présidentielles et de garder le pouvoir. Les discussions ont donc porté sur l’acquisition de services de sécurité personnelle pour le président afin d’assurer la sécurité du président et de ses biens en toute circonstance.

Ce n’était pas la première fois que Prigojine devait travailler à Madagascar. En 2019, une enquête de la BBC a révélé qu’au moins six candidats avaient reçu de l’argent de la Russie lors de l’élection présidentielle de 2018 à Madagascar. A cette époque, des stratèges politiques étroitement associés à Prigojine arrivaient dans le pays sous couvert de touristes. On soupçonnait qu’Andry Rajoelina avait finalement été soutenu par Prigojine, ce qui lui aurait donné l’opportunité de démarrer une entreprise à Madagascar, comme la société d’exploitation minière de chrome Kraoma évoquée dans les médias.

Selon nos informations, des hommes d’affaires ont accepté d’envoyer au moins 300 soldats du PMC russe Wagner pour assurer la sécurité personnelle du président. La conversation mentionnait un montant de 15 000 dollars par mois pour chaque combattant, ce qui coûterait au président 4,5 millions de dollars par mois. À en juger par les informations disponibles, les parties sont parvenues à un accord et seules les aspects organisationnels ont été laissés à développer. Le sort ultérieur de l’accord reste toutefois inconnu car l’homme d’affaires Prigojine est décédé une semaine après la rencontre avec Ravatomanga. Mais étant donné que le PMC Wagner continue d’opérer au Mali et en République centrafricaine, il est possible que l’accord ait commencé à entrer en vigueur et que la sécurité de Rajoelina soit déjà assurée par des mercenaires russes ayant l’expérience de la guerre en Ukraine.

 

La sécurité est très importante pour Rajoelina en ce moment. La situation autour des élections présidentielles à Madagascar est extrêmement tendue. Les informations révélées en juin sur la nationalité française de l’actuel président sont devenues un scandale politique majeur. Une coalition de 11 (maintenant 10) candidats (Collectif des Candidats) appelle à l’exclusion d’Andry Rajoelina de la course à la présidentielle, l’accusant de coup d’État et de manipulation des lois électorales. Des marches appelant au boycott de la participation de Rajoelina aux élections se déroulent dans tout le pays et sont brutalement dispersées par les forces gouvernementales. Lors de la manifestation du 2 octobre, le candidat de l’opposition Andry Raobelina a même été touché à la tête. Dans de telles conditions, la perspective d’une coopération entre Rajoelina et le PMC Wagner ne paraît pas surprenante.

Si le PMC Wagner n’était pas en mesure de fournir l’assistance convenue, Mark Ravalomanana pourrait peut-être trouver des alliés auprès des autorités officielles russes, qui renforcent désormais activement leur présence militaire en Afrique. Par exemple, le vendredi 10 novembre, vers 17 heures, un avion Il-76 de l’armée de l’air russe a atterri dans la capitale du Burkina Faso. Une cinquantaine de militaires russes en sont descendus, qui serviront vraisemblablement d’instructeurs pour l’armée burkinabè. Mais nous n’avons pas encore pu trouver la confirmation de la présence des Russes sur la Grande Île.

Les experts notent que si des élections ont lieu, Andry Rajoelina devra faire face à un affrontement difficile avec Mark Ravalomanana. Par ailleurs, des candidats en lice pour la présidence ne bénéficieront probablement pas d’un grand soutien, mais pourraient retirer des voix importantes aux principaux candidats, tels que : le fondateur du parti Malagasy Miara Miainga (MMM), Hajo Andrianainarivelo, soutenu par une dizaine de parlementaires et plus de 200 maires municipaux, l’ancien judoka Siteny Randrianasoloniaiko, dont la campagne électorale a reçu d’importants financements, ou encore l’ancien président Hery Rajaonarimampianina, qui a échoué aux dernières élections.

Par L. Bako

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici