Quand l’assassin du bébé Amin et sa maman Assan, l’égorgeur de la Séléka Aranaud Djoubaye Abazen devient ministre de la justice

0
189
ARNAUD DJOUBAYE ABAZENE OU L’HOMME QUI OFFRE LA CORDE AVEC LAQUELLE IL SERA PENDU.
Dans une note datée du 8 Avril 2021 (voir la photo), Arnaud Djoubaye Abazène, le ministre centrafricain de la Justice, des Droits de l’Homme et Garde des Sceaux a demandé au président de l’Assemblée nationale de lever l’immunité parlementaire des députés Karim Abdoul Meckassoua, Anicet Georges Dologuélé, Martin Ziguélé et Simplice Aurélien Zingas.
Le ministre affirme ainsi donner suite à une requête d’un Juge d’Instruction qui estime que “des présomptions de culpabilité pèsent sur les parlementaires précités” dans une affaire criminelle.
Le problème ici est que d’après un rapport de l’Organisation non-gouvernementale SENTRY, s’il existe une personne qu’un juge d’instruction sérieux devrait interroger c’est bien Arnaud Djoubaye Abazène.
Selon ce rapport, « Hamza Toumou, Gilbert Deya, Herbert Djono Gontran Ahaba et Arnaud Djoubaye Abazène, tous dirigeants de groupes armés, rejoints plus tard par Moustapha Maloum, alias Zakaria Damane, avaient reçus « des garanties de Touadera et des Russes de WAGNER, de conserver leurs postes ministériels à Bangui grâce à l’accord de Khartoum. Leurs groupes soutenus par le gouvernement avaient lancé des attaques meurtrières dans la ville du nord-est de Birao – une base centrale du FPRC – en septembre 2019, dans le but d’éradiquer le FPRC et d’empêcher tout plan de déstabilisation contre le régime de Touadera. « 
Donc, il est impossible d’éviter qu’il y ait une instruction dans l’instruction afin de faire la lumière sur les crimes avérés commis en 2019 à Birao et qui profitent, aujourd’hui, réellement, à Arnaud Djoubaye Abazène.
Jean Kalimsi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here