PRESIDENTIELLE EN RDC  : Kinshasa retient son souffle  

0
85
C’est dans un certain cafouillage par endroits, que les Congolais ont commencé à voter le 20 décembre dernier, pour élire leur nouveau président, mais aussi leurs députés nationaux et provinciaux et leurs conseillers communaux. Dix-neuf candidats sont en lice pour la présidentielle parmi lesquels le président sortant, Félix Tshisekedi. Il a pour principaux challengers, Moïse Katumbi, ex-gouverneur du Katanga, Martin Fayulu, le candidat malheureux de la présidentielle de 2018, et le célèbre réparateur des femmes, le Docteur Denis Mukwege, Prix Nobel de la paix 2018, dont la volonté de panser les plaies de son pays l’a amené à briguer la magistrature suprême pour mieux administrer son remède. C’est donc des Congolais particulièrement motivés qui ont pris d’assaut les bureaux de vote dès le matin. Mais entre retard dans le déploiement du matériel électoral, affichage tardif de listes électorales,  indisponibilité de cartes d’électeurs, difficultés à retrouver leurs noms sur les listes électorales, décalage d’horaire dans l’ouverture de certains bureaux de vote, les électeurs n’ont pas toujours su prendre leur mal en patience ou maîtriser leurs nerfs comme ce fut le cas à Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri, dans l’Est du pays, où un centre de vote a été saccagé, dès l’ouverture du scrutin.

 

Les ingrédients d’une crise postélectorale sont en train d’être réunis

 

Pour cause : la frustration d’électeurs déplacés internes qui croyaient pouvoir voter dans ce centre mais dont les noms se trouvaient dans un autre territoire confronté à de violents conflits communautaires.  Toujours est-il que selon des témoignages, les machines à voter ont été détruites et la police a opéré des tirs de sommation. Dans la foulée, deux autres centres de vote ont été fermés pour éviter de subir la furie des manifestants. Les mêmes difficultés techniques, logistiques et organisationnelles ont été signalées par endroits ailleurs dans le pays et même à Kinshasa, la capitale, où des détenteurs de cartes d’électeurs illisibles n’avaient pas la garantie de pouvoir voter. De quoi nourrir des inquiétudes quant à l’issue de ce scrutin qui pourrait menacer la paix sociale dans ce vaste pays francophone d’Afrique centrale déjà confronté à une crise sécuritaire d’ampleur dans l’Est du pays, qui a empêché de nombreux Congolais d’accomplir leur devoir citoyen. On est d’autant plus porté à nourrir des appréhensions que de Martin Fayulu qui a voté à Kinshasa à Moïse Katumbi qui s’est acquitté de son devoir civique dans son fief de Lubumbashi, en passant, entre autres, par Denis Mukwege qui a aussi voté dans la capitale, les principaux candidats de l’opposition dénoncent des « irrégularités » tout en accusant la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de « partisanisme » en faveur du président sortant et en appelant leurs militants à la vigilance. C’est dire si le climat politique reste particulièrement tendu entre les candidats à la présidentielle soutenus par leurs militants respectifs qui ne se sont pas fait de cadeaux lors de la campagne électorale. Laquelle s’est révélée, pour le moins, assez électrique, avec des violences verbales et parfois physiques plutôt révélatrices des enjeux d’une présidentielle qui se présente comme l’une des plus ouvertes de l’histoire de la RDC, suite à la validation de toutes les candidatures. Mais avec le ton qui ne cesse de monter entre le camp du président sortant, Félix Tshisékédi, et celui de son principal challenger, Moïse Katumbi, qui s’accusent déjà mutuellement de préparer des fraudes, on ne serait pas étonné que le scrutin débouche sur une contestation ; tant lentement mais insidieusement, on semble, dans chaque camp, y préparer les esprits des militants. Autant dire que peu à peu, les ingrédients d’une crise postélectorale sont en train d’être réunis. Et Kinshasa retient son souffle.

 

Malgré les enjeux du scrutin, il faut savoir raison garder

 

D’autant plus que l’on se demande jusqu’où ira la rivalité entre Félix Tshisékédi et Moïse Katumbi qui passent pour être les deux favoris de ce scrutin et dont les partisans, chauffés à blanc, ne jurent tous que par la victoire de leur candidat. Et les dysfonctionnements dans l’organisation du vote pourraient en rajouter à l’exacerbation des tensions si la crédibilité de la CENI devait être remise en cause, dans un pays où cet organe d’organisation des élections a souvent été accusée de rouler pour le parti au pouvoir. C’est pourquoi, en plus de s’atteler à la prise de mesures correctives urgentes pour rattraper autant que faire se peut les impairs en amont, il revient à la CENI de travailler en aval à la transparence dans le dépouillement et la compilation des résultats en évitant de prêter le flanc. Cela est d’autant nécessaire que la RDC doit tirer leçon de son passé pour éviter une crise postélectorale dont nul ne saurait prédire ni l’ampleur ni l’issue. En tout état de cause, malgré les enjeux du scrutin, il faut savoir raison garder. Car, quel que soit son prestige, l’accession à la magistrature suprême d’un pays n’est pas une fin en soi. En tous les cas, si à la crise sécuritaire devrait se greffer une crise politique d’ampleur, le pays risque de toucher le fond. La RDC n’a pas besoin de ça.

 

 « Le Pays »

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici