Processus électoral en Centrafrique, l’ambassadrice des États-Unis en RCA exprime son inquiétude

0
200

Publié le 27 août 2020 , 9:16

madame lucy tamlyn ambassadrice des états unis en centrafrique
Madame Lucy TAMLYN, l’ambassadrice des États-unis en Centrafrique.

 

Bangui, République centrafricaine, jeudi 27 août 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Depuis quelques semaines, en RCA, le paysage politique est en pleine effervescence. Le bras de fer que se livre le mouvement des cœurs unis au pouvoir à l’opposition démocratique s’intensifie à quelques mois des élections générales prévues pour le 27 décembre 2020. Un scrutin à haut risque dans ce pays d’Afrique centrale occupé à plus de 75% par des bandes armées. L’ambassadrice des États-Unis en RCA, lors d’un point de presse ce jeudi, a exprimé son inquiétude face aux allégations faisant état de fraudes liées au processus d’inscription des électeurs et les agitations des groupes armés qui n’ont pas exprimé clairement leur engagement à soutenir le processus.

 

 À quatre mois des prochaines élections présidentielles et législatives du 27 décembre 2020, le paysage politique centrafricain est en pleine effervescence,. La précampagne bat son plein dans certaines chapelles politiques en attendant le lancement officiel de la compétition. Pendant ce temps, dans le milieu diplomatique occidental et africain, c’est l’inquiétude qui domine. C’est le cas de l’ambassade des États-Unis en Centrafrique, où la diplomate en chef, Madame Lucy TAMLYN, lors d’un point de presse organisé à Bangui ce jeudi 27 août 2020,  a exprimé son inquiétude suite aux allégations de fraudes massives observées lors des opérations d’enrôlement des électeurs qui sont en cours dans certaines villes de province, mais également face  aux agitations des groupes armés  qui n’ont pas déclaré publiquement leur soutien au processus alors que le G5, un groupe d’États et d’institutions internationales partenaires de la République centrafricaine avait lancé un vibrant appel le 14 août dernier aux groupes armés, signataires de l’accord de paix de Khartoum à affirmer publiquement leur soutien à la tenue d’élections, et à faciliter toutes les opérations électorales sans condition ni réserve.

La diplomate américaine a également réitéré les positions du G5 qui souligne que des élections libres, justes et crédibles ne peuvent avoir lieu que si tous les citoyens ont confiance dans l’intégrité et la transparence du processus.

Elle a noté également avec inquiétude les allégations faisant état de fraudes liées au processus d’inscription des électeurs et souligne que des élections libres, justes et crédibles ne peuvent avoir lieu que si tous les citoyens ont confiance dans l’intégrité et la transparence du processus.

 

Gisèle MOLOMA

Copyright2020CNC

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here